Essais automobiles

Essai Porsche 718 Cayman S : le parfait compromis

Troquant son flat-six contre quatre cylindres, la Porsche 718 Cayman S avait pris le risque de décevoir les puristes. Un pari osé, mais qui a finalement su faire ses preuves ! 

Photos essai Porsche 718 Cayman S 2020 rouge indien

Dans une moindre mesure par rapport au Cayenne diesel, on se souvient que le lancement en 2005 de la Porsche Cayman avait suscité de vives réactions du côté des fans de la marque, criant alors au scandale et à l’hérésie. Alors situé sous la Porsche 911 en termes de tarifs, cette nouvelle venue dans la gamme n’était alors pas forcément vue d’un très bon œil par les puristes, et ce malgré la présence d’un flat-six sous son capot. Pourtant, et si les ventes étaient alors bien en-dessous de celles de la mythique sportive de Stuttgart, la firme a toutefois décidé de continuer l’aventure, coûte que coûte, avec une 2ème génération lancée en 2013.

Dès 2016, le coupé allemand fit à nouveau parler de lui, en ajoutant à son nom l’appellation 718, rendant alors hommage au modèle éponyme, lancé en 1957. Un choix qui n’avait alors rien d’un hasard, puisque cette nouvelle mouture fraîchement arrivée venait justement de se voir amputée de deux cylindres. Et quoi de mieux pour faire passer la pilule que d’offrir à cette nouvelle version le nom d’une championne propulsée par un quatre-pattes ? Si le six cylindres à plat fit finalement son grand retour en 2019 avec la version GT4 puis GTS 4.0 litres dévoilé en début d’année, nous avons de notre coté pris le volant de la version standard, à savoir la Porsche 718 Cayman S. Cette déclinaison, arrivée au sein de la gamme dans le courant de l’année 2016, se distingue, entre autres, par une petite montée en puissance, avec un total de 350 chevaux, contre 300 pour l’entrée de gamme.

Nous avons donc voulu prendre le volant de cette rivale des Jaguar F-Type, Nissan 370Z et autres Audi TT S, afin de savoir ce qu’elle a vraiment sous le capot, le temps d’un essai.

Essai Porsche 718 Cayman S : un style tout en rondeurPhotos essai Porsche 718 Cayman S 2020 face avant statique

Malgré son restylage remontant à 2016, la Porsche Cayman S ne semble pas avoir pris une ride, ce qui lui confère un certain avantage, face à des rivales plus récentes, ou tout juste renouvelées, à l’image de la Jaguar F-Type, qui s’est offert un profond restylage un peu plus tôt dans l’année. Quoi qu’il en soit, notre sportive allemande reste une vraie réussite stylistique, et n’a presque rien à envier à la 911, grâce à ses lignes très harmonieuses. Bien que celles-ci soient évidemment moins iconiques que celles de la sportive à la bouille de grenouille, elles demeurent très élégantes et dynamiques, sans toutefois verser dans l’agressivité. En effet, les courbes sont ici omniprésentes afin d’adoucir le style de cette 718 Cayman, sans pour autant la rendre passe-partout, bien au contraire. La face avant se pare en effet de larges prises d’air surmontées de fines bandes lumineuses, tandis que la signature lumineuse nous évoque celle de la Panamera.

De profil, le coupé arbore une silhouette très réussie, qui reste très proche de la 911, à quelques détails près, bien sûr. Là encore, de grandes écopes prennent place sur les flancs afin de refroidir la cavalerie, donnant à l’ensemble bonne touche de dynamisme supplémentaire. A l’arrière enfin, le dessin est plus doux, avec des courbes omniprésentes. Au niveau du toit, d’abord, mais également des feux, étirés et reliés entre eux par une bande noire, un élément stylistique encore très en vogue à l’heure actuel, permettant au coupé de rester encore dans l’air du temps, malgré sa relative ancienneté. Bref, l’ensemble est très plaisant à regarder, avec sa bouille très sympathique, affichant juste ce qu’il faut d’agressivité. Avec sa longueur de 4,38 mètres pour 1,28 mètre de haut, la Porsche Cayman S affiche des dimensions très contenues, lui donnant une adorable silhouette de mini-911.

Afin de s’assurer qu’aucun propriétaire ne possède la même voiture, Porsche a décidé d’offrir un large choix de teintes extérieures et de styles de jantes à sa 718 Cayman S. Ce ne sont en effet pas moins de 16 coloris qui sont disponibles au catalogue, dont le très beau rouge Indien de notre version d’essai, peinture également proposée sur la Porsche 911. Par ailleurs, six styles de jantes peuvent également être choisis, tandis que notre modèle est quant à lui chaussée d’une monte 911 Turbo 20 pouces. Mais les possibilités de personnalisation ne s’arrêtent pas là, puisqu’il est également possible d’opter pour des éléments spécifiques signés Porsche Exclusiv Manufaktur. Le modèle ici présenté est en effet équipé du pack SportDesign peint en noir brillant, lui donnant encore un peu plus de caractère.

Essai Porsche 718 Cayman S : en toute simplicité

Photos essai Porsche 718 Cayman S 2020 intŽrieur volant combinŽ

Lorsque l’on monte à bord de cette 718 Cayman S, on sait de suite que nous sommes bien à bord d’une Porsche. Et pour cause, que ce soit la première fois ou pas, on se fait généralement toujours avoir par le bouton de démarrage, situé à gauche du volant, et non à droite. Une fois cette petite subtilité bien intégrée, nous découvrons donc ici un habitacle relativement sobre, bien que l’écusson de la marque sur le volant et les appuie-têtes nous rappelle le pedigree du petit coupé allemand. Si l’ensemble se veut donc très simple, voire un peu austère, comme le veut la tradition automobile germanique, on apprécie toutefois la touche de sportivité apportée par les ceintures de sécurité rouges optionnelles. Si la présentation générale a évidemment un peu vieilli, contrairement à l’extérieur, l’ensemble demeure toutefois très satisfaisant, aussi bien en termes d’ergonomie générale que de finition.

Ici, pas de combiné numérique, qui pourrait sans aucun doute faire son arrivée sur une prochaine génération, mais une indémodable instrumentation analogique classique, ou presque. Nous retrouvons en effet toujours le compte-tours au centre, véritable signature de Porsche, entouré du compteur de vitesse à gauche et d’un écran à droite, indiquant diverses informations, telles que la station de radio ou la navigation. De son côté, la console centrale, positionnée très en hauteur et donnant une impression d’être dans un véritable cockpit accueille quant à elle l’écran tactile. Celui-ci, d’une diagonale de sept pouces, est compatible avec Apple CarPlay et se montre plutôt ergonomique, malgré une présentation accusant quelque peu le poids des années.

Si l’espace à bord n’est pas forcément l’atout de cette Porsche 718 Cayman S, il n’en reste pas moins que nous sommes très bien installés, dans les sièges sport enveloppants et plutôt confortables. S’il est possible de s’évader le temps d’un week-end grâce aux deux coffres –un à l’avant et un à l’arrière- on pourrait toutefois déplorer un cruel manque d’espaces de rangements dans l’habitacle. Une critique qui n’est néanmoins pas réservée à la sportive de Stuttgart, bien au contraire.

Essai Porsche 718 Cayman S : entre-deux réussi 

Photos essai Porsche 718 Cayman S 2020 Porsche 718 Cayman GT4

Abandonnant son flat-six contre un quatre cylindres Boxer lors de son renouvellement en 2016, la Porsche 718 Cayman était alors perçue comme une véritable hérésie par les puristes. Finalement, le coupé aura réussi à s’imposer tout de même, son positionnement lui permettant alors de se distinguer complètement de la 911, qui a quant à elle conservé son six cylindres. Et puis cette 718 n’a pas totalement renié ses origines, puisque son petit quatre pattes reste lui aussi bien à plat. De quoi sans doute mieux faire passer la pilule, comme en témoignent les chiffres de ventes, avec 232 immatriculations enregistrées en 2018, ce qui le place dans le top 10 des sportives les plus appréciées en France. Il faut dire que la sportive allemande n’a rien à envier à ses nombreuses rivales, qui elles aussi se contentent pour la plupart de motorisations relativement modestes.

Développant donc quelque 350 chevaux pour un couple maximal de 420 Nm, ce quatre cylindres 2,5 litres est assisté d’un turbocompresseur, bien qu’il faille toutefois monter relativement haut dans les tours pour vraiment profiter de performances optimales. Celles-ci sont d’ailleurs excellentes, avec un 0 à 100 km/h abattu en seulement 4,4 secondes, pour une vitesse maximale établie à 285 km/h. Il faut toutefois bien l’admettre, l’ensemble manque légèrement de caractère, malgré une efficacité indéniable. De son côté, la boîte PDK à double embrayage et sept rapports, commandée via des palettes au volant a une fois de plus su faire ses preuves, se montrant très réactive. La gestion de la boîte est quant à elle très satisfaisante en toutes circonstances, bien que les modes les plus sportifs auront évidemment notre préférence.

Ceux-ci jouent notamment sur la transmission, avec des rapports plus longs, tout en offrant une réponse moteur plus dynamique et en activant l’échappement sport. En mode Sport Plus, la suspension sport PASM s’abaisse quant à elle automatiquement, permettant de profiter d’une stabilité accrue. Cette dernière est également optimisée grâce au système Porsche Torque Vectoring Management (PTV), associé à un différentiel arrière à glissement limité mécanique. Autant d’aides qui permettent à la Porsche 718 Cayman S de jouir d’un comportement très sécurisant à haute vitesse. Aussi étonnant que cela puisse paraître, compte tenu du fait qu’il s’agisse ici d’une propulsion, la sportive a plutôt tendance à sous-virer qu’à jouer de l’arrière. Rien de trop grave toutefois, l’ensemble reste très sain et en aucun cas piégeur, tout en étant facile à rattraper. Un atout, que l’on doit notamment au poids relativement contenu de l’engin, qui affiche un total de 1 385 kg sur la balance.

Dans l’ensemble, cette Porsche 718 Cayman S sait se montrer efficace, sans être trop radicale, laissant cet aspect à une déclinaison GT4 plus sportive encore. Notre version d’essai offre des sensations, certes, mais reste facilement domptable et surtout, utilisable au quotidien. La suspension adaptative optionnelle permet en effet de moduler le comportement de l’auto et surtout, d’améliorer très légèrement le confort. Une certaine polyvalence qui se traduit également par une sonorité très discrète, peut-être un peu trop, c’est vrai. Quoi qu’il en soit, on apprécie cette 718 pour sa capacité à passer d’une conduite de tous les jours à des virées plus sportives le week-end, grâce à ses qualités routières indéniables. Profitant d’une répartition des masses quasi-optimale grâce à son quatre cylindres en position centrale, la sportive jouit également d’un freinage mordant et endurant, renforcé par rapport à la 718 Cayman standard. De son côté, la direction est consistante sans être trop difficile à manier pour autant, permettant de ressentir parfaitement la voiture en conduite sportive.

Avec ses émissions de l’ordre de 193 g/km, la Porsche 718 Cayman S échappe de peu au malus écologique maximal, mais écope tout de même de 8 671 € de taxes. Toutefois, ce montant élevé est compensé par une consommation relativement contenue, affichée sur le papier à 8,5 litres aux 100 km en cycle mixte, bien qu’il faille voir un peu plus large lorsque le rythme s’accélère. En termes de tarifs, la sportive affiche un prix plutôt raisonnable en entrée de gamme, mais la facture peut vite grimper lorsque l’on se plonge dans l’impressionnant catalogue des options. Un aspect qui est à prendre en compte, alors que la dotation de série reste assez simpliste, et qu’il faudra de toutes façons allonger le chèque pour profiter d’une voiture vraiment complète.

Essai Porsche 718 Cayman S : pour résumer

Excellent compromis et utilisable tous les jours, ou presque, la Porsche 718 Cayman S a juste ce qu’il faut de sportivité, sans être jamais trop radicale. L’ADN de la marque de Stuttgart est quant à lui toujours bien présent, que ce soit à travers les lignes, élégantes et jamais too much, mais également de part son comportement. Joueuse sans être dangereuse, celle qui n’a rien à envier à la 911 pourrait toutefois laisser sur leur faim ceux qui recherchent un peu plus de sensations. Quoi qu’il en soit, les promesses sont ici tenues, le coupé n’ayant pas ambition à être trop radical, bien au contraire.

Essai Porsche 718 Cayman S : les tarifs

  • Prix de base Porsche 718 Cayman S : à partir de 69 739 €
  • Prix du modèle essayé avec options : 98 803 €

Essai Porsche 718 Cayman S : notre avis

Design extérieur
Présentation intérieure
Techno
Agrément de conduite
Passion
Rapport qualité / prix

Offre des qualités routières indéniables, la Porsche 718 Cayman S se montre efficace sans être extravagante. Un juste-milieu qui lui réussit plutôt bien !

Essai Porsche 718 Cayman S : les photos

 

Tags

Marie Lizak

Fondatrice et responsable éditoriale du site Une Fille Au Volant, je suis une passionnée de l'automobile dans tous ses aspects. J'ai pour vocation de partager ma passion avec légèreté et bonne humeur, sans oublier la rigueur et l'information, bien évidemment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer