ComparatifsEssais automobiles

Comparatif Toyota GR Yaris vs Toyota GR Supra : deux salles, deux ambiances

Un constructeur, deux sportives qui n’ont au premier abord rien en commun, hormis leur blason GR. Mais alors, laquelle de la Toyota GR Yaris et de la Supra est la meilleure ? Nous les avons emmené sur la piste du circuit de la Ferté-Gaucher pour le savoir.

Photo comparatif Toyota GR Yaris et Toyota GR Supra 2021

L’une possède six cylindres, l’autre en a moitié moins, mais a deux roues motrices de plus. Derrière cette équation qui semble un brin complexe, deux autos qui n’ont pas grand-chose en commun, si ce n’est leur logo GR, pour Gazoo Racing. Un blason très prometteur, synonyme de performances et d’un certain plaisir de conduire, surtout lorsque l’on connaît le palmarès en compétition de l’écurie japonaise, que ce soit en endurance comme en Championnat du monde des rallyes. Alors autant dire que voir un tel logo apposé sur des véhicules de série, ça a de quoi donner le sourire, surtout dans une période où les voitures de sport semblent définitivement condamnées sur l’autel de l’écologie punitive. Forcément, quand Toyota a fait renaître la Supra en 2019, tout les regards se tournaient alors vers la marque, qui osait alors relancer un coupé au style extravagant, embarquant en plus sous son capot un vrai six cylindres, en l’occurrence celui de la BMW Z4. Un peu plus d’un an plus tard, la firme lançait une version plus sage, avec un bloc quatre cylindres 2,0 litres non moins plaisant, et même plus adapté à la vie quotidienne.

À voir également :
→ notre essai de la Toyota GR Yaris
→ notre essai de la Toyota GR Supra

Un vrai tour de force de la part de la marque nippone, plutôt connue pour ses modèles grands publics vertueux, tels que les C-HR et autres Yaris hybride. Jouant habilement sur tous les tableaux, n’a pas voulu s’arrêter à un seul modèle sportif, bien au contraire. Et voici qu’en début d’année dernière, la firme lève le voile sur la GR Yaris, une petite bombinette qui n’a en réalité pas grand chose à voir avec la citadine dont elle reprend le nom. Car hormis quelques détails tels que l’antenne et les logos, les deux ne partagent pas une seule pièce de carrosserie, la sportive ayant été développée par les ingénieurs de Gazoo Racing, qui ont mis a profit toute leur expertise pour concevoir une auto totalement folle. Imaginez :  quatre roues motrices, 1 280 kilos à vide et 261 chevaux issus de son trois cylindres. Totalement démentiel. Autant dire que face aux six cylindres, à l’architecture propulsion et aux 1 570 kilos de la Supra, c’est un monde qui sépare les deux autos.

Mais cela ne nous a pas empêché de vouloir savoir laquelle est vraiment la meilleure, en fonction des besoins et des envies. Car les deux n’ont rien à voir, c’est sûr, mais chacune possède ses forces et ses faiblesses, s’adaptant ainsi à des clientèles bien différentes. C’est donc sur la piste du circuit de la Ferté-Gaucher (77) que nous avons souhaité opposer ces deux bombinettes nippones, histoire de voir ce qu’elles ont sous le capot. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que nous n’avons pas été déçus du voyage…

Comparatif Toyota GR Yaris vs Toyota GR Supra : le match du style

Photo face avant comparatif Toyota GR Yaris et Toyota GR Supra 2021

Lorsque l’on regarde ces deux autos, difficile de trouver un quelconque point commun, hormis peut-être leur goût pour les lignes torturées. Car pour l’une comme pour l’autre, on peut dire que les designers se sont fait plaisir, avec des traits originaux et très agressifs. Du côté de la Supra, celle-ci n’a plus rien à voir avec la mythique 4ème génération rendue célèbre par la saga Fast & Furious, troquant sa face avant tout en rondeur pour un visage plus méchant, avec ses larges prises d’air (dont certaines factices) et ses impressionnantes optiques. De profil et de dos, l’auto en impose également visuellement, avec ses flancs sculptés et presque caricaturaux, ainsi que son large diffuseur, intégrant deux grosses sorties d’échappement. Il n’y a pas à dire, le coupé ne laisse pas indifférent, comme en témoignent les nombreux regards et pouces en l’air aperçus durant notre essai. On regrettera cependant les trop nombreuses fausses entrées d’air, sur le capot et sur les côtés, même si le résultat est plutôt réussi au premier regard. Le toit à double bosselage fait également son petit effet, de même que les larges jantes alliage de 19 pouces exclusives à la version 3,0 litres. Si l’auto nous avait beaucoup plu en jaune, le gris Ice Grey Metallic de notre version d’essai lui va également à ravir, et sera plus facile à assumer au quotidien.

De son côté, la Toyota GR Yaris est elle aussi totalement démentielle sur le plan esthétique, avec sa large calandre carrée, ses optiques agressive et ses prises d’air latérales en position verticale. Bien campée sur ses roues, la japonaise survitaminée donne l’impression d’être bodybuidée, profitant d’un kit carrosserie pour le moins assumé. Jupes latérales, lame avant, voies élargies, diffuseur arrière percé de deux sorties d’échappement, avec tout ça, l’auto tient plus de la rallycar que de la citadine. Et c’est normal, car l’auto a été conçue pour permettre l’homologation de la Toyota Yaris WRC de compétition, rien que ça ! Et ça se voit, alors que cette petite boule de nerfs de seulement quatre mètres de long a également profité d’un vrai régime minceur, grâce à sa carrosserie intégralement réalisée en aluminium et en polymère renforcé de fibres de carbone. Ici dans sa version Track, plus extrême et optimisée pour la piste, la petite nippone se distingue par ses très belles jantes alliage de 18 pouces livrées de série, abritant des étriers de freins rouges siglés du logo GR. On apprécie le sens du détail ! Enfin, la sportive est disponible avec un choix de quatre teintes, dont le très beau Rouge Intense de notre version d’essai, qui lui va à ravir et pour lequel il faudra dépenser seulement 750 €, ce qui reste relativement raisonnable.

Match du style : 1 point pour la Toyota GR Yaris, qui affiche un look de bodybuilder avec des lignes affirmées mais plus équilibrées que la Supra.

Comparatif Toyota GR Yaris vs Toyota GR Supra : le match des intérieurs

Si vous êtes des amateurs d’automobile, ce qui est probablement le cas si vous lisez cet article, vous savez très probablement que la Toyota Supra reprend la base technique de la BMW Z4, les deux autos ayant été conçues dans le cadre d’un partenariat liant les deux marques, afin de réaliser des économies des deux côtés. Forcément, cela se traduit par quelques points communs entre les deux autos, et notamment du côté de l’intérieur, les cousines germano-japonaises partageant des présentations similaires. Mais qu’importe, car l’ensemble est certes conventionnel, il est plutôt plaisant à regarder et à on se sent bien à bord de cette Supra. Les matériaux sont en effet de très bonne facture, tandis que les ajustements sont également très qualitatifs. On appréciera la console centrale en carbone, ainsi que les sièges sport offrant un bon maintien, tout en étant également très confortables, en plus d’être électriques et chauffants. Si le système d’info-divertissement est plutôt satisfaisant et moderne, la lisibilité aurait cependant pu être quelque peu améliorée. Plus GT que coupé radical, la Toyota GR Supra se révèle plutôt confortable et relativement habitable, malgré qu’il s’agisse d’une stricte deux places. Le conducteur et son passager sont bien installés, tandis que le coffre de 290 litres est plutôt spacieux.

A bord de la Toyota GR Yaris, c’est une toute autre ambiance, et la différence de positionnement est ici très visible. Dès le premier abord, on remarque d’emblée que la qualité perçue est un peu plus inférieure, avec une forte présence de plastiques durs assez peu flatteurs à l’oeil, tandis que les finitions gagneraient à être plus travaillées. Une critique que nous avions déjà pu faire à la Yaris hybride, même si l’on apprécie la présentation générale, assez classique mais efficace. Ici, la sportivité est apportée par les surpiqures rouges, sur les sièges sport ainsi que le volant, tandis que le reste de l’habitacle demeure très sobre, voire un peu austère. L’écran tactile fait quant à lui très bien le boulot mais semble un brin daté, de même que le combiné analogique, qui s’offre des compteurs exclusifs sur cette version. Mais le principal point fort de cette Toyota GR Yaris, c’est avant tout la position de conduite, grâce à des sièges offrant une large amplitude de réglages particulièrement adaptés aux petits gabarits. Ce sont d’ailleurs eux qui seront le plus à l’aise à l’arrière, alors que le pavillon de la citadine a été abaissé d’une dizaine de centimètres. Enfin, le volume de coffre est quant à lui affiché à 174 litres lorsque la banquette est en place, ce qui reste raisonnable sans être très spacieux pour autant.

Match des intérieurs : 1 point pour la Toyota GR Supra, qui profite d’un intérieur mieux fini, plus confortable et plus haut de gamme.

Comparatif Toyota GR Yaris vs Toyota GR Supra : le match de la conduite

Photo comparatif Toyota GR Yaris et Toyota GR Supra 2021

Vous l’aurez compris, les deux autos sont radicalement différentes, tant en termes de style que de prestations intérieures. Mais qu’en est-il une fois que l’on s’installe derrière le volant ? C’est ce que nous avons voulu voir en emmenant les deux stars de Toyota sur piste, et plus particulièrement sur le circuit de la Ferté-Gaucher, situé en Seine-et-Marne. L’occasion de mieux appréhender les deux sportives sur leur terrain de prédilection et de vraiment cerner leurs différences en les poussant jusqu’à leurs limites respectives. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les deux possèdent chacune sa propre philosophie, avec ses atouts et ses défauts. Et pour cause, l’une embarque un six cylindres 3,0 litres de 340 chevaux, relié aux roues arrière via une boite automatique ZF, tandis que l’autre est équipée d’un trois cylindres 1,6 litre de 261 chevaux, associé à une boite manuelle à six rapports ainsi qu’à une transmission intégrale permanente. Autant dire que les deux n’ont pas grand-chose à voir, mais répondent à des besoins bien différents de clients qui le sont tout autant. Car si l’une se veut plus polyvalente, l’autre joue quand à elle la carte de la radicalité, avec un caractère et une vraie efficacité directement issus du monde de la compétition. Si sur le papier, la Supra semble avoir plus de chances de séduire que la Yaris, quelques tours de piste nous auront confirmé qu’il ne faut pas se fier aux apparences, loin de là !

Photo comparatif statique Toyota GR Yaris et Toyota GR Supra 2021Alors que les deux autos sont alignées dans les stands et prêtes au départ, notre choix se portera en premier sur la Toyota GR Yaris pour commencer la journée. Et si l’on tente par tous les moyens de rester à une vitesse raisonnable lors du premier tour, histoire de se remettre en tête un tracé très technique, il est difficile de ne pas mettre pied au plancher. Et comme la meilleure façon de résister à la tentation, c’est d’y céder, il ne nous aura pas fallu bien longtemps pour titiller la pédale de droite et tirer parti des courbes de la piste. Et là, c’est la révélation. Cette voiture est tout simplement dingue. Son trois cylindres très coupleux à partir de 3 000 tr/min grâce à son turbo et son poids plume de seulement 1 280 kilos rendent l’auto ultra-efficace, tandis que sa direction consistante permet d’emmener le train avant exactement là où on le souhaite. Littéralement rivée au sol, malgré une très légère tendance au sous-virage à haute vitesse, cette petite boule de  nerfs n’usurpe pas son excellente réputation. La transmission intégrale offre quant à elle une tenue de route incroyable, tandis que les deux différentiels, soit un sur chaque essieu rattrapent tous les excès de confiance du conducteur.

Même en mode Sport, avec une répartition à 30/70 entre les deux essieux, et une fois toutes les assistances déconnectées, il faudra véritablement cravacher la voiture pour atteindre ses limites, qui sont loin, très loin. Une légère dérive du train arrière peut alors être provoquée en jouant sur les transferts de masse, mais autant dire qu’il faudra un certain coup de main pour y arriver, tant l’auto est difficile à faire danser. Les suspensions sont quant à elles très bien calibrées, assez fermes pour offrir une bonne stabilité en courbes mais pas trop non plus, ce qui permet à la citadine sportive d’être également à l’aise sur des trajets du quotidien, pouvant alors très bien jouer le rôle de voiture de tous les jours, sous réserve de vivre seul. Profitant d’une prise de roulis très maîtrisée, ainsi que d’un freinage mordant grâce aux disques avant rainurés pincés par quatre pistons, la Toyota GR Yaris montre une belle réactivité, permettant de ne pas passer son temps à rétrograder. Les relances en sorties de virages sont en effet excellentes, même lorsque l’on reste en 3ème. On ne boude cependant pas notre plaisir à jouer du levier de vitesse, alors que la commande de boite est précise et très agréable.

Après quelques tours au volant de la bombinette la plus séduisante du moment, il est désormais temps de s’installer à bord de la Toyota GR Supra, qui semble également très prometteuse, avec sa belle fiche technique et ses six cylindres qui ne demandent qu’à s’ébrouer sous le soleil de la Seine-et-Marne. Après notre séance de pilotage en Yaris, le tracé du circuit, long de 1,6 kilomètre est désormais bien assimilé, et forcément, notre confiance a elle aussi nettement grandi par rapport à notre premier tour. Un peu trop peut-être, alors que la première glissade du train arrière du coupé nippon nous remet en tête que nous ne sommes plus du tout à bord de la même auto. Plus puissante, bien sûr, la Supra est également plus joueuse, grâce à son architecture en propulsion. De quoi s’amuser un peu plus qu’avec la citadine précédemment essayée, bien que son comportement reste cependant assez aseptisé. Car si l’auto joue volontiers de l’arrière-train, tout se fait en douceur et sans distiller beaucoup de sensations. Plus lourde que sa rivale du jour, avec pas moins d’1,5 tonne sur la balance, la Supra compense par une puissance plus élevée, qui sera alors mieux exploitée sur une piste plus longue, comme nous avons pu le tester sur le tracé de deux kilomètres.

Là, l’auto est bien plus plaisante, pouvant vraiment s’exprimer et s’adonner à quelques bellesPhoto comparatif statique Toyota GR Yaris et Toyota GR Supra 2021 accélérations. Si la boite automatique est plutôt réactive, on préfèrera néanmoins user et abuser des palettes, d’autant plus que celles-ci sont assez agréables à prendre en main. Globalement, l’auto se montre assez efficace sur piste, grâce entre autres à son différentiel qui reste cependant très permissif, tout en rattrapant les éventuelles erreurs de pilotage. On regrettera cependant sa direction un peu trop souple, cependant très adaptée à une conduite de tous les jours. Il n’empêche que le train avant reste très incisif, s’inscrivant alors parfaitement dans les courbes, tandis que le très bon travail sur le châssis permet à l’auto de virer quasiment à plat. L’amortissement se veut quant à lui plutôt typé sport, bien qu’assez polyvalent tout de même, tandis que les relances sont plutôt bonnes en sorties de courbes, sous réserve de jouer des palettes au volant avant de repartir. Plutôt confortable dans l’ensemble, cette Supra serait en fait presque plus à l’aise sur l’Autobahn que sur une piste trop technique, alors pénalisée par son poids, tandis que son comportement très sérieux n’invite pas forcément aux folies en termes de pilotage. Enfin, son freinage, assuré par un système Brembo est puissant mais manque cependant d’endurance.

Match de la conduite : 1 point pour la Toyota GR Yaris, plus efficace et nettement plus amusante !

Comparatif Toyota GR Yaris vs Toyota GR Supra : pour résumer

Après une journée entière passée au volant de ces deux sportives, le constat est simple : elles sont totalement différentes, et répondent à des envies qui le sont tout autant. Et en réalité, il est donc très difficile de les départager en toute objectivité, certains préférants l’exubérance et l’efficacité de la Yaris, quand d’autres plébisciterons la puissance et le confort de la Supra. Mais quoi qu’il en soit, les deux autos possèdent chacune d’excellents arguments, la première séduisant par son côté totalement extravagant, tandis que la seconde étant finalement plus sage, et plus adaptée aux week-ends sur la côte normande plutôt qu’à la piste. Difficile de faire un choix donc, entre ces deux autos aux caractères bien différents, même si notre coup de coeur sera plutôt pour la GR Yaris, pour son look déjà, mais aussi pour ses prestations sur piste. Mais ne dit-on pas que choisir, c’est renoncer ? Et non, on aime pas trop ça ici, alors on prend les deux, une pour la semaine, et une pour le week-end…

Nous adressons tous nos remerciements aux équipes des circuits LFG pour leur accueil chaleureux et la mise à disposition de leurs équipements.

Découvrez toutes les activités proposées au cours de l’année sur leur site web.

Comparatif Toyota GR Yaris vs Toyota GR Supra : les photos

Tags

Marie Lizak

Fondatrice et responsable éditoriale du site Une Fille Au Volant, je suis une passionnée de l'automobile dans tous ses aspects. J'ai pour vocation de partager ma passion avec légèreté et bonne humeur, sans oublier la rigueur et l'information, bien évidemment !

Un commentaire

  1. Contrairement a ce qui est dit, la position de conduite est justement le tres gros point noir de cette voiture. C’est bien simple, si vous avez une taille normale, vous serez systematiquement assis trop haut…!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer