Lotus Evija (2019) : trop, c’est trop ?

Lotus lève enfin le voile sur sa nouvelle Evija, qui opère un véritable renouveau esthétique mais surtout mécanique, grâce à sa motorisation électrique. Dépassant la barre des 2.000 chevaux, elle sera produite à seulement 130 exemplaires dès l’an prochain. 

Lotus Evija 2019 sportive électrique 2000 chevaux

Plusieurs années déjà que l’actualité de Lotus est plutôt plate, avec certes des séries et autres éditions spéciales, mais pas un seul nouveau modèle pointant le bout de son capot. Une absence de nouveauté qui titillait évidemment les fans, qui s’étaient alors lancé dans toutes sortes de spéculations, en attendant qu’enfin, la marque se décide à faire son grand retour sur le devant de la scène. Une attente qui aura finalement payé, puisqu’après des mois de teasers et de rumeurs, voilà que la nouvelle Evija se montre enfin. Sur le papier, tout est là pour impressionner les fans : un style en rupture totale avec les précédents modèles, et surtout, des performances à couper le souffle. Oui, mais voilà, est-ce suffisant pour séduire, où au contraire, n’en fait-elle pas un peu trop, à la manière d’une fille trop maquillée pour cacher un manque cruel d’originalité ?

Il faut dire que le style, bien que plutôt harmonieux, déçoit quelque peu. Il suffit en effet d’avoir suivi l’actualité automobile de ces derniers mois pour remarquer la très forte ressemblance entre cette nouvelle Lotus Evija et la Pininfarina Battista, dévoilée quant à elle au salon de Genève au mois de mars, et reprenant elle-même le style Ferrari. Bref, dommage pour une marque qui s’était jusqu’alors distinguée par des modèles au style unique, au risque de divisier mais dont on pouvait au moins saluer la prise de risque et l’audace. Ici, tout semble aseptisé, hormis l’arrière, qui arrive à se distinguer grâce à ses feux à la forme unique, ainsi qu’à son imposant bouclier n’intégrant cette fois-ci aucune sortie d’échappement, motorisation électrique oblige. Si l’ensemble n’a donc rien d’original, le style demeure toutefois plutôt joli, ayant été conçu pour optimiser l’aérodynamisme sans pour autant tomber dans des lignes trop torturées.

Dans l’habitacle, la présentation est dans la même veine que l’extérieur, c’est-à-dire réussie mais pas innovante. Inspiré du monde de la compétition, l’habitacle se veut évidemment très moderne, avec son combiné numérique surplombant le volant carré. La fibre de carbone est quant à elle bien présente, aussi bien pour se mettre au service de l’esthétique que pour réduire le poids, puisqu’elle compose notamment les sièges sport, livrés de série avec une ceinture trois points, tandis qu’un harnais est disponible en option. Enfin, le système d’info-divertissement inclus dans cette Evija est également compatible avec Apple CarPlay et Android Auto.

2.000 chevaux électriques

Lotus Evija 2019 profil jantes arrière diffuseur

Sous le capot de cette nouvelle Lotus Evija, ce n’est pas un, ni même deux moteurs électriques mais bien quatre, soit un sur chaque roue, qui permet à la supercar de revendiquer une puissance cumulée démentielle de 2.000 chevaux, soit 500 de plus qu’une Bugatti Chiron. Forte d’un couple culminant quant à lui à 1.700 Nm, elle promet un 0 à 100 km/h abattu en moins de trois secondes, tandis que seulement neuf sont nécessaires pour atteindre les 300 km/h, contre 13,6 secondes pour la sportive de Molsheim. De son côté, la batterie de 2.000 kWh permet à la sportive de parcourir quelque 400 km selon le cycle WLTP. Une estimation bien optimiste lorsque l’on sait à quel point il sera tentant d’écraser l’accélérateur à tout bout de champs. Heureusement, Lotus a pensé a tout et affirme qu’il sera possible d’effectuer une charge complète en seulement neuf minutes via une borne de 800 kW… qui n’existe pas encore.

Avec cette Evija, premier modèle produit par la marque depuis son rachat par Geely, Lotus semble avoir fait table rase du passé, et même de ses valeurs fondamentales, comme le poids. Et oui, avec plus de 1.680 kg sur la balance, malgré le châssis en carbone, on est loin du précepte « light is right », et il y a fort à parier pour que Colin Chapman soit actuellement en train de se retourner dans sa tombe. Conçue pour être polyvalente dans la mesure du possible, la nouvelle Lotus Evija offre pas moins de cinq modes de conduite, même si la piste devrait sans aucun doute être son terrain de jeu de prédilection. Et pour cause, avec ses jantes de 20 et 21 pouces chaussées de pneus Pirelli Trofeo R ainsi que ses freins en carbone céramique, elle promet une tenue de route et comportement des plus sportif.

Produite à partir de 2020 dans l’usine de la marque située à Hethel, au Royaume-Uni, la nouvelle Lotus Evija ne sera proposé qu’à 130 exemplaires, comme un hommage au nom de code Type 130. Chaque unité sera vendue 1,7 million de livres, soit 1,88 millions d’euros environ, hors taxes, tandis qu’un acompte de 250.000 € sera demandé lors de la commande. De quoi réfléchir à deux fois avant de se lancer…

Marie Lizak

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.