Essais automobiles

Essai Citroën C4 : elle a mangé du lion

Entièrement réinventée, la nouvelle Citroën C4 est un véritable concentré de la marque aux chevrons, qui souhaite plus que tout bousculer le segment des berlines compactes. Et une chose est sûre, elle a tous les atouts pour y arriver.

Photo Citroen C4 Shine Pack 2021

Alors que Citroën semblait quelque peu tâtonner avec sa C4 Cactus qui n’aura jamais vraiment rencontré le succès escompté malgré un restylage la rendant un peu plus consensuelle, voilà que la marque aux chevrons semble enfin avoir trouvé la bonne recette. Avec un catalogue plus cohérent en termes de style et s’intégrant parfaitement dans le marché en répondant aux besoins des clients tout en apportant une touche de fraîcheur, la firme a enfin trouvé sa voie. Que ce soit avec la C3, qui continue de cartonner ou avec le C5 Aircross, toujours aussi plébiscité, Citroën a su créer sa propre identité et y rester fidèle, proposant alors une alternative haute en couleurs à ses rivaux généralistes. Mais après avoir conquis le segment des citadines et des SUV familiaux, la marque a décidé de s’attaquer à un autre créneau, celui des berlines compactes. Une catégorie qu’elle avait alors quelque peu délaissé ces dernières années, à laquelle elle souhaiterait désormais revenir, avec pour ambition peut-être, de faire de la C4 tout juste renouvelée, la nouvelle Citroën GS. Un pari audacieux mais pas impossible, alors que cette nouvelle génération suit justement le chemin de son illustre devancière.

Car comme elle, cette dernière arrivée dans la gamme souhaite démocratiser le savoir-faire technologique de la marque, avec notamment l’introduction d’une inédite motorisation 100 % électrique, permettant à la marque de séduire une autre clientèle, tout en se conformant mieux aux normes en vigueur. Comme la GS également, cette nouvelle arrivante opte pour un style clivant, en opposition totale par rapport à la récente mouture, très consensuelle, voire presque noyée dans la masse. Avec pour ambition de bousculer un segment très concurrentiel, cette nouvelle version a fait le choix de partis-pris forts et assumés, qui la privent sans doute d’une clientèle large, mais qui lui permettent assurément de s’affranchir de la concurrence. Celle qui remplace indirectement la C4 Cactus a décidé de s’inspirer de l’héritage de sa devancière, sans reproduire les mêmes erreurs. Va t-elle y arriver ? Sur le papier, tout y est : le style, rendant hommage à l’Histoire de la marque aux chevrons et le comportement, clairement axé sur le confort.

Mais une fois derrière le volant, ça donne quoi ? C’est ce que nous avons voulu savoir en prenant le volant de la version équipé du PureTech 130 chevaux, qui constitue l’offre intermédiaire dans la gamme de la berline compacte. Totalement iconoclaste, la nouvelle star de la marque aux chevrons a en tout cas tous les atouts pour se faire une jolie place sur le marché, à condition qu’elle assure sur la route !

Essai Citroën C4 : inclassable

Photo dynamique Citroen C4 rouge Elixir 2021

Oubliez la précédente C4 et ses lignes très banales, ne marquant pas forcément les esprits et ne faisant pas franchement tourner les têtes. Avec cette nouvelle génération, Citroën a décidé de repartir d’une feuille blanche, sans pour autant partir de zéro. Et pour cause, les designers en charge du projet ont souhaité rester fidèle à la philosophie de la marque, opérant alors un vrai retour aux sources en s’inspirant notamment de la mythique GS. Si la filiation n’est pas forcément évidente, hormis les chevrons sur le capot, les plus observateurs remarqueront le « pavillon en pente douce », inspiré de la berline des années 1970 et 80. Pour le reste, c’est aux modèles plus récents que la compacte surélevée emprunte les codes, reprenant notamment la signature lumineuse à deux étages des Citroën C3 et autres C5 Aircross. Mais si le lien de parenté reste bien sûr évident entre tous ces modèles, cette C4 souhaite créer son propre chemin, avec des lignes plus anguleuses et des traits globalement plus affirmés. Certes, l’ensemble est alors bien plus clivant, mais ne serait-ce pas justement ça qui fait toute la force de Citroën, et ce depuis ses débuts ? Et si le dessin semble parfois un peu torturé, le style global demeure plus désirable, à mon sens, que celui de la C4 Cactus, un peu plus brouillon.

Avec sa compacte, la firme tricolore semble avoir gagné en maturité dans le dessin, tout en conservant toujours une touche de folie caractéristique. En résulte un look sans compromis, assumé jusqu’au bout, et même si cela ne plaira pas à tout le monde, on ne peut qu’apprécier cette fraîcheur et cette audace. Mais malgré tout, Citroën a tout de même tenu à s’inscrire dans la tendance actuelle des SUV, en rehaussant sa compacte de quelques millimètres, afin de lui offrir une silhouette résolument dans l’air du temps. Un look qui n’est évidemment pas sans rappeler le Cactus, alors peut-être trop en avance sur son temps lors de son lancement en 2014, alors qu’elle n’aura jamais vraiment rencontré le succès escompté. Les points communs s’arrêtent cependant ici, puisqu’en termes de dimensions, les deux autos n’ont en réalité rien à voir du tout, avec une C4 mesurant en effet pas moins de 19 centimètres de plus en longueur, offrant par conséquent une habitabilité en hausse. Enfin, on apprécie également la large palette de couleurs proposées au configurateur, avec notamment un très beau Brun Caramel ainsi que le Rouge Elixir de notre version d’essai, que l’on retrouve également sur la nouvelle génération de la Peugeot 208. S’ajoute à cela un large choix de jantes et enjoliveurs de 16 à 18 pouces selon la finition choisie, ici la Shine Pack.

Une fois à bord, on retrouve assez facilement ses repères, tant au niveau de l’écran tactile, à la présentation proche des autres modèles du groupe PSA, que de la console centrale. L’ergonomie est ici particulièrement satisfaisante, avec des boutons bien placés et faciles d’accès, bien que la commande de la boîte automatique soit assez peu esthétique. Dans l’ensemble, la présentation est correcte mais manque de cette petite touche d’originalité que nous avions adoré sur la Citroën C3. Certes, cette C4 se veut plus mature, mais des petits inserts de couleur n’auraient pas été de trop pour égayer l’ensemble. Certains points pourraient néanmoins être améliorés, tels que le GPS, au design un brin daté, tandis que la présentation du combiné numérique est un peu trop simpliste. C’est d’autant plus dommage que celui-ci n’est pas franchement indispensable, alors qu’il est épaulé par un affichage tête-haute qui fait parfaitement le job. Si cet intérieur est donc en demi-teinte, tant en termes de design que de qualité perçue, on appréciera en revanche le confort à bord, assuré par les sièges Advanced Comfort rembourrés et chauffants (mais pas électriques), ainsi que par le vaste espace à bord assurant une excellente habitabilité. Le toit incliné ne pose pas trop de problèmes, hormis aux plus grands, mais dans l’ensemble, les passagers à l’arrière restent très bien traités. Enfin, le volume de coffre oscillant entre 380 et 1 280 litres, ce qui place la compacte dans la moyenne du segment.

Essai Citroën C4 : coeur de lion

Photo Citroen C4 compacte 2021

Partageant ses moteurs avec les autres marques du groupe PSA, la Citroën C4 laisse un choix plutôt large aux clients, avec des blocs essence et diesel dont les puissances sont comprises entre 100 et 155 chevaux. La version électrique, baptisée ë-C4 reprend quant à elle la chaîne de traction de la Peugeot e-208, développant pour rappel 136 chevaux pour un couple de 260 Nm. La compacte met donc toutes les chances de son côté pour séduire, alors que nous avons cette fois-ci jeté notre dévolu sur la version intermédiaire, à savoir le PureTech 130, associé à la boîte automatique EAT8. Celui-ci devrait sans aucun doute constituer la majeure partie des ventes, avec sa puissance largement suffisante pour pouvoir s’adapter à toutes les situations, tout en affichant un tarif tout à fait raisonnable. Un excellent compromis qui nous a donc séduit sur le papier, mais un peu moins sur la route. En cause, un trois cylindres cumulant malheureusement tous les défauts de ce type de moteur, à savoir le bruit et le manque de souplesse. Heureusement, la boîte EAT8 rattrape le coup, offrant des passages de rapports très doux en conduite coulée. Car la C4 n’est pas une auto que l’on cravache, bien au contraire, et ce malgré le mode Sport qui ne sera d’ailleurs pas d’un grand intérêt ici.

Au quotidien, la compacte est un vrai bonheur à manier dans les rues étroites, du fait de sa direction ultra-souple, manquant néanmoins de précision, tandis que ses suspensions à double butées hydrauliques la rendent idéale pour les longs voyages sur autoroute. Vous l’aurez donc compris, cette auto mise tout sur le confort, et laissera donc le dynamisme à la Peugeot 308. Malgré tout, et s’il vous prenait l’envie de tenter une virée sur des routes sinueuses, vous serez agréablement surpris de découvrir une autre facette de cette C4, qui profite alors d’une tenue de route assez inattendue. Normal, car elle hérite de la plateforme CMP de la nouvelle 208, garantissant une motricité excellente, ainsi qu’une prise de roulis assez bien maîtrisée pour une auto qui a avant tout vocation à circuler à une allure de sénateur. En clair, le comportement est équilibré et très sain, bien plus que celui d’une Citroën C4 Cactus, distillant une vraie sensation de sécurité à bord. Bien sûr, les suspensions restent toujours très souples, n’étant pas pilotées, mais la direction qui se raffermit très nettement à haute vitesse offre alors un meilleur ressenti. Il faut toutefois garder à l’esprit que cette Citroën C4 reste une auto taillée pour adopter une conduite coulée, et vaut donc mieux ne pas trop la faire monter dans les tours. Il n’en reste pas moins que ses prestations routières sont très satisfaisantes dans l’ensemble.

Si l’auto n’est pas forcément la plus agile, du fait du typage de ses suspensions, jouit néanmoins d’un comportement routier tout à fait correct, malgré une légère tendance au sous-virage et des pneus manquant un peu de grip. Le freinage est quant à lui excellent, avec un vrai mordant et une endurance plus que satisfaisante pour les besoins du quotidien. Car c’est justement dans la vie de tous les jours que cette Citröen s’appréciera le plus, profitant par ailleurs d’une belle dotation, notamment dans notre version d’essai Shine Pack coiffant la gamme. Parmi les équipements de série, citons entre autres le pack Drive Assist + (avec aide au stationnement avant et latéral, la surveillance des angles morts et le régulateur adaptatif), les feux à LED ou encore la caméra de recul. Autant dire que l’on a pour son argent en termes de technologies de sécurité. Enfin, la consommation reste de son coté plus que correcte, avec une moyenne établie à environ 6,5 litres aux 100 kilomètres en cycle mixte durant notre essai, entre villes et routes nationales, où l’éco-conduite ne fut pas vraiment de mise.

Essai Citroën C4 : pour résumer

Photo signature lumineuse Citroen C4 2021

Pas de doute, cette C4 est bel et bien une Citroën pure souche. Entre le confort et l’originalité, tout y est, alors que la compacte hérite de la philosophie originelle de la marque, tout en profitant des innovations actuelles. Plaçant le confort des occupants au-dessus de tout, cette nouvelle venue dans la gamme fait un pari osé, mais ça fonctionne. Car malgré quelques petits défauts, l’auto peut apporte une vraie alternative sur un segment où elle n’a pas vraiment de rivales, laissant alors la course au dynamisme à la Peugeot 308. Mais la berline surélevée, qui préfère se la couler douce plutôt que d’être cravachée offre cependant un comportement équilibré, grâce à l’expertise des ingénieurs du groupe PSA en ce qui concerne la mise au point du châssis. Certes, tout n’est pas parfait, avec quelques améliorations à apporter au poste de conduite, mais dans l’ensemble, Citroën a réussi son pari avec cette C4, plus que satisfaisante sur de nombreux points.

L’habitabilité reste sans aucun doute son point fort, de même que son comportement, typé confort mais très sain tout de même à haute vitesse. Seul le moteur pourrait nuire à la bonne impression générale une fois derrière le volant, bien qu’il demeure très correct pour un usage quotidien, avec par ailleurs une consommation raisonnable. En bref, cette Citroën C4 tient ses promesses, le tout pour un tarif plus que correct. Une très belle découverte !

Essai Citroën C4 : notre avis

Design extérieur
Présentation intérieure
Technologie
Agrément de conduite
Passion
Rapport qualité / prix

Assumant le parti-pris du confort, la Citroën C4 est une proposition plus qu'intéressante et aboutie. En bref, un vrai concentré du savoir-faire de la marque aux chevrons.

Essai Citroën C4 : fiche technique

  • Moteur : trois cylindres, 1 199 cm3, turbo, 12 soupapes, injection directe
  • Transmission : boîte automatique à huit rapports EAT8
  • Puissance : 130 chevaux à 5 500 tr/min
  • Couple : 230 Nm à 1 750 tr/min
  • Dimensions : 4,36 × 1,80 × 1,52 mètres
  • 0 à 100 km/h : 9,4 secondes
  • Vitesse maximale : 200 km/h
  • Volume de coffre : entre 380 et 1280 litres
  • Émissions de CO2 / malus : 134 g/km / 75 €
  • Consommation en cycle mixte : 5,9 l/100 km
  • Prix : à partir de 26 900 €

Essai Citroën C4 : les photos

Tags

Marie Lizak

Fondatrice et responsable éditoriale du site Une Fille Au Volant, je suis une passionnée de l'automobile dans tous ses aspects. J'ai pour vocation de partager ma passion avec légèreté et bonne humeur, sans oublier la rigueur et l'information, bien évidemment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer