Plus méchante que jamais, la Bugatti Chiron Sport se montre à Genève

Deux ans après sa présentation à Genève, c’est également en Suisse que la Bugatti Chiron présente sa nouvelle version Sport, plus efficace que jamais. Au programme, un comportement amélioré et… des essuie-glaces en fibre de carbone.

Bugatti Chiron Sport 2018

Souvenez-vous, il y a deux ans, Bugatti présentait la remplaçante de la Veyron, la Chiron, qui avait secoué la planète automobile par ses performances hors du commun. Et bien accrochez-vous, car ce n’est pas fini, puisque la marque de Molsheim présente cette année à Genève une version encore plus radicale, la Chiron Sport.

Esthétiquement, l’hypercar se distingue de la version standard par de nouvelles jantes allégées ainsi que ses quatre sorties d’échappement arrondies et non plus anguleuses. Des teintes de carrosserie exclusives ainsi qu’un logo « 16 » sur la calandre en référence au nombre de cylindres de son moteur lui offrent également un style distinctif unique. A l’intérieur enfin, le noir est présent sur la sellerie comme sur les boutons, tandis que le cuir et l’Alcantara viennent habiller l’ensemble. Des rappels de la couleur extérieure sont également disséminés dans l’habitacle, notamment sur les ceintures de sécurité, les coutures ou encore les compartiments de rangement de la console centrale.

18 kilos de moins sur la balance

Bugatti Chiron Sport 2018

Si cette Bugatti Chiron Sport conserve la motorisation de la version standard, soit un W16 8,0 litres quadriturbo de 1.500 chevaux, elle se veut toutefois plus efficace que cette dernière. Pour réussir un tel pari, les ingénieurs de la firme ont réussi à lui faire perdre quelque 18 kilos sur la balance, grâce notamment à l’ajout de carbone (presque) partout. Les jantes bénéficient donc d’un régime minceur, ainsi que les essuie-glace, en carbone également et dont le poids à ainsi été réduit de 77 % afin d’atteindre les 1,4 kg seulement.

Quelques modifications mécaniques ont également été apportées à l’hypercar, avec notamment un châssis plus rigide ainsi qu’une direction légèrement revue, le tout uniquement activé en mode Handling. Enfin, le différentiel arrière se dote d’une nouvelle fonction Dynamic Torque Vectoring, qui assure une meilleure répartition du couple et une stabilité accrue, notamment en courbes. Le résultat : cinq secondes de moins au tour sur le circuit d’essai de maniabilité de Nardò par rapport à la version standard, avec des vitesses supérieures à 200 km/h dans les virages.

Le prix pour cette hypercar de tous les superlatifs ? 2,65 millions d’euros net, ce qui en fait la voiture de série la plus chère exposée durant cette édition 2018 du salon de Genève. Les première livraisons sont quant à elles attendues pour la fin de l’année.

Marie Lizak

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s