Essais automobilesVoiture propre

Essai BMW X1 et X3 hybrides rechargeables : hélice électrique

BMW met sa gamme de SUV au vert avec ses X1 et X3, qui passent désormais à l’hybride rechargeable. La promesse ? Une motorisation plus vertueuse, sans sacrifier le confort ni les prestations.

Photo essai BMW X3 hybride rechargeable 2020 face avant statique

Depuis des années déjà, BMW s’est lancé sur la voie de l’électrification, notamment à travers le programme BMW Efficient Dynamics, dont les technologies en étant issues furent implantées pour la première fois sur un modèle de série en 2007 avec la Série 1. Il s’agissait alors de toute une foule de systèmes visant à réduire les émissions des futurs véhicules de la gamme, tels que le Stop & Start, la suralimentation ou encore la distribution variable. Bref, autant d’éléments presque imperceptibles lors de la conduite, mais qui agissent afin de rendre les véhicules de la marque plus propres. Mais depuis quelques années, la firme va encore plus loin, et travaille désormais sur le lancement de modèles réellement électrifiés, avec sa gamme i, inaugurée par les BMW i3 et i8, respectivement premier véhicule électrique et hybride rechargeable de série du constructeur.

Aujourd’hui, la gamme verte de BMW est de plus en plus remplie, alors que l’Union Européenne imposera dès l’an prochain des seuils d’émissions à ne pas dépasser pour toutes les marques, sous peine d’écoper d’une amende colossale. C’est dans ce contexte que la firme bavaroise a lancé ses X1 et X3 hybrides rechargeables, faisant la promesse de proposer une alternative plus propre aux versions thermiques déjà existantes, sans pour autant perdre en termes d’agrément de conduite. Une stratégie déjà adoptée par plusieurs constructeurs et de plus en plus répandue, alors que Mini a déjà sauté le pas depuis 2017 avec son Countryman hybride rechargeable, ouvrant alors le bal des SUV électrifiés au sein du groupe allemand. Et cela ne devrait pas s’arrêter, puisque la marque à l’hélice a déjà quelques projets dans les cartons, à savoir l’IX3, version électrique du BMW iX3 et l’iNEXT, un modèle là encore zéro-émission, mais cette fois-ci totalement nouveau, n’étant pas basé sur un modèle déjà existant.

Nous avons donc pris le volant de ces nouveaux BMW X1 et X3 hybrides rechargeables, le temps d’un essai en région parisienne, afin de voir si le moteur électrique change quelque chose sur ces deux modèles. Pour rappel, il s’agit donc des versions X1 xDrive25e et X3 xDrive30e, développant respectivement 220 et 292 chevaux.

Essai BMW X1 et X3 hybrides rechargeables : discrète électrification

Photos essai BMW X1 hybride rechargeable 2020 X-Line

Avec ses X1 et X3 hybrides rechargeables, BMW a fait le choix, comme d’autres constructeurs dont Peugeot avec ses 508 et 300 HYbrid, de conserver un style identique aux versions thermiques. De l’extérieur, difficile donc de savoir à quelle version nous avons ici affaire, puisque cette variante électrifiée est strictement identique au reste de la gamme, et seul le nom du modèle à l’arrière, ainsi que la trappe pour la prise de recharge sur l’aile avant trahissent sa motorisation électrifiée. Ensuite, c’est la recette classique qui s’applique pour les deux SUV, qui ne semblent au premier abord pas forcément les véhicules les plus prompts à passer au vert. Restylé au cours de l’année dernière, le BMW X1 se distingue notamment par ses feux avant et arrière redessinés, de même que sa calandre légèrement plus large. Situé entre le X2 et le X3 en termes de taille, avec une longueur de 4,44 mètres, le SUV affiche une silhouette trapue, plutôt flatteuse à l’œil.

De son côté, le BMW X3 se veut plus statutaire avec des dimensions largement supérieures, de l’ordre de 4,73 mètres, tandis que son style général en impose un peu plus, grâce à sa face avant plus verticale et peut-être un peu plus chargée aussi. L’arrière semble quant à lui plus musclé, tandis qu’il est bien campé sur ses roues de 20 pouces, ici en option. Bref, en termes de style, les deux SUV restent fidèles à eux-mêmes, et ne cherchent pas à se démarquer dans leur version hybride, où les changements sont très discrets, et ce même à l’intérieur. En effet, l’habitacle des deux modèles surélevés n’évolue pas par rapport aux versions thermiques, mais quelques indications sur le tableau de bord (numérique pour le X3, analogique pour le X1) sont spécifiques à l’hybride. C’est notamment le cas de la petite jauge indiquant en temps réel si le moteur électrique ou thermique est en marche, où si la batterie est en train d’être rechargée par la régénération d’énergie au freinage.

Le reste est donc tout à fait identique à ce que l’on connaît déjà, avec un système d’info-divertissement qui a déjà largement su faire ses preuves sur d’autres modèles de la gamme. Globalement, l’ergonomie est très bonne, de même que le confort, l’un des principaux atouts des deux SUV, aussi différents soient-ils. Si le BMW X3 est toujours un cran au-dessus, ne serait-ce que grâce au combiné numérique, le X1 n’a toutefois pas à rougir, et offre de très belles prestations sur ce point. L’un comme l’autre sont également très habitables, bien que le coffre soit amputé de quelques litres en raison de la motorisation électrique. Si les 450 litres seront donc acceptables sur le X1, cela sera toutefois plus difficile sur le X3, à la vocation plus familiale. On regrettera également la présence de quelques plastiques durs peu flatteurs pour des modèles au positionnement haut de gamme.

Essai BMW X1 et X3 hybrides rechargeables : le confort avant tout

Photo essai BMW X3 hybride rechargeable 2020 face avanr dynamique

Si l’on pourrait logiquement croire que les deux SUV partagent la même motorisation, ce n’est en réalité pas du tout le cas. Le BMW X1 xDrive25e repose en effet sur la plateforme UKL et associe un trois cylindres 1,5 litre de 125 chevaux et 200 Nm de couple à un moteur électrique, pour une puissance totale de 220 chevaux. Celle-ci est envoyée aux quatre roues uniquement lorsque les deux moteurs fonctionnent simultanément, le SUV devenant alors une propulsion simple en mode 100 % électrique. A vrai dire, la différence se fait assez peu sentir sur la route, et notamment sur le sec comme ce fut le cas lors de notre essai. Si les 220 chevaux sont bien présents, les 1 745 kg de l’engin se font également ressentir, les batteries et le système hybride ajoutant plus de 260 kg sur la balance par rapport à la version thermique. Une hausse de poids non négligeable, qui nuit quelque peu aux performances, notamment en conduite sportive. Et pour cause, si la prise de roulis est plutôt maîtrisée pour ce type de véhicule, l’ensemble manque toutefois d’agilité en courbes.

Le mode Sport permet toutefois au SUV allemand d’afficher un caractère plus dynamique, grâce notamment à une meilleure réponse de la boîte automatique à six rapports, mais également à une direction légèrement raffermie. Si la conduite à rythme soutenu sur les routes vallonnées de la vallée de Chevreuse n’est pas forcément son point fort, bien qu’il se débrouille toutefois assez bien, c’est sur des trajets quotidiens domicile-travail que le BMW X1 s’appréciera le plus, puisqu’il sera alors possible de rouler quasiment tout le temps en mode 100 % électrique, grâce à une autonomie autour de 50 km grâce à la batterie de 10 kWh et au mode eDrive forçant la conduite zéro-émission. Par ailleurs, ses suspensions calibrées pour gommer les imperfections de la route font un excellent travail, de même que l’insonorisation, parfaitement travaillée afin d’optimiser l’expérience des passagers. Une absence de bruits parasites complétées par un silence complet venant du moteur lorsque l’on roule en ville, de quoi rendre les trajets beaucoup moins stressants.

Deux autres modes de gestion de la batterie sont disponibles, à savoir Auto eDrive et eSave. Le premier est plutôt simple à comprendre, puisqu’il permet simplement de laisser la voiture gérer seule la répartition de la puissance et l’usage du moteur thermique ou électrique selon la vitesse. Attention toutefois, car si cette configuration est la plus polyvalente, elle risque de faire flamber la consommation, tournant alors autour des 8 l/100 km. De son côté, le mode eSave force l’usage du bloc thermique afin d’économiser la batterie et de la recharger en prévision de l’entrée dans une ville. Là encore, cela se fait malheureusement au détriment de la consommation, qui s’envole littéralement et dépasse alors les 10 l/100 km. On a vu plus vertueux, d’autant plus que le réservoir perd quelques litres en faveur de la batterie. Vous l’aurez donc compris, c’est en ville que l’intérêt de l’hybride rechargeable est le plus grand sur ce BMW X1, qui sera néanmoins tout à fait en mesure de parcourir de plus longs trajets occasionnellement. Dommage, car le confort est vraiment là…

Passons désormais derrière le volant du BWM X3, plus grand et forcément plus sensible aux mouvements de caisse lorsque le rythme s’accélère. Comme son petit frère, le SUV à l’hélice pâtit ici d’une direction un peu floue, notamment sur le point milieu mais idéale toutefois pour manœuvrer en ville. Car ne l’oublions pas, l’Allemand est avant tout un modèle familial, et c’est pour des trajets quotidiens et des voyages plus longs sur l’autoroute qui sera le plus à son aise. On note là encore un gros travail sur l’insonorisation et le confort général, tandis que l’aspect sportif est moins mis en avant. Normal, car ce X3 fera plutôt office de véhicule pour partir en vacances, bien que là encore, la consommation risque de flamber sur les voies rapides, le moteur thermique prenant alors le relais sur l’électrique. Comptez donc environ 12 l/100 km en moyenne sur ce type de trajet, en raison notamment des quelque 1 990 kg de l’engin, soit 255 de plus que sa version thermique, à cause du poids des batteries.

L’engin n’est cette fois-ci pas propulsé par un trois cylindres mais pas un quatre-pattes de 2,0 litres, associé donc à un bloc électrique pour une puissance maximale de 292 chevaux pour 385 Nm de couple. Une association plutôt heureuse, complétée par une boîte automatique ZF à huit rapports, envoyant cette fois-ci la puissance aux quatre roues, peu importe le mode de gestion utilisé. Ceux-ci sont quasiment les mêmes que pour le X1, à la différence que le mode eSave peut être paramétré de manière précise. Concrètement, vous pouvez choisir l’autonomie électrique que vous souhaitez conserver, et la voiture gérera elle-même les deux moteurs pour atteindre cet objectif. Ici, l’autonomie en mode 100 % électrique est affichée à environ une cinquantaine de kilomètres également, mais pour y arriver, le X3 mise sur une batterie plus grande, d’une capacité de 12 kWh, afin de compenser le poids du véhicule. Un poids toujours très présent, malgré un à 0 à 100 km/h plutôt rapide, abattu en seulement 6,1 secondes, ce qui demeure très honorables tout de même.

Avec ce BMW X3, le confort est toujours de mise, et le mode Sport, plus dynamique, n’y changera rien, malgré une direction un peu plus ferme, restant toujours très souple. Vous l’aurez donc compris, ce SUV n’a pas vocation à faire de la vitesse, et n’est pas forcément toujours très à l’aise sur des routes trop sinueuses, même si le comportement global est plutôt bon. La plateforme CLAR est très saine et permet d’accélérer le rythme sans se faire peur. Maladie bien connue chez BMW, le freinage pourrait quant à lui encore être amélioré, et ceci est valable pour les deux modèles. A noter que 3h35 et 3h40 de recharge sont nécessaires pour le X1 et le X3 sur une Wallbox, une durée qui passe alors à 5h et 5h55 sur une prise standard. Cela reste parfaitement raisonnable si l’on possède un point de recharge à la maison ou sur son lieu de travail.

Essai BMW X1 et X3 hybrides rechargeables : pour résumer

Photo essai BMW X3 hybride rechargeable 2020 essence PHEV

Avant tout conçus pour une utilisation quotidienne entre ville et autoroute, les BMW X1 et X3 possèdent de forts arguments en leur faveur, notamment en ce qui concerne le confort. Attention toutefois à la consommation d’essence qui peut rapidement grimper lorsque le moteur thermique prend le relais, mais l’on apprécie toutefois les différents modes qui permettent de profiter d’une conduite vraiment à la carte. En réalité, c’est surtout le tarif de ces deux SUV qui pourrait dissuader les éventuels acheteurs, avec un ticket d’entrée respectif de 46 500 et 58 950 € pour le X1 et le X3. Si les économies de carburant ne seront peut-être pas forcément au rendez—vous selon l’utilisation que l’on en fait, il faut toutefois prendre en compte le bonus écologique de 2 000 € pour les modèles hybrides rechargeables, auquel peut prétendre de justesse le plus petit des deux.

Essai BMW X1 et X3 hybrides rechargeables

Design extérieur
Présentation intérieure
Technologie
Agrément de conduite
Passion
Rapport qualité / prix

Essai BMW X1 et X3 hybrides rechargeables : les photos

Tags

Marie Lizak

Fondatrice et responsable éditoriale du site Une Fille Au Volant, je suis une passionnée de l'automobile dans tous ses aspects. J'ai pour vocation de partager ma passion avec légèreté et bonne humeur, sans oublier la rigueur et l'information, bien évidemment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer