Actualité automobileEssais automobilesVoiture propre

Essai BMW iX3 : cousin branché

Déclinaison 100 % électrique du X3, le nouveau BMW iX 3 incarne le tournant pris par la marque en termes d’électrification. Nous en avons pris le volant afin de voir ce qu’il vaut en conditions réelles.

Photo statique SUV BMW iX3 électrique 2020

On peut le dire, BMW a résolument pris le tournant de l’électrification. Alors que la marque avait un temps été à l’avant- garde dans ce domaine, avec les innovantes i3 et i8 désormais en passe de tirer leur révérence, elle donna par la suite quelque peu l’impression de se reposer sur ses acquis. En résulta alors un léger retard face à la concurrence, qui semble néanmoins être en train d’être rattrapé, la firme mettant alors les bouchées doubles pour électrifier sa gamme au plus vite. Le but : proposer pas moins de 25 modèles électriques ou hybrides d’ici à 2023, soit dans moins de trois ans. Autant dire que le temps presse, mais cela ne semble pas faire peur à la marque bavaroise, qui multiplie les nouveautés branchées. Citons entre autres la berline i4, d’abord présentée sous forme de concept et l’iX, version de série de l’étude de style Vision iNext dévoilé il y a deux ans. Mais le modèle qui nous intéresse aujourd’hui est l’iX3, révélé dans sa version de série en juillet dernier, deux années après le show-car du salon de Pékin.

Lors de sa présentation cet été, le SUV était alors le tout premier véhicule 100 % électrique à voir le jour chez BMW depuis de longues années, alors que la BMW i8 remonte quant à elle à 2014. Plus de six ans sans nouveauté zéro-émission, il est vrai que ça commençait à faire un peu long. Mais c’était le prix à payer pour se voir gratifier d’un modèle tout à fait abouti, et qui plus est parfaitement dans l’air du temps, à l’heure où les SUV électriques poussent comme des champignons dans les gamme des constructeurs. Et le premier modèle surélevé d’une marque, ça fait toujours quelque chose, puisque c’est vers ce segment que la plupart des clients se tournent actuellement, pour des raisons plus ou moins objectives. BMW l’a donc très bien compris et répond parfaitement à la demande avec son iX3, qui reprend les spécificités du X3 sur lequel il se base. Et celui-ci aura du pain sur la planche, puisqu’en tant que premier de cordée, il devra alors créer une vraie dynamique afin d’aider la firme bavaroise à atteindre son objectif : écouler 7 millions de véhicules électrifiés dans le monde d’ici à 2030.

Nous avons donc pris le volant de ce nouveau BMW iX3 sur les jolies routes de la Vallée de Chevreuse, afin de savoir ce qu’il a vraiment sous le capot. L’occasion également de découvrir l’électrique selon la marque allemande, et de voir si le SUV a vraiment toutes les qualités requises pour rivaliser avec les Tesla Model Y et autres Audi E-Tron, entre autres.

Essai BMW iX3 : nouvelle stratégie

Photo face avant et calandre BMW iX3 2020

Lorsque l’on regarde cet iX3, quelque chose nous saute tout de suite aux yeux : sa ressemblance avec le BMW X3. C’est normal, car ce nouveau venu dans la gamme est un dérivé du SUV, déjà décliné en version hybride rechargeable dont nous avons pu prendre le volant il y a quelques mois déjà. Une stratégie qui change totalement des débuts de BMW avec l’électrique, alors que la marque misait il y a quelques années sur un style totalement distinct du reste de la gamme. Aujourd’hui, la firme bavaroise s’assagit donc, tant pour des raisons pratiques en production que pour mieux séduire les clients, qui n’auront plus à choisir entre le style ou la motorisation. Bien sûr, cet iX3 n’est pas un copier-coller de son cousin, puisqu’il s’en distingue par de nombreux éléments esthétiques, dont la calandre fermée et les éléments bleus disséminés ça et là sur la carrosserie. L’arrière est quant à lui très proche de la version thermique avec ses larges feux, tandis que le diffuseur se pare lui aussi de bleu. Notons également les jantes aérodynamiques, permettant de réduire la traînée d’environ 15 % par rapport à une monte standard.

Avec le style de son iX3, BMW adopte une stratégie radicalement différente des Mercedes EQC et autres Audi E-Tron. Le premier se montre en effet assez éloigné du GLC sur lequel il se base bien qu’ayant des points communs tout de même, tandis que le second adopte quant à lui un design en rupture totale avec le reste de la gamme thermique. Trois parti-pris totalement différents donc, mais il faudra sans doute attendre encore un peu avant de savoir lequel porte le plus ses fruits, alors que tous sont encore plus ou moins nouveaux. Quoi qu’il en soit, le BMW iX3 hérite des dimensions de son cousin thermique, avec une longueur de 4,73 mètres pour 1,67 mètre de haut, tout en profitant d’un aéro optimisé au maximum afin d’améliorer la pénétration dans l’air. Pour cela, le SUV profite de nombreux appendices répartis tout autour de la carrosserie, avec notamment un diffuseur arrière au design spécifique, pensé pour faciliter l’écoulement de l’air.

Si le BMW iX tout juste dévoilé inaugure une toute nouvelle présentation intérieure, l’iX3 s’en tient quant à lui à un habitacle plus classique, reprit trait pour trait du X3 standard. Ce n’est en réalité pas une mauvaise chose, bien au contraire, puisque l’ensemble est bien pensé, avec des commandes bien placées et intuitives. La présentation reste donc très classique, avec l’écran tactile posé sur la planche de bord regroupant toutes les fonctionnalités du système d’info-divertissement, associé à un combiné numérique affichant toutes les données relatives à la conduite. Celui-ci est personnalisable dans une moindre mesure et est complété par un affichage tête-haute projeté sur le pare-brise.

Globalement, on est bien dans cet iX3, qui accueille par ailleurs ses passagers dans un espace plus que raisonnable, identique à la version thermique grâce à l’implantation des batteries sous le plancher. Si le coffre est quant à lui amputé de 40 litres, soit un volume oscillant entre 510 et 1 560 litres, il reste néanmoins largement dans la moyenne du segment. Bien sûr, quelques modifications ont été apportés à l’habitacle du SUV par rapport à sa version thermique, avec des détails esthétiques spécifiques, ainsi que de nouveaux affichages sur les écrans. Enfin, BMW a travaillé en collaboration avec le célèbre compositeur Hans Zimmer, qui a signé le son de démarrage et d’extinction de l’auto. Un peu gadget certes, mais cela reste néanmoins un détail assez amusant qui plaira aux amateurs de musique et de cinéma.

Essai BMW iX3 : bonne surprise

Photo arrière BMW iX3 2020

Premier modèle électrique de la marque depuis un bon bout de temps, le BMW iX3 a choisi de faire dans la simplicité pour ne pas risquer de déstabiliser la clientèle. Contrairement à d’autres constructeurs qui multiplient les déclinaisons le SUV à l’hélice joue la carte de la simplicité, en ne proposant qu’une seule version, à savoir un moteur électrique placé à l’arrière, développant pas moins de 286 chevaux, rien que ça ! Mais le plus intéressant à noter, c’est qu’il s’agit là de la 5ème génération du système BMW eDrive, utilisant pour la première fois la technologie de machine synchrone à impulsion électrique dans le segment des moteurs de plus de 136 chevaux. Celle-ci possède plusieurs avantages, puisqu’elle permet d’offrir un couple stable, même à haut régime et une puissance optimisée, le tout sans avoir recours aux aimants et aux matériaux à base de terres rares. Il s’agit pour rappel de minéraux tels que le le néodyme ou le dysprosium, présents dans certains moteurs électriques et donc l’extraction pose de nombreux problèmes écologiques et éthiques. Pas de ça chez BMW donc, qui assure par ailleurs collaborer avec des mines respectant ses exigences environnementales et sociales pour la production de ses moteurs.

Mais assez de théorie, passons maintenant à la pratique. Et la première chose qui frappe lorsque l’on prend la route à bord de ce BMW iX3, c’est avant tout son dynamisme, avec ses 400 Nm de couple disponibles instantanément. Un point commun avec toutes les voitures électriques du marché, certes, mais qui surprend sur ce SUV, qui affiche tout de même un poids conséquent de 2 185 kg. Une légère pression du pied suffit à lui faire atteindre des vitesses répréhensibles par la loi, alors que le 0 à 100 km/h est abattu en seulement 6,8 secondes. Inutile néanmoins de tenter de dépasser les 180km/h, la vitesse étant bridée afin de préserver la batterie. Mais qu’importe, car pas besoin d’aller vite pour profiter de l’agrément de conduite offert par le SUV, qui jouit d’un centre de gravité plus bas que le X3. Sans être une ballerine pour autant, ce iX3 profite d’une prise de roulis assez bien maîtrisée, tandis que le mode Sport rend la direction d’ordinaire très souple un peu plus ferme. Sur autoroute, les relances sont sans surprises excellentes, mais l’on pourrait néanmoins critiquer les bruits aérodynamiques et de roulement qui restent bien présents à haute vitesse. Rien qui nuise à l’expérience de conduite pour autant, les passagers étant chouchoutés par le tarage des suspensions aux petits oignons.

Mais c’est encore sur des trajets plus quotidiens, et notamment en ville que s’apprécie le plus ce BMW iX3, qui offre un vrai confort à ses passagers, mais également au conducteur, avec sa direction très souple mais néanmoins précise et directe. Malgré son gabarit relativement imposant, les rues étroites ne lui font pas peur, et le diamètre de braquage surprend pour un véhicule de cet acabit. A basse vitesse, l’insonorisation est tout bonnement excellente, et la conduite en est d’autant plus apaisée. L’un de ses atouts ? Ses nombreux modes de régénération, permettant de choisir la force du frein moteur lorsque l’on relâche la pédale d’accélérateur. Le plus puissant possède un mode de fonctionnement similaire à ce que propose notamment la Nissan Leaf avec sa e-Pedal, permettant alors l’arrêt complet du véhicule sans freiner, à condition de faire preuve d’un peu d’anticipation. Il est aussi possible de laisser la voiture gérer elle-même la puissance de la régénération, en fonction des conditions routières via le système de navigation. Un dispositif efficace pour optimiser l’autonomie, affichée à 460 km selon le cycle WLTP. Sur ce point l’iX3 tient ses promesses, grâce à une excellente gestion de l’énergie, et ce malgré une conduite pas forcément très économique durant notre essai.

Essai BMW iX3 : pour résumer

Photo seuil de porte BMW iX3 2020

Confortable et dynamique, sans être sportif pour autant, le BMW iX3 jouit d’un comportement routier homogène et tout à fait à la hauteur des attentes. Assumant parfaitement son lien de parenté avec le X3 tout en s’en différenciant habilement, le SUV cumule les bons points et ses quelques petits défauts sont rapidement oubliés. Mais à être si bon partout, ne lui manquerait-il pas une petite touche de folie. Ce serait franchement chipoter, car hormis son prix qui reste encore élevé malgré la belle dotation, peu de choses devraient retenir les potentiels clients de craquer. Le SUV se destinera néanmoins plutôt aux familles qu’aux célibataires à la recherche d’un véhicule fun, tant cet iX3 distille un sentiment de confort et de sécurité, sans pour autant négliger le plaisir de conduite pour autant. En bref, il tient ses promesses et n’aura sans doute aucun mal à séduire la clientèle, tant celle déjà attachée à l’hélice que celle provenant d’autres marques.

Essai BMW iX3 : notre avis

Design extérieur
Présentation intérieure
Technologie
Agrément de conduite
Passion
Rapport qualité / prix

BMW fait très fort avec cet iX3, qui ne devrait avoir aucun mal à trouver sa clientèle, avec de nombreux arguments en sa faveur !

Essai BMW iX3 : fiche technique

  • Moteur : moteur électrique de 5ème génération synchrone à électroaimant, un rapport
  • Puissance : 286 ch
  • Couple : 400 Nm
  • Dimensions : 4,73 x 1,90 x 1,67
  • 0 à 100 km/h : 6,8 secondes
  • Vitesse maximale : 180 km/h
  • Autonomie : 460 kilomètres
  • Volume de coffre : de 510 à 1 560 litres
  • Émissions de CO2 / malus : 0 g/km / pas de bonus écologique
  • Consommation en cycle mixte : 18,5 kWh/100 km
  • Prix : à partir de 69 950 €

Essai BMW iX3 : les photos

Tags

Marie Lizak

Fondatrice et responsable éditoriale du site Une Fille Au Volant, je suis une passionnée de l'automobile dans tous ses aspects. J'ai pour vocation de partager ma passion avec légèreté et bonne humeur, sans oublier la rigueur et l'information, bien évidemment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer