Essais automobiles

Essai Toyota GR Yaris Track : dynamite pure

Façonnée par l’expertise de la marque en rallye, la Toyota GR Yaris Track est un jouet aussi efficace qu’attachant. De là à dire qu’elle est la meilleure sportive accessible actuelle, il n’y a qu’un pas.

Photo Toyota GR Yaris 2021 261 chevaux

Beaucoup connaissent Toyota pour ses modèles conventionnels et sa gamme hybride, que ce soit avec les C-HR, RAV4 et autres Yaris. Mais la marque, c’est aussi une division sportive engagée en compétition, que ce soit en Formule 1 jusqu’en 2009, en endurance et en rallye, avec l’écurie Gazoo Racing, avec une foule de victoires qui ont jalonné son histoire. Autant dire que le sport auto, c’est un domaine que connaît bien la marque japonaise, qui fait de sa dualité une vraie force, utilisant ses compétences de motoriste en compétition puis en les transposant sur ses véhicules de série. Mais que se passe t-il quand les ingénieurs de Gazoo Racing sont directement chargés du développement d’une toute nouvelle sportive, née de l’expérience de la marque en Championnat du Monde des Rallyes ? Et bien ça donne la nouvelle Toyota GR Yaris, une auto totalement déroutante et qui aurait pu ne jamais voir le jour, à l’heure où les petites sportives sont menacées et disparaissent les unes après les autres des gammes. Pensons entre autres aux Renault Clio RS et autres Peugeot 208 GTi, sacrifiées sur l’autel des normes environnementales et d’un malus qui flambe d’années en années.

Sans doute rendu confiant par sa gamme majoritairement hybride lui permettant de présenter une moyenne d’émissions très basse, Toyota a donc décidé de se lâcher avec cette GR Yaris. Contrairement à son nom, celle-ci ne partage quasiment aucune pièce avec la Yaris hybride dont nous avons pris le volant il y a quelques mois. Car cette création, qui s’avère au passage être un véritable piège à permis de conduite a résolument été conçue avec une part de compétition dans son ADN. Car le sport auto, c’est aussi ça qui a permis la création de cette petite bombe, ou plutôt qui aura servi de prétexte, Toyota affirmant avoir besoin de ce modèle pour homologuer la Yaris WRC, qui ne verra pourtant peut-être pas le jour, du fait des nouvelles réglementations pour la discipline. Quoi qu’il en soit, on ne peut que saluer l’audace de la marque d’oser sortir un tel véhicule, à l’heure où les sportives n’ont plus vraiment le vent en pouce. Totalement dingue, absolument anti-politiquement correcte et délicieusement provocatrice, cette Toyota GR Yaris suscite la curiosité et est un véritable aimant à passionnés.

Mais alors, cette petite rallycar homologuée sur la route est-elle à la hauteur des très hautes attentes ? C’est ce que nous avons voulu voir, en prenant le volant de la version la plus extrême, baptisée Track. Et une chose est sûre, nous l’aurions bien gardé encore un peu plus longtemps, cette Toyota GR Yaris…

Essai Toyota GR Yaris Track : petite boule de nerfs

Photo face avant statique Toyota GR Yaris 2021

Lorsque l’on voit cette Toyota GR Yaris pour la première fois, nous sommes instantanément frappés par son look, qui donne l’impression que la sage petite citadine a profité du précédent confinement pour travailler sa plastique. Surement plus assidue que nous pour le sport, l’auto s’est forgée un physique qui ferait pâlir d’envie n’importe quel champion de culturisme. Et quel look elle a, cette Yaris revue à la sauce Gazoo Racing ! Car si la version standard en impose déjà avec ses lignes assumées, cette déclinaisons passe a un niveau supérieur, adoptant un visage encore plus agressif avec sa large calandre carrée, reconnaissable au premier coup d’oeil. Agrémentée d’un discret logo GR et peinte en noir, celle-ci est alors entourée de deux prises d’air verticales, intégrant les antibrouillards. Bref, la citadine sportive est prête à en découdre et sait le montrer, avec son air méchant. Bien campée sur ses roues, elle semble en effet prête à bondir et à partir au quart de tour. Pas de doute, les designers se sont lâches avec cette GR Yaris, et l’effet « wahou » est véritablement au rendez-vous. Il n’y a qu’à voir les regards appuyés des passants et les nombreuses réactions sur son passage pour comprendre que cette voiture a un vrai potentiel séduction.

De profil, la petite bombinette exhibe ses formes, avec ses ailes musclées, notamment à l’arrière, alors que les voies ont été élargies pour améliorer sa tenue de route à haute vitesse. Mais c’est surtout l’arrière-train de la citadine qui interpelle, alors que les designers de Toyota ont voulu faire de cette Yaris une vraie petite boule de nerfs. Ne partageant que ses optiques, ses rétroviseurs et son antenne avec la version standard, la petite sportive a également opéré un vrai régime minceur, en optant pour une carrosserie réalisée en aluminium et en polymère renforcé de fibres de carbone, permettant de limiter son poids à seulement 1,2 tonne. Par ailleurs, notre version d’essai Pack se distingue également sur le plan esthétique par de très belles jantes de 18 pouces noires en aluminium forgées, abritant alors des étriers rouges siglés GR. Un détail qui s’accorde alors parfaitement avec la robe Rouge Intense de l’auto, qui lui va à ravir. De toutes façons, le choix des couleurs est assez limité, puisque seulement quatre teintes sont proposées au catalogue en plus du rouge, à savoir deux nuances de blanc et du noir.

Mais si l’extérieur fait preuve d’une certaine audace, ce n’est en revanche pas vraiment le cas de l’intérieur, qui se veut quant à lui bien plus conventionnel. Seuls les logos GR sur la console centrale, le volant et sur les sièges sport en simili daim, ainsi que les surpiqures nous rappellent que nous sommes à bord d’une version sportive. La présentation reste quant à elle strictement identique à la Yaris standard, hormis les compteurs, qui restent assez discrets. L’ensemble est bien pensé, simple et efficace, mais reste somme toute assez austère. On reprochera néanmoins une qualité de finition et des matériaux assez moyens, avec des plastiques durs omniprésents et très visibles. Rien de bien rédhibitoire pour autant, surtout pour une voiture qui n’a pas franchement les ambitions d’une routière haut de gamme, où le moindre détail compte. D’autant plus que l’on est très bien installés à bord de cette Toyota GR Yaris, grâce à des sièges chauffants et plutôt confortables, offrant une large plage de réglages, qui se font alors manuellement. De quoi prendre la route sereinement, tout en profitant d’un excellent maintien latéral. L’habitabilité n’est pas forcément le gros atout de cette auto, tout comme la version standard, alors que les passagers arrière se sentiront un peu à l’étroit, tant au niveau des jambes que de la tête, alors que le pavillon a été abaissé de 10 centimètres. Mais de toutes façons, pas question de voyager avec toute la famille à bord de la citadine sportive, dont le volume de coffre reste assez moyen, affiché à seulement 174 litres.

Essai Toyota GR Yaris Track : efficacité redoutable

Photo dynamique essai Toyota GR Yaris 2021

Ne vous fiez pas au son assez décevant au démarrage de cette Toyota GR Yaris, qui se révèle très surprenante une fois sur la route. Car il suffit de quelques mètres pour se rendre compte à quelle point la citadine sportive est vivante et ne demande qu’à s’ébrouer sur des routes sinueuses. Sous le capot de la petite japonaise se trouver un bloc trois cylindres 1,6 litre turbocompressé, développant alors la bagatelle de 261 chevaux, pour un couple maximal de 360 Nm, atteint entre 3 000 et 4 600 tr/min. Une fiche technique pour le moins impressionnante pour des performances qui le sont tout autant, avec un 0 à 100 km/h ne nécessitant que 5,5 secondes. Ça, c’est sur le papier. Mais en pratique, la citadine parait être encore plus rapide pour réaliser cet exercice, tant le petit moteur est volontaire, ne demandant qu’à monter dans les tours. On regrettera néanmoins la fausse sonorité un peu caricaturale sortant des enceintes, faisant croire à la présence d’un plus gros moteur sous le capot. De son côté, la commande de la boite manuelle à six rapports est précise et directe, et jouer du levier de vitesse est un vrai bonheur. On salue par ailleurs la marque de ne pas avoir cédé à la tentation d’installer une transmission automatique, qui aurait sans doute aseptisé le comportement de l’auto.

Photo portrait Toyota GR Yaris rouge Intense 2021Car une chose est sûre, on joue pas mal du levier avec cette bombinette, alors que chaque passage de rapport est un vrai « coup de pied aux fesses », ce qui peut s’avérer très dangereux pour le permis. Avec son punch, la citadine gavée aux hormones est une vraie fusée en ligne droite, grâce à son moteur coupleux et sa formidable motricité. Sans parler de son poids plume, affiché à seulement 1 280 kilos. Il faudra néanmoins monter dans les tours pour véritablement profiter de tout le dynamisme de l’auto, alors que trois cylindres se révèle un peu creux à bas régime. C’est autour des 2 500 tr/min que le couple déboule alors d’un coup, distillant alors des sensations plus que sympathiques et donnant envie de pousser l’auto toujours plus loin. Et elle semble en redemander cette petite chipie, alors qu’aucun virage ne semble lui faire peur. Et c’est alors en mode Sport qu’elle devient encore plus amusante, alors que la répartition du couple passe alors à 30/70, contre 60/40 en configuration normale et 50/50 en mode Track. Si le comportement ne change pas forcément radicalement, l’auto devient plus amusante en mode Sport, alors que l’arrière-train ne devient un peu plus mobile, sans pour autant faire trop survirer la voiture, qui reste toujours extrêmement équilibrée, grâce à une répartition des masses idéale.

La motricité et la tenue de route sont également assurés par les deux différentiels Torsen, soit un sur chaque essieu, permettant de rattraper les petits excès de confiance de la part du conducteur. Car il faudra alors aller chercher très loin les limites de l’auto, que ce soit sur le sec comme sur le mouillé, grâce entre autres aux excellents pneus Michelin Pilot Sport 4S. Il faudra néanmoins se méfier du léger sous-virage qui a tendance à se faire sentir à mesure que les pneus chauffent, sans que cela ne soit trop grave, alors que le train avant reste dans tous les cas très incisif. On appréciera évidemment le freinage mordant et très endurant, assuré par des disques avant rainurés pincés par quatre pistons. Alors, parfaite, cette Toyota GR Yaris, qui a en plus le culot de ne pas être trop inconfortable ? Sans doute. Mais la bombinette a aussi quelques petits défauts, à commencer par le son artificiel émanant des enceintes. Par ailleurs, si le trois cylindres est très satisfaisant, on ne peut s’empêcher de penser qu’un quatre pattes eut été encore plus appréciable. Mais pas sur que l’auto ait pu voir le jour avec un tel moteur, alors ne chipotons pas trop, d’autant plus que nous avons devant nous l’une des dernières sportives accessibles du marché, hors bonus. Car ses 8,2 l/100 km ainsi que ses émissions de186 g/km lui ajoutant un malus écologique de 7 851 € constituent des coûts supplémentaires à ne pas négliger. Mais nul doute que la passion l’emportera sur la raison avec cette Yaris, à qui l’on souhaite une très longue vie !

Essai Toyota GR Yaris Track : pour résumer

Photo bouclier avant Toyota GR Yaris 2021

Avec l’Alpine A110, la Toyota GR Yaris est sans doute l’une des meilleures surprises de ces dernières années, tout en étant l’une des dernières autos plaisir accessibles. Tout à fait incroyable et surprenant de dynamisme et d’efficacité, cette petite boule de nerfs sonne comme un vrai pied de nez à la raison, aux normes et à la bienséance. Car si le trois cylindres se veut politiquement correct, l’auto reste avant tout une voiture de rallye homologuée pour le quotidien, à la fois vivante et rivée au sol, ajustant son comportement à la volonté du conducteur. Certes, l’auto ne sera pas à la portée de toutes les bourses, mais le carnet de commandes est pourtant déjà rempli, et on sait pourquoi. Apportant un vent d’air frais sur un marché de plus en plus morose, cette GR Yaris est une vraie bouffée d’énergie, le genre d’auto que l’on ne veut pas laisser au garage plus d’une heure. Son seul vrai défaut ? Elle est complètement addictive !

Essai Toyota GR Yaris : notre avis

Design extérieur
Présentation intérieure
Technologie
Agrément de conduite
Passion
Rapport qualité / prix

Totalement exubérante et allant au contraire de la tendance actuelle, cette Toyota GR Yaris est un vrai concentré de passion pour le moins explosif.

Essai Toyota GR Yaris Track : fiche technique

  • Moteur : trois cylindres, 1 618 cm3, turbo, essence, injection directe
  • Transmission : transmission intégrale, boite manuelle à six rapports
  • Puissance : 261 chevaux à 6 500 tr/min
  • Couple : 360 Nm à 3 000 tr/min
  • Dimensions : 3,99 × 1,80 × 1,45 mètres
  • Poids : 1 280 kg
  • 0 à 100 km/h : 5,5 secondes
  • Vitesse maximale : 230 km/h
  • Volume de coffre : 174 litres
  • Émissions de CO2 / malus : 186 g/km / 7 851 €
  • Consommation en cycle mixte : 8,2 l/100 km
  • Prix : à partir de 37 600 €

Essai Toyota GR Yaris Track : les photos

Tags

Marie Lizak

Fondatrice et responsable éditoriale du site Une Fille Au Volant, je suis une passionnée de l'automobile dans tous ses aspects. J'ai pour vocation de partager ma passion avec légèreté et bonne humeur, sans oublier la rigueur et l'information, bien évidemment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer