Essais automobiles

Essai Mazda CX-30 Skyactiv-G : la bonne surprise

Venant compléter la gamme de SUV, le Mazda CX-30 se positionne comme une alternative trop peu connue pourtant pleine d’atouts.

Photo Mazda CX-30 Skyaciv-G 122 2021

A son lancement, en 2019, on ne l’attendait pas vraiment. Et pour cause, rien ne laissait présager l’arrivée d’un nouveau SUV dans la gamme de Mazda, alors que la marque en possède déjà deux, à savoir le CX-3 et le CX-5. Deux modèles aux gabarits bien différents, entre lesquels il manquait donc visiblement quelque chose, une offre intermédiaire. C’est ainsi qu’est né le Mazda CX-30, dévoilé à la surprise générale lors de la dernière édition du salon de Genève, en mars 2019, alors que la marque n’avait jamais communiqué à son sujet avant. Une surprise de taille que ce SUV compact, qui a donc pour but de combler un vide entre un modèle urbain et un autre plus familial, permettant ainsi à la marque d’investir un segment de plus en plus concurrentiel. Si celui-ci est aujourd’hui dominé par la Peugeot 3008 récemment restylée, de nombreux autres constructeurs ont décidé de s’y implanter, tentant alors de grappiller quelques parts de marché à la firme sochalienne. C’est aussi le but de Mazda avec son CX-30, qui mise sur un positionnement premium pour séduire, ainsi que sur un style très élégant, repris de la Mazda 3. Le SUV hérite d’ailleurs du châssis de cette dernière, dans un but de réduction des coûts, bien sur, mais également pour profiter de ses qualités routières et de ses motorisations.

Mais avant d’aller plus loin, vous vous demandez très probablement pourquoi Mazda n’a pas nommé son dernier-né CX-4. Et bien tout simplement, car la marque possède déjà un modèle appelé ainsi sur le marché chinois, qui ressemble d’ailleurs beaucoup au CX-30, tant sur le plan esthétique que mécanique, puisqu’il reprend également la plateforme de la Mazda 3. Quoi qu’il en soit, la marque a souhaité de pas mélanger tout ça et a donc choisi d’offrir un autre nom à son SUV destiné à l’Europe, afin de ne pas trop créer de confusion dans l’esprit des clients. Reste désormais à savoir comment se positionne ce dernier arrivé dans la famille de modèles surélevées de la Mazda, afin de ne pas risquer de trop cannibaliser le CX-3, malgré leurs gabarits bien différents. Le design devrait sans doute beaucoup jouer, de même que l’espace à bord, un aspect regardé de très près par les clients de ce genre de véhicule. Mais ce CX-30 possède bien d’autres atouts, que nous avons souhaité découvrir le temps d’un essai, sur les routes de la région parisienne durant quelques jours.

A cette occasion, nous avons pris le volant de la version équipée du moteur essence Skyactiv-G de 122 chevaux, placé juste en-dessous du Skyactiv-X qui fait tant parler de lui. Mais alors, cette version est-elle aussi un bon choix ? C’est ce que nous avons voulu savoir…

Essai Mazda CX-30 Skyactiv-G : lignes latines

Photo arrière SUV Mazda CX-30 2021

Véritable chaînon manquant entre les CX-3 et CX-5, le Mazda CX-30 s’intercale parfaitement dans la gamme, avec des dimensions comprises entre les deux véhicules. Avec ses 4,40 mètres, le dernier de la famille des SUV est donc juste au-dessus de son plus petit frère, affichant une longueur de 4,28, tandis que le plus grand de la fratrie mesure 4,55 mètres. Des différences assez réduites, certes, mais qui permettent au constructeur de ratisser large en terme de clientèle, séduisant aussi bien les citadins que les familles nombreuses. Certes, le risque de cannibaliser le CX-3 reste bien présent, mais notre modèle d’essai se distingue néanmoins pas des lignes bien différentes, largement inspirées de la Mazda 3. Faisant appel langage stylistique Kodo, bien connu des amateurs de la marque et signifiant « l’âme du mouvement ». Un design bien spécifique, alliant des lignes tendues et arrondies et inauguré par le concept Mazda Vision Coupé dévoilé en 2017, annonçant le style des futurs modèles de la marque. Sur ce CX-30, mais également sur la Mazda , celui-ci se traduit par une face avant très épurée, composée d’une large calandre entourée entourée de chrome et de deux feux fins et tout en longueur.

Dans l’ensemble, les proportions sont très harmonieuses sur ce SUV, avec ses porte-à-faux relativement courts et son long capot, qui ne sont alors pas sans rappeler la Mazda MX-5. De quoi laisser présager un comportement routier plutôt satisfaisant, même s’il ne faut bine sûr pas seulement se fier au physique. Quoi qu’il en soit, ce CX-30 profite d’un très beau coup de crayon, partageant certains éléments avec la compacte, tout en s’en distinguant par ses détails spécifiques, à commencer par ses protections en plastique. Celles-ci sont loin d’être disgracieuses et permettent à notre modèle d’essai de s’intégrer parfaitement dans le segment des SUV, en en reprenant les codes esthétiques. Parfaitement sculpté, il se révèle relativement agressif, sans pour autant faire dans la démesure et dans la multiplication de détails. Le trait est doux, épuré et pourtant terriblement expressif. On salue le travail des designers ! Ce look très équilibré est par ailleurs parfaitement mis en valeur par la teinte Crystal Soul Red, tandis que les plus discrets pourront opter pour le très tendance Polymetal Grey, qui nous avait déjà séduit sur la Mazda MX-5 RF lors d’un précédent essai.

A bord, le lien de parenté avec la Mazda 3 est également bien présent, puisque les deux véhicules partagent la même présentation, dégageant une étonnante sensation de sérénité. L’ensemble est ici très sérieux, sans aucun touche de fantaisie, mais cela reste cohérent avec la philosophie de l’auto, qui souhaite aller titiller le segment premium. Et autant dire que ce Mazda CX-30 a toutes les cartes en mains pour y arriver, au vu de la très bonne qualité perçue dégagée par les matériaux de bonne facture pour un modèle qui se veut si abordable. Bien sûr, on notera encore quelques plastiques durs, mais ceux-ci restent assez peu visibles et n’altèrent la bonne impression de départ. Globalement, nous sommes bien installés dans cet habitacle, qui offre une habitabilité plus que correcte, avec un espace aux jambes légèrement supérieur à celui de la Mazda 3. On regrettera néanmoins que l’espace vitré soit si réduit, rendant l’intérieur quelque peu sombre et nuisant parfois à la visibilité. Rien de bien grave néanmoins, alors que de nombreux autres SUV suivent cette tendance, à commencer par la Peugeot 3008. Enfin, l’écran de 8,8 pouces posé sur la console centrale est visuellement très flatteur, mais l’absence de fonction tactile complique considérablement la prise en main. Dommage, car le système d’info-divertissement est très complet, même s’il l’on pourrait reprocher une navigation assez peu aboutie.

Essai Mazda CX-30 Skyactiv-G : la douceur pour philosophie

Photo dynamique Mazda CX-30 2021

Si le Mazda CX-30 n’est pas encore prêt à se convertir à l’électrique, laissant toute la place au nouveau MX-30, le SUV propose néanmoins un large choix de motorisations, s’adaptant ainsi aux besoins de la majorité des automobilistes. Proposé en diesel, avec le bloc Skyactiv-D de 116 chevaux et en essence, avec les blocs Skyactiv-G et X de 122 et 180 équidés, le Japonais offre donc plusieurs alternatives, en attendant une hypothétique version électrifiée un jour. Car pour l’heure, il faudra se contenter d’un système mild-hyrbrid, permettant de réduire très légèrement les émissions et la consommation, en donnant un léger coup de pouce au moteur lors du démarrage. Si celui-ci est disponible sur les deux moteurs essence, nous avons de notre côté choisi de tester le Skyactiv-G, moins puissant que le nouveau Skyactiv-X, certes, mais néanmoins très prometteur sur le papier. Ce bloc quatre cylindres 1,5 litres atmosphérique est ici associé à une boîte manuelle à six rapports très satisfaisante, malgré un guidage manquant un peu de précision, sans être rédhibitoire. Une alliance qui fonctionne ici plus que bien, alors que la transmission automatique est quant à elle plus poussive, avec des rapports un brin trop long à mon sens, nuisant au dynamisme de l’auto.

Mais ce qui interpelle le plus dès les premiers tours de roues au volant de ce Mazda CX-30, c’est aucun doute la grande souplesse de ce moteur, qui ne cède pas aux sirènes du downsizing. Certes, il faudra monter haut dans les tours pour profiter de toute la puissance de l’auto et des 213 Nm accessibles à partir 4 000 tr/min, mais les reprises restent très bonnes, même à plus bas régime. Si d’ordinaire, Mazda a tendance à privilégier le dynamisme sur ces modèles récents, le SUV adopte une toute autre philosophie, résolument tournée vers le confort. Mais attention, il n’en fait jamais trop, misant sur un certain équilibre qui se traduit par une direction et des suspensions parfaitement calibrées pour offrir un réglage idéal en toutes circonstances. Vous l’aurez deviné, le CX-30 ne fait pas appel à un quelconque amortissement piloté, et encore moins à une transmission intégrale. Un choix dicté par une volonté de faire des économies, bien sûr, mais également de réduire au maximum le poids de l’auto, qui ne dépasse alors pas les 1 320 kilos. Résultat : la maniabilité est améliorée, tandis que la consommation est réduite, étant alors affichée à 5,1 l/100 km en cycle mixte. Une donnée néanmoins un peu optimiste, compte tenu qu’il faudra cravacher un peu l’auto pour profiter de ses qualités dynamiques.

Et oui, car si le SUV joue avant tout la carte du confort, il n’en oublie pas pour autant le plaisir. Certes, ce Mazda CX-30 n’est absolument pas sportif pour un sous, mais il n’en reste pas moins que l’on ne peut que saluer la qualité de son châssis, garantissant une très bonne stabilité, malgré la hauteur de caisse. Bien sûr, il faudra composer avec une certaine prise de roulis, qui demeure néanmoins correcte, tandis que l’agilité en est presque surprenante pour un tel véhicule. Sans pouvoir prétendre préférer ce CX-30 à une MX-5, notre modèle d’essai constitue néanmoins une très bonne alternative pour ceux qui ont besoin d’un véhicule polyvalent et amusant, aux qualités routières indéniables rivalisant alors avec celles de la Peugeot 3008. Sans être le plus excitant du marché, le SUV fait parfaitement son boulot, se montrant confortable, efficace et polyvalent, mais également bien équipé. Dès l’entrée de gamme, les clients peuvent en effet profiter d’une belle dotation incluant entre autres le régulateur de vitesse adaptatif, l’aide au stationnement arrière ou encore les feux de route automatique. Une belle liste d’équipements de série, dont ne peuvent pas toujours se targuer certains modèles plus haut de gamme…

Essai Mazda CX-30 Skyactiv-G : pour résumer

Photo statique Mazda CX-30 2021

Excellente alternative gagnant à être mieux connue, le Mazda CX-30 a tous les atouts pour aller chasser sur les terres des stars du marché. Son comportement très équilibré et sa dotation technologique en font un choix très malin, d’autant plus que son tarif est loin d’être prohibitif. Sans pour autant révolutionner le segment, le SUV compact possède de forts arguments à faire valoir et séduit alors une large palette de clients, grâce à sa gamme de motorisations complète. De son côté, le Skyactiv-G de notre version d’essai remplit parfaitement sa mission, avec une souplesse déconcertante idéale pour le quotidien. Sans être sportif, le SUV ne démérite pas lorsque le rythme s’accélère, garantissant un comportement très sain grâce à ses suspensions avec un typage intermédiaire très bien calibré. Si le Japonais n’est bien sûr pas exempt de petits défauts, à commencer par son écran non tactile, il reste une excellente surprise et ne devrait avoir aucun mal à se faire une jolie place sur le marché, si les clients osaient aller voir ce qui se fait du côté des constructeurs asiatiques, trop souvent mis de côté. C’est dommage, car ce Mazda CX-30 mérite vraiment le détour !

Essai Mazda CX-30 Skyactiv-G : notre avis

Design extérieur
Présentation intérieure
Technologie
Agrément de conduite
Passion
Rapport qualité / prix

Avec son comportement parfaitement équilibré et ses prestations globalement très convaincantes, le Mazda CX-30 a de nombreux arguments pour séduire !

Essai Mazda CX-30 Skyactiv-G : fiche technique

  • Moteur : quatre cylindres en ligne, essence, 1998 cm³, atmosphérique
  • Transmission : boîte manuelle à six rapports, traction
  • Puissance : 122 chevaux à 6 000 tr/min
  • Couple : 213 Nm à 4 000 tr/min
  • Dimensions : 4,40 x 1,80 x 1,54 m
  • 0 à 100 km/h : 10,6 secondes
  • Vitesse maximale : 196 km/h
  • Volume de coffre : de 430 à 1 406 litres
  • Émissions de CO2 / malus : 116 / 0 €
  • Consommation en cycle mixte : 5,1 l/100 km
  • Prix : à partir de 26 900 €

Essai Mazda CX-30 Skyactiv-G : les photos

Tags

Marie Lizak

Fondatrice et responsable éditoriale du site Une Fille Au Volant, je suis une passionnée de l'automobile dans tous ses aspects. J'ai pour vocation de partager ma passion avec légèreté et bonne humeur, sans oublier la rigueur et l'information, bien évidemment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer