À la UneEssais automobiles

Essai McLaren 720S Spider : filer à l’Anglaise

Elle est la McLaren découvrable la plus puissance de la marque. Découvrez notre essai de la McLaren 720S Spider, forte d’un V8 de 720 chevaux. Une bombe.

Photo portes McLaren 720S Spider 2020
Crédit : Soufyane Benhammouda / AMAM

Essayer une sportive, c’est toujours une expérience, et ce quel que soit le modèle. Mais lorsque l’on vous propose de prendre le volant d’une McLaren, c’est encore une autre histoire. Surtout lorsqu’il s’agit de la 720S, qui est à l’heure actuelle modèle découvrable le plus puissant proposé par la marque. Ça a de quoi impressionner. Lancée en 2017, celle-ci succède à la 650S, produite quant à elle depuis 2014, alors que le projet d’une version cabriolet était alors dans les tuyaux depuis un bon bout de temps. Une idée restée dans la tête des ingénieurs durant tout le développement du coupé, afin d’intégrer les différentes contraintes liées au toit amovible. C’est donc ainsi que naquit cette McLaren 720S, qui fait alors partie de la catégorie « Super Series », le cœur de la gamme, juste en-dessous de l’Ultimate Series, dans laquelle on retrouve les modèles les plus performants, à savoir les Senna et autres Speedtail.

Rivale des Lamborghini Aventador S Roadster et autres Ferrari 488 Pista Spider, la McLaren 720S Spider se positionne comme une sportive radicale, sans aucun compromis. Et c’est tout particulièrement le cas pour notre version d’essai, conçue pour la piste, à grands renforts de carbone et de sièges baquet, nous plongeants dans un autre univers. Embarquez dès à présent pour un essai complet à bord de l’une des sportives les plus désirables de la décennie.

Essai McLaren 720S Spider : ovni de luxe

Photo face arrire McLaren 720S Spider 2020
Crédit : Soufyane Benhammouda / AMAM

Que l’on soit réceptif à la chose automobile ou non, on ne peut que réagir lorsque l’on voit passer une McLaren 720S. Déjà parce qu’en croiser une est plutôt rare, mais surtout, parce que ses lignes ne passent pas, mais alors vraiment pas inaperçu. Ses grands yeux, ses lignes tendues, ses éléments aérodynamiques et son gabarit somme toute imposant en font un véritable ovni sur roues, aux traits plus qu’assumés, presque provocants. A l’arrière, c’est un peu la même chanson, avec là encore des attributs aérodynamiques qui donnent un caractère fou à l’ensemble, complété par l’aileron mobile et actif, dont l’inclinaison varie selon la vitesse. Comme nous avons pu le constater à l’arrêt et en roulant, nombreuses sont les têtes qui se sont tournées sur la supercar de Woking. Et il y a de quoi, sans parler bien sûr du son émanant de l’échappement, qui annonce l’arrivée de l’Anglaise à mètres à la ronde.

Bien sûr, certains diront qu’elle manque d’élégance. Et c’est vrai. Mais ceux-ci devront alors se tourner vers la McLaren GT, plus sage. Cette 720S n’a en effet aucunement vocation à séduire les gentlemen et esthètes, mais mise tout sur l’efficacité, chaque courbe et chaque appendice ayant une fonction, allant bien au-delà de l’esthétique pure. Contrairement à ce que laissent penser les images, la sportive affiche un gabarit très imposant, avec une longueur de 4,54 mètres tout de même, pour 1,93 mètre de large. Autant dire qu’il faudra faire attention à ne pas rayer les jantes, celles-ci étant déclinées en cinq versions. Les possibilités de personnalisation sont par ailleurs quasi-infinies, et il est même possible d’opter pour un capot en fibres de carbone, rendant l’ensemble encore un peu plus exclusif, complétant alors le pack carbone pouvant être choisi en option.

Lorsque l’on s’installe à bord de la McLaren 720S, quelques secondes d’adaptation sont nécessaires, tant l’habitacle diffère de ce à quoi nous avons l’habitude avec des voitures plus conventionnelles. Un ressenti d’autant plus fort que cette version a été entièrement équipée pour la piste, avec ses sièges baquet uniquement réglables en profondeur. Autant dire que conduire cette sportive dans cette configuration n’est pas à portée de tous les gabarits. Heureusement, il est possible d’opter pour des sièges plus classiques, aux plus grandes amplitudes de réglages. Ici, tout est tourné vers la sportivité, avec un habitacle sombre intégralement habillé de carbone et d’Alcantara, et agrémenté d’un combiné, ainsi que d’un écran tactile en position verticale. Ne nous étendons pas sur les rangements, quasiment inexistants, mais qui de toutes façons, ne serviraient pas à grand-chose sur cette 720S, soyons honnêtes. Notons tout de même qu’il est possible de profiter de deux coffres, un à l’avant et un à l’arrière, offrant respectivement un volume de 150 et 58 litres.

Essai McLaren 720S Spider : pur-sang anglais

Photo intérieur McLaren 720S Spider 2020
Crédit : Soufyane Benhammouda / AMAM

Lorsque l’on achète une McLaren, c’est un peu pour son style bien sûr, mais c’est avant tout pour ses performances. Cette 720S ne fait évidemment pas exception, et l’on s’en rend compte dès que l’on presse la pédale d’accélérateur. La poussée du V8 4,0 litres biturbo, fort de 720 chevaux est tout simplement démentielle, permettant à la supercar d’atteindre les 100 km/h en un claquement de doigts, soit 2,9 secondes plus précisément. C’est bien simple, plus on accélère, plus la sportive semble en vouloir toujours plus, et l’on a vite fait de retrouver à des vitesses à faire pâlir Chantal Perrichon. Autant dire qu’il faudra être vigilant pour ne pas risquer de perdre son permis de conduire à tous les coins de rue. Car cette auto, c’est probablement sur la piste qu’elle s’appréciera le mieux, révélant alors tout son potentiel, qui semble être immense. Et vous n’aurez sans doute aucun mal à me croire si je vous dit à quel point il peut être frustrant de conduire ce genre de voiture sur route ouverte.

Mais ce qui donne cet effet « waouh », c’est aussi son couple de 770 Nm, atteint entre 5 500 et 6 500 tr/min, ce qui est plutôt haut malgré les deux turbocompresseurs. Cela peut toutefois être considéré comme un atout, rendant l’Anglaise presque docile à bas régime, comme nous avons pu le voir lors de notre essai, en traversant quelques villages aux rues étroites. Mais c’est lorsque le rythme devient vraiment soutenu que la McLaren 720S Spider révèle tout son potentiel, profitant d’une direction ultra-précise, d’un châssis aux petits oignons et d’un freinage mordant et endurant. S’ajoute à cela l’aileron actif en fibre de carbone, apportant un appui aérodynamique de 180 kg, tandis que le poids plume de l’auto, affiché à seulement 1 332 kg à vide joue évidemment en faveur de l’efficacité. Que ce soit en ligne droite ou sur des routes plus sinueuses, la 720S Spider semble à son aise partout, et il sera très difficile de la mettre en défaut, grâce à son centre de gravité ultra bas, mais également à son système de Traction Control très rassurant.

Moins radicale que la McLaren 600LT, entre autres, et sans parler non plus de polyvalence cette 720S Spider se veut un peu plus civilisée, et son toit amovible électriquement en seulement 11 secondes est une véritable invitation à cruiser tranquillement au bord de la mer. Proposant trois modes de conduite, à savoir Comfort, Sport et Track, la sportive se révèle très plaisante à conduire à des vitesses plus raisonnables, même si la tentation de se jeter sur la pédale de droite est toujours grande. Son châssis monocoque et ses suspensions rigides au possible en faisant définitivement plus une bête de course qu’une auto de tous les jours, même si certains points auraient pu être plus affirmés encore, à l’image du trop discret échappement. L’ensemble reste néanmoins à la hauteur de nos attentes, McLaren ayant réussi à produire une auto efficace au possible et plaisante à conduire, et ce peu importe la vitesse. De quoi nous donner à nouveau la foi et raviver la flamme de la passion, à l’heure où tout semble aseptisé, sportives comprises. Bref, cette McLaren 720S Spider est une véritable bouffée d’air frais, à tous points de vue.

Essai McLaren 720S Spider : pour résumer

Photo capot McLaren 720S Spider 2020
Crédit : Soufyane Benhammouda / AMAM

Il n’y a pas à dire, cette McLaren 720S Spider nous redonne foi en l’automobile, à l’heure ou tout semble aseptisé et politiquement correct. Véritable pied de nez à la tendance écolo, la supercar est une ode à la vitesse et au plaisir, et tant pis si ce n’est pas dans l’air du temps ! Car il suffit de voir les têtes se tourner et les sourires des enfants sur son passage pour comprendre que ce les belles sportives font toujours rêver malgré tout. Une chose est sûre, cette 720S Spider est un beau jouet que l’on rêverait d’avoir dans notre garage…

Essai McLaren 720S Spider : notre avis

Design extérieur
Présentation intérieure
Techno
Agrément de conduite
Passion
Rapport qualité / prix

Fidèle à la réputation de McLaren, cette 720S Spider est un véritable missile au fort potentiel passion !

Essai McLaren 720S Spider : la fiche technique

  • Moteur : V8 4.0 litres biturbo, boîte automatique à sept rapports
  • Puissance : 720 ch à 7 500 tr/min
  • Couple : 770 Nm entre 5 500 et 6 500 tr/min
  • Dimensions : 4,54 x 1,93 x 1,20
  • 0 à 100 km/h : 2,9 secondes
  • Vitesse maximale : 340 km/h
  • Volume de coffre : 150 litres à l’avant, 58 litres à l’arrière
  • Émissions de CO2 / malus : 276 g/km / 20 000 €
  • Prix : à partir de 282 500 €

Essai McLaren 720S Spider : les photos

Photos : © Soufyane Benhammouda / AMAM

Tags

Marie Lizak

Fondatrice et responsable éditoriale du site Une Fille Au Volant, je suis une passionnée de l'automobile dans tous ses aspects. J'ai pour vocation de partager ma passion avec légèreté et bonne humeur, sans oublier la rigueur et l'information, bien évidemment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer