Essais automobilesVoiture propre

Essai BMW i5 eDrive40 : notre avis sur la première Série 5 électrique

La BMW Série 5 passe enfin à l’électrique avec cette nouvelle i5 très prometteuse sur le papier qui veut rivaliser avec les Mercedes EQE et autres Tesla Model S. Sur le papier, elle a déjà de nombreux arguments en sa faveur. Mais sur la route ? Découvrez notre essai complet pour le savoir.

Photo statique BMW i5 2023

Comme tous les constructeurs, BMW va devoir accélérer sur l’électrification de sa gamme alors que les voitures thermiques seront interdites à la vente en Europe à partir de 2035. Mais la firme est loin d’être en retard, alors qu’elle propose déjà une gamme très large, avec entre autres les i4, i7 et autres iX, sans oublier l’iX1 et l’iX3. Mais d’autres modèles devraient également arriver un peu plus tard, alors que la marque bavaroise prévoit de toutes façons d’arrêter de proposer des autos à combustion de manière progressive. En effet, pas moins de 50 % de ses ventes devraient être électriques à partir de 2030, une échéance qui va arriver très vite. C’est donc dans ce contexte que BMW a récemment levé le voile sur sa dernière création électrique en date, la nouvelle i5. Mais cette dernière, comme le reste de la gamme électrique n’est pas un modèle totalement inédit. Et pour cause, elle se décline toujours en thermique, sous le nom de Série 5.

La berline s’offre en effet une toute nouvelle génération et se décline pour la première fois depuis 50 ans en une version électrique. C’est lors du dernier salon de Munich, au mois de septembre que le constructeur allemand a permis à cette nouvelle mouture de faire ses premiers pas devant le public, alors qu’elle fut officiellement révélée en mai dernier. Outre un nouveau design plus moderne, cette rivale de la Mercedes Classe E devient donc électrique, avec non pas une mais bien deux variantes différentes, baptisées eDrive 40 et M60 et sur lesquelles nous allons revenir un peu plus en détails au cours de cet essai. Avec cette nouvelle arme, plus petite et moins chère que l’i7, BWM espère se faire une belle place sur le marché des berlines électriques, de plus en plus concurrentiel. D’autant plus que la marque a une rivale en ligne de mire : la Tesla Model S.

Sur le papier, la nouvelle i5 possède heureusement de nombreux atouts très intéressants. Mais qu’en est-il en conditions réelles ? Et bien pour le savoir, quoi de mieux que d’en prendre le volant le temps d’une semaine ? L’occasion idéale de découvrir toutes les facettes de cette berline haut de gamme, qui va devoir jouer des coudes pour aller titiller ses concurrentes. Alors embarquez avec nous pour découvrir cette nouvelle arrivante sur le marché, bien décidée à en découdre !

Essai BMW i5 eDrive40 : évolution en douceur

Photo arrière statique BMW i5 2023

Si certains constructeurs vont évoluer leurs modèles en profondeur lors du passage à une nouvelle génération, on ne peut pas vraiment en dire autant de la BMW Série 5. Bien évidemment, son style change et se modernise, mais pas forcément de manière très ostentatoire, et à vrai dire, c’est plutôt une bonne chose. En effet, cette fois-ci, pas de calandre caricaturale ou à la forme étonnante, mais une évolution discrète, que ce soit en thermique ou en électrique. Ainsi, la berline conserve sa silhouette originelle dans l’ensemble, tandis que sa face avant devient un peu plus anguleuse sans trop en faire. La calandre caractéristique des voitures de la marque allemande est reconduite, surplombant un bouclier assez imposant tout de même. A noter que les différences entre la version thermique et électrique sont assez minimes, et seule la grille à l’avant permet de détecter cette dernière vue de face.

De profil, la berline affiche de belles proportions avec une longueur très généreuse affichée à 5,06 mètres, pour 1,90 mètre de large et 1,52 mètre de haut. Un beau bébé qui chasse donc directement sur les terres de la Tesla Model S, ainsi que de la Mercedes EQE, entre autres. On note la présence de poignées affleurantes qui permettent de réduire le Cx, ou coefficient de trainée, alors affiché à 0,23, le même que celui de la précédente Tesla Model 3. A l’arrière, là encore les évolutions restent discrètes mais l’on note bien évidemment la nouvelle signature lumineuse ainsi que le bouclier contrastant en noir. De quoi donner encore plus de prestance à la voiture, bien campée sur ses jantes de 19 à 21 pouces selon la version choisie. A noter qu’un pack M est également proposé en option pour lui donner un style encore plus sportif.

Essai BMW i5 eDrive40 : pensée pour les longs voyages

Photo intérieur BMW i5 2023

Si les changements extérieurs restent tiennent plus de l’évolution que de la révolution, le poste de conduite a quant à lui profité d’un gros travail de la part des designers par rapport à la précédente BMW Série 5. La présentation devient plus moderne et plus épurée, notamment au niveau de la planche de bord. Cette derrière est débarrassée des imposants aérateurs en son centre, tandis que la plupart des touches physiques disparaissent. Ce qui rend l’ensemble plus agréable visuellement, mais qui peut compliquer la prise en main de la voiture. Si l’intérieur de cette i5 reste très sobre, on apprécie cependant l’éclairage d’ambiance qui lui donne un aspect futuriste. La qualité perçue est toujours à la hauteur des attentes malgré la présence de plastiques peu flatteurs par endroit, tandis que le constructeur allemand fait désormais l’impasse sur le cuir pour habiller ses sièges. Dommage, au vu du prix de la voiture, qui reste assez élevé. Globalement, la présentation est qualitative et agréable à regarder, tandis que le poste de conduite se montre très technologique.

En effet, nous retrouvons une grande dalle incurvée de 27,2 pouces, qui associe un combiné numérique très visuel et très clair et un écran tactile de 14,9 pouces. Ce dernier offre de nombreuses fonctionnalités mais donc l’ergonomie est à revoir. Soucieux de rivaliser avec Tesla, BMW propose même un choix de jeux vidéos, légèrement en-deca de son concurrent cependant. Dans l’ensemble, le système d’infodivertissement BMW OS 8.5 est complet mais demande un vrai temps d’adaptation et manque de praticité. Bon point en ce qui concerne l’habitabilité, alors que la berline électrique profite d’un empattement de trois mètres de long. De quoi offrir un bel espace aux jambes pour les passagers à l’arrière, qui seront confortablement installés pour les longs voyages, d’autant plus que le dossier est incliné juste comme il faut. On déplore cependant la présence du tunnel de transmission au centre qui pénalise fortement l’occupant de la place du milieu. Enfin, le volume de coffre est affiché à 490 litres.

Essai BMW i5 eDrive40 : une routière convaincante

Photo essai BMW i5 2023

En plus des versions thermiques, cette nouvelle génération se décline non pas en une mais bien en deux variantes 100 % électriques. La première prend le nom de eDrive40 et revendique pas moins de 340 chevaux pour un couple de 430 Nm, issus d’un seul moteur installé à l’arrière. A noter que la vitesse maximale est ici bridée à 193 km/h, mais il est aussi possible d’opter pour la version plus performante, baptisée M60 xDrive. Cette dernière se dote d’un second moteur sur son essieu avant, qui lui permet de porter sa puisance totale à 601 chevaux pour 820 Nm de couple. Durant cet essai, nous avons pris le volant de la première, moins sportive mais qui devrait représenter le plus gros des ventes de cette nouvelle i5. Et rassurez-vous, la puissance est largement suffisante, alors que le 0 à 100 km/h est réalisé en 6 secondes.

Ce qui est très bon au vu du poids de la voiture, affiché à 2 130 kilos à vide. Sans surprise, et comme sur la plupart des voitures électriques, l’accélération est très franche, grâce au couple instantané, qui offre alors de belles sensations. Cependant, ce n’est pas vraiment pour cela que l’on achète cette voiture, qui reste avant tout une grande berline qui se destine en théorie plutôt aux longs voyages sur l’autoroute. Pour cela, elle fait preuve d’un grand confort, avec une suspension adaptative qui fait évoluer la rigidité de l’amortissement en fonction du mode de conduite. La configuration par défaut reste selon nous la plus adaptée à l’usage que l’on fait de la berline. Dans les virages, le poids élevé de cette dernière se fait ressentir mais l’auto vire à plat, ce qui est peut être surprenant, dans le bon sens bien sûr. Evidemment, la nouvelle i5 n’est pas un exemple d’efficacité, mais elle reste saine et sécurisante.

On note cependant une légère tendance au survirage, tandis que le train avant est un peu mou. Si la direction n’est pas la plus informative, on apprécie sa grande souplesse ainsi que le diamètre de braquage, affiché à 11,9 mètres. Ce qui est rendu possible par la présence des roues arrière directrices, ce qui facilite grandement les manoeuvres, de même que la caméra à 360 degrés. La voiture se dote d’un fort freinage régénératif, qui permet de rouler avec une seule pédale, ce qui rend la conduite dans les bouchons très agréable. A noter qu’il existe aussi un mode automatique qui adapte la puissance en fonction de la topographie et de la navigation GPS. Petit bémol cependant sur l’insonorisation, que l’on attendait encore un peu plus travaillée, avec vitrage feuilleté par exemple. Enfin, la consommation est annoncée à 15,9 kWh/100 km, ce qui reste raisonnable, tandis que l’autonomie est affichée à 582 kilomètres en cycle WLTP. La recharge s’effectue en 25 minutes en courant continu à une puissance de 205 kW.

Essai BMW i5 eDrive40 : pour résumer

Photo arrière dynamique BMW i5 2023

BMW nous fait une proposition intéressante avec cette i5, qui chasse directement sur les terres de la Tesla Model S et de la Mercedes EQE, entre autres. Certes, quelques progrès doivent être faits en termes d’ergonomie, notamment en ce qui concerne l’écran tactile, mais dans l’ensemble, la berline offre de bonnes prestations pour qui cherche une voiture confortable pour tous les jours. Dommage cependant que l’autonomie fonde rapidement par temps froid, comme nous avons pu le voir durant notre prise en mains, ce qui obligera à multiplier les arrêts à la borne. Heureusement que la voiture se charge rapidement ! Plus typée confort que sa rivale américaine, elle reste agréable à conduire, à défaut d’être réellement amusante. Il faudra cependant ajouter de nombreuses options onéreuses pour avoir une dotation vraiment complète.

Essai BMW i5 eDrive40 eDrive40 : notre avis

Design extérieur
Présentation intérieure
Technologie
Agrément de conduite
Rapport qualité / prix

Malgré quelques éléments encore perfectibles, la BMW i5 reste une bonne routière pour rivaliser avec la Tesla Model S.

Essai BMW i5 eDrive40 eDrive40 : fiche technique

  • Moteur : moteur électrique
  • Transmission : propulsion, boîte automatique
  • Puissance : 340 ch
  • Couple : 400 Nm
  • Dimensions : 5,05 x 1,90 x 1,52 mètres
  • Poids : 2 130 kg
  • 0 à 100 km/h : 6,0 secondes
  • Vitesse maximale : 193 km/h
  • Capacité de la batterie : 83,9 bruts
  • Autonomie : 582 km
  • Volume de coffre : 490 litres
  • Émissions de CO2 / bonus écologique : 0 g/km / pas de bonus
  • Prix : à partir de 76 200 €

Essai BMW i5 eDrive40 eDrive40 : les photos

Marie Lizak

Fondatrice et responsable éditoriale du site Une Fille Au Volant, je suis une passionnée de l'automobile dans tous ses aspects. J'ai pour vocation de partager ma passion avec légèreté et bonne humeur, sans oublier la rigueur et l'information, bien évidemment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page