Essais automobiles

Essai Tesla Model S Grande Autonomie : TGV en première classe

Profitant d’améliorations majeures depuis son lancement, la Tesla Model S se veut toujours plus technologique et confortable. Nous avons pris le volant de la déclinaison Grande Autonomie, afin de nous rendre compte a quel point la berline électrique a évolué.

Photos essai Tesla Model S Grande Autonomie 2020 Marie Lizak

La Tesla Model S, on la connaît déjà bien, puisqu’il s’agit du tout premier véhicule entièrement conçu par la marque californienne, succédant à un Roadster basé quant à lui sur un châssis de Lotus Elise. Arrivée sur le marché américain en 2012 avant de débarquer en Europe dans le courant de l’année 2013, la grande berline a par la suite connu un petit restylage en 2016, qui se concentrait alors, on s’en souvient, sur la face avant. Si la star de la firme d’Elon Musk semble avoir traversé les années sans avoir subi trop d’évolutions, c’est en réalité loin d’être le cas, alors que de nombreuses mises à jour peuvent être effectuées sans fil, sur l’ensemble des exemplaires en circulation. Mais outre ces changements purement logiciels, la Tesla Model S a également été largement revue sur le plan mécanique.

Véritable ovni à ses débuts sur le marché, la grande berline haut de gamme est rapidement devenue une source d’inspiration mais aussi de craintes pour les autres constructeurs, poussés à leur tour à se lancer sur le marché de l’électrique, à l’heure où les normes anti-pollution sont de plus en plus sévères. Il faut dire que la Tesla Model S redouble d’arguments sur le papier pour séduire et donner envie de passer à une conduite zéro-émission. Outre sa ligne, très réussie et optimisée pour l’aérodynamisme, la familiale plaît aussi par son aspect très futuriste et son intérieur, dont l’immense écran tactile continue de surprendre les néophytes. Par ailleurs, le premier modèle du constructeur a connu quelques changements au sein de sa gamme s’offrant notamment de nouvelles versions Grande Autonomie et Performance, des appellations remplaçant l’ancienne nomenclature à chiffres dont nous avions jusqu’alors l’habitude.

Autant de raisons qui nous ont donc poussé à prendre à nouveau en mains cette Tesla Model S, afin de mieux comprendre ce qui a vraiment changé, mais également de voir si cette version Grande Autonomie tient vraiment ses promesses. Attachez vos ceintures, parce que ça accélère toujours aussi fort !

Essai Tesla Model S : toujours aussi belle

Photos essai Tesla Model S Grande Autonomie 2020 profil statique berline Žlectrique

Vous l’avez sans doute remarqué, la Tesla Model S a quelque peu changé esthétiquement depuis son lancement, avec une face avant redessinée et surtout épurée par rapport à la première mouture. En dehors de cette évolution significative, le style général de la grande berline est resté le même, avec des lignes tout en rondeurs, travaillées afin d’accroître la pénétration dans l’air et de limiter la déperdition d’énergie, qui ferait alors augmenter la consommation et réduire l’autonomie. Une équation souvent difficile à résoudre dont Tesla semble avoir trouvé la solution, en offrant à sa Model S un dessin en apparence très simple, mais qui est en réalité le fruit d’années de développement. Par ailleurs, les designers en charge du projet ont également ajouté quelques détails améliorant encore plus l’aérodynamisme, et notamment les poignées de portes rétractables, intégrées à la carrosserie lorsque la voiture est verrouillée. Un élément qui permet également d’assurer une sécurité optimale pour les occupants. A l’arrière, rien n’a en revanche été modifié par rapport à la version de lancement. Ce n’est pas bien grave, les lignes ne semblant pas subir le passage des années, malgré l’âge grandissant de la berline, qui devrait être renouvelée dans le courant de l’année 2023.

Longue de près de cinq mètres, la Tesla Model S affiche de belles proportions et fait encore tourner les têtes lorsqu’elle passe dans les rues, comme nous avons pu le constater lors de notre essai, sept ans pourtant après son lancement. Preuve que les designers de la marque ont plutôt bien travaillé, notamment avec ce restylage, apportant également un grand toit panoramique livré de série, apportant un peu plus de lumière dans l’habitacle. Cette nouvelle version se distingue également par le nombre croissant de caméras, installées dans les ailes mais également les montants de portes, ayant pour rôle de détecter les obstacles et autres véhicules, notamment lorsque l’Autopilot est activé. Contrairement à certains constructeurs, qui jouent à fond la carte de la personnalisation sur leurs modèles, Tesla réduit au fil du temps les options disponibles au catalogue, et cela se ressent également dans le style de la grande berline, pouvant être déclinée en seulement cinq teintes de carrosserie, dont le très beau Bleu Outremer métallisé (1 600 €) de notre version d’essai. Les plus discrets pourront quant à eux opter pour le Blanc Nacré de série ou le Noir Uni optionnel. Par ailleurs, trois styles de jantes sont également proposés, dont la monte en 21 pouces présente sur notre véhicule, pour laquelle il faudra compter 4 700 € tout de même.

Essai Tesla Model S Grande Autonomie : smartphone sur roues

Photos essai Tesla Model S Grande Autonomie 2020 poste de conduite

A l’intérieur aussi, la berline électrique a évolué depuis notre premier essai, faisant disparaître pour de bon le cuir, au profit d’une sellerie synthétique, dans une démarche plus respectueuse du bien-être animal. L’illusion est presque parfaite, alors que la qualité de ce matériau, dont la composition n’est pas connue reste plutôt bonne. Au total, trois teintes sont disponibles, en noir, blanc et crème, cette dernière étant celle de notre version d’essai, associée à une planche de bord et des détails en bois de chêne. Une très belle configuration, très lumineuse et donnant un aspect moderne à cet intérieur, qui n’est pas sans rappeler ce que propose notamment Volvo. Quoi qu’il en soit, les ajustements ont fait un vrai bond en avant au fil des années, tandis que les sièges ont gagné en confort et en maintien. Le confort justement, c’est l’un des principaux arguments de cette Tesla Model S, livrée avec une foule d’équipements de série tels que le pack Climat Glacial incluant le volant et les sièges chauffants ainsi que des dégivreurs d’essuie-glace et de buses de lave-glace. Le sytème audio premium ainsi que le filtre d’habitacle HEPA font également partie de la dotation standard, tout comme le combiné numérique, ainsi que l’écran tactile de 17 pouces intégré à la planche de bord.

Celui-ci, bien connu des amateurs de la marque et attisant toujours autant la curiosité intègre l’ensemble des fonctions de la voiture, via une interface plutôt ergonomique, qui demandera toutefois un petit temps d’adaptation. Et pour cause, l’habitacle voit ici disparaître l’ensemble des boutons, alors que subsistent uniquement les commandes sur le volant ainsi que le warning et l’ouverture de la boîte à gants. Un parti pris très osé de Tesla au lancement de la Model S mais désormais copié par de nombreux constructeurs, sans pour autant aller aussi loin dans l’épuration, alors que la marque est même allée jusqu’à supprimer le combiné d’instrumentation dans sa Model 3. Quoi qu’il en soit, la présentation du système d’infotainement a relativement peu évolué mais celui-ci s’est toutefois bien enrichit, notamment avec de nouveaux Easter eggs. Parmi eux, notons le « mode de test des émissions », qui n’est autre qu’un générateur de pets, ainsi qu’une fonction permettant de créer ses propres musiques. Enfin, il est désormais possible de passer le temps au Superchargeur en jouant à l’un des jeux vidéo intégrés à la berline, dont Beach Buggy Racing 2, une course façon Mario Kart, dans laquelle le véhicule est contrôlé avec le volant de la voiture et la pédale de frein. A noter qu’il est également possible de brancher des manettes pour jouer à plusieurs…

Avec son empattement de 2,96 mètres, la Tesla Model S accueille très bien ses occupants, que ce soit à l’avant où à l’arrière, alors que la banquette est également chauffante et que deux ports USB sont disponibles pour les passagers. L’espace aux jambes et à la tête est également plus que correct, et ce malgré la ligne de tout fuyante de la berline, qui lui profite à l’habitabilité sans rogner sur le confort. Par ailleurs, on apprécie le fait que le constructeur ait enrichit son modèle star d’une vraie console centrale offrant des rangements profonds et très pratiques, ce qui n’était pas le cas avant le restylage. Toutefois, si la boîte à gants offre également un peu de place, on regrette l’absence de bacs de portières qui n’auraient pas été de trop, notamment pour installer des bouteilles d’eau lors de longs voyages, fonction première de cette version Grande Autonomie. De son côté, le coffre arrière offre quant à lui un volume largement suffisant pour partir en vacances, oscillant alors entre 895 et 1 645 litres, tandis que le coffre situé à l’avant permet également de ranger quelques affaire supplémentaires.

Essai Tesla Model S Grande Autonomie : tout change, ou presque

Photos essai Tesla Model S Grande Autonomie 2020 face avant

Comme nous l’avons évoqué plus haut, cette Tesla Model S a évolué en profondeur par rapport à la version que nous avions pris en mains il y a quelques années. Parmi les principaux changements, nous pouvons entre autres évoquer l’arrivée d’un nouvel moteur à aimant permanent sur l’essieu arrière, hérité de la Tesla Model 3, ainsi que de nouveaux roulements. Autant d’éléments qui permettent à la grande berline de gagner en confort, bien sur, mais également en efficience, alors que la marque annonce une hausse de 10 % de l’autonomie, que ce soit grâce à une meilleure gestion de l’accélération, ainsi que par une récupération de l’énergie au freinage améliorée. Pour rappel, cette version Grande Autonomie embarque donc deux moteurs, un à l’avant et un à l’arrière, offrant une puissance totale estimée autour des 350 chevaux, même si la marque ne communique pas officiellement sur ces chiffres, préférant parler de l’accélération. Il faut dire que le 0 à 100 km/h est très impressionnant, puisque seulement 3,8 secondes sont nécessaires pour réaliser cet exercice.

Mais au-delà des chiffres, c’est une fois à bord que cette donnée prend tout son sens, alors que les quelque 527 Nm de couple disponibles dès le démarrage nous propulsent sans préavis, nous donnant l’impression d’être dans un manège à sensations. Si nous sommes loin des 2,6 secondes de la version Performance, il vaut tout de même mieux avoir le cœur bien accroché, bien que l’ensemble s’essouffle quelque peu passé une centaine de km/h. Ne vous y méprenez toutefois pas, les relances restent excellentes, ce qui se révèle particulièrement utile sur autoroute notamment, assurant une parfaite sécurité lors de dépassement parfois un peu compliqués. C’est justement sur les voies rapides que cette Tesla Model S se sent le plus à l’aise, grâce notamment à sa nouvelle suspension adaptative permettant d’abaisser la hauteur de caisse de manière automatique à haute vitesse. Un atout qui permet d’améliorer l’aérodynamisme sans nuire au confort, grâce à la souplesse de l’amortissement. Par ailleurs, le silence du moteur associé à l’excellente insonorisation de l’habitacle plongent les occupants dans un vrai cocon de quiétude et de calme.

On apprécie ici les évolutions apportées au système de conduite semi-autonome Autopilot, qui associe le régulateur de vitesse adaptatif au système de maintien dans la voie. A noter qu’il est désormais possible d’opter pour une option permettant à la voiture de se placer seule sur la bonne voie selon les panneaux de signalisation et la destination entrée dans le GPS. Le véhicule est également en mesure de dépasser de lui-même un véhicule trop lent, le conducteur n’ayant alors qu’à valider l’action. Mais ce n’est pas tout, car Tesla travaille actuellement sur le développement d’autres fonctionnalités, dont la reconnaissance des panneaux de signalisation, qui permettra alors la voiture de circuler de manière encore plus autonome. Par ailleurs, une assistance de conduite en ville sera aussi proposée, de même qu’une version améliorée de la Sortie Auto, qui permettra alors au véhicule d’aller à la rencontre de son propriétaire sur un parking. Idéal lorsque l’on a les bras chargés de sacs de courses par exemple ! Par ailleurs, de nouvelles fonctionnalités ont également été implantées, à l’image du Joe Mode, permettant de réduire le son des différentes alertes, telles que la correction de trajectoire. Il s’agit là d’une réponse de la marque aux parents qui souhaitaient que leurs enfants ne soient plus réveillés par les différents bruits liés aux aides à la conduite.

Profitant de plusieurs modes en ce qui concerne la suspension ainsi que la direction, du plus confortable au plus sportif, la Tesla Model S semble donc faire preuve d’une vraie polyvalence, tout du moins sur le papier. Mais qu’en est-il est vrai ? Direction les routes sinueuses de la vallée de Chevreuse pour le savoir, alors que nous mettons la direction assistée en mode Sport, ce qui a pour effet de la rendre beaucoup plus ferme. Un peu trop même, alors que le grande volant ne rend pas forcément la conduite dans les courbes serrées très aisée ni précise. Quoi qu’il en soit, et malgré ses quelque 1 847 kg qui se font énormément ressentir, la berline le flanche pas et distille un très fort sentiment de sécurité, grâce à son centre de gravité très bas, que l’on doit aux batteries installées sous le plancher. La prise de roulis est donc logiquement inexistante, tandis que la réponse immédiate de l’accélérateur permet de profiter d’excellentes relances en sorties de courbes. Si les sensations ne sont pas forcément au rendez-vous, la voiture est ici comme rivée sur des rails, rendant la conduite à haute vitesse ultra-sécurisante. On apprécie également le nouveau mode d’accélération « confort », qui agit notamment sur le couple afin de rendre le démarrage moins violent pour les passagers.

Pouvant parcourir jusqu’à 610 km selon le cycle WLTP, la Tesla Model S Grande Autonomie a su faire ses preuves durant notre essai, alors que nous l’avons emmenée jusqu’à Chartres pour un aller-retour express dans la journée. Plus de 200 km, en comptant les nombreux détours et en passant par des routes vallonnées qui nous auront permis de nous rendre compte des capacités de cette version destinée aux voyages aux long cours. Et effectivement, nous avons été bluffés par la charge baissant de manière très raisonnable, malgré les nombreuses accélérations effectuées et la conduite plutôt sportive que nous avons adoptée. S’il n’est donc pas nécessaire de passer trop souvent à la borne de recharge, il est toutefois important d’en parler. Pour rappel, il faut moins d’une heure pour recharger intégralement la berline au Superchargeur, grâce à une amélioration de l’architecture. A noter que la puissance de charge maximale est quant à elle passée de 120 à 150 kW, réduisant de 25 % le temps nécessaire, tandis que des bornes de 250 kW commencent à arriver en Europe. Actuellement, 74 stations de recharge sont proposées en France par Tesla, soit un total de 620 bornes réparties sur tout le territoire. De quoi voyager de Paris à Marseille sans trop d’encombres, d’autant plus que la plupart d’entre elles sont installées sur des parkings d’hôtels et de centres-commerciaux. Un moyen de se dégourdir les jambes et de manger, alors qu’il est préconisé de faire une pause toutes les deux heures !

Essai Tesla Model S Grande Autonomie : pour résumer

Photos essai Tesla Model S Grande Autonomie 2020 instrumentation numŽrique

Affichée à partir de 91 000 €, la Tesla Model S Grande Autonomie représente actuellement l’entrée de gamme de la berline électrique. Un tarif qui peut sembler très élevé, d’autant plus qu’il n’est désormais plus possible de profiter de bonus écologique depuis le début de l’année, mais qui est compensé par les économies réalisées à l’usage. S’il faut désormais payer la recharge sur les Superchargeurs,à hauteur de 0,24 € du kW, ce montant reste encore relativement raisonnable, un plein complet correspondant à une vingtaine d’euros seulement, alors que la batterie affiche une capacité de 100 kWh. Quoi qu’il en soit, cette Tesla Model S est pleine d’arguments, que ce soit esthétiques ou en ce qui concerne la conduite, offrant une vraie polyvalence qui lui permet d’être la seule voiture du foyer, au contraire de nombreuses électriques. Son grand gabarit n’est d’ailleurs pas un obstacle à une utilisation quotidienne, alors que l’important espace à bord permet de loger aisément toute la famille, ainsi que des bagages pour partir en vacances.

Bien sûr, on pourra reprocher certaines choses à cette berline, à commencer par ses ajustements qui pourraient être encore un peu plus travaillés, malgré la nette amélioration par rapport à ses débuts, notamment à l’intérieur. Mais outre son volant un peu trop grand et son poids important nuisant à son dynamisme, elle reste très plaisante à vivre, et conviendra parfaitement à tous ceux qui cherchent un véhicule confortable et performant à la fois, sans faire de compromis. Les nombreuses fonctionnalités embarquées telles que les jeux vidéo ou encore Netflix sont également un vrai plus, qui feront presque oublier les petits défauts de l’auto. De leur côté, les amateurs de sensations devront quant à eux plutôt se tourner vers la Tesla Model 3 Performance dont nous avons pris le volant il y quelques mois, un peu plus légère et plus dynamique.

  • Prix de base Tesla Model S (Grande Autonomie) : 91 000 €
  • Prix du modèle essayé avec options : 105 200 €

Essai Tesla Model S Grande Autonomie : notre avis

Design extérieur
Présentation intérieure
Techno
Agrément de conduite
Passion
Rapport qualité / prix

Confortable, techno et très sécurisante, la Tesla Model S Grande Autonomie est l'alliée idéale des voyages au long cours !

Tags

Marie Lizak

Fondatrice et responsable éditoriale du site Une Fille Au Volant, je suis une passionnée de l'automobile dans tous ses aspects. J'ai pour vocation de partager ma passion avec légèreté et bonne humeur, sans oublier la rigueur et l'information, bien évidemment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer