Actualité automobile

Bugatti Tourbillon : 1 800 chevaux pour la supercar hybride

Après plusieurs mois de rumeurs, la nouvelle Bugatti Tourbillon se montre enfin officiellement. Conçue en partenariat avec Rimac, la supercar limitée à 250 exemplaires passe à l’hybride rechargeable et s’offre pas moins de 1 800 chevaux.

Photo statique Bugatti Tourbillon 2024

Cela fait déjà huit ans que la Bugatti Chiron a vu le jour, succédant à la mythique Veyron. Alors que les 500 exemplaires prévus ont désormais tous trouvé preneurs, il est l’heure pour la supercar de quitter le catalogue et de laisser sa place à une nouvelle venue. Si les rumeurs allaient bon train au sujet de cette dernière, le secret était bien gardé jusqu’à sa révélation, qui s’est déroulée hier soir au siège de la marque situé à Molsheim, en Alsace. Voici donc la nouvelle Tourbillon, et que les fans se rassurent, il ne s’agit pas d’une voiture 100 % électrique. Mais désormais propriété de Rimac (55%) et de Porsche (45%), la firme tricolore a fait le choix d’une motorisation hybride rechargeable.

La nouvelle supercar évolue subtilement par rapport à sa devancière, puisqu’elle conserve de nombreux attributs esthétiques chers à la marque, dont l’iconique calandre en fer à cheval. Les flancs nous rappellent également la Chiron, de même que les lignes tendues. Inspirée des Type 35, Type 57SC Atlantic et Type 41 Royale, cette nouvelle venue a été conçue afin d’optimiser au maximum l’aérodynamisme. Ainsi, nous retrouvons de larges prises d’air à l’avant et sur les côtés, tandis que la partie arrière se pare d’un imposant diffuseur qui plaque la voiture au sol et qui intégre quatre sorties d’échappement. Le tout est évidemment complété par un aileron rétractable, qui améliore l’appui à très haute vitesse.

L’accès à bord se fait via des portes en élytre électriques, tandis que le poste de conduite puise son inspiration dans l’univers de l’horlogerie. Nous retrouvons alors des compteurs analogiques dont le design ressemble à s’y méprendre à des cadrans de montres, conçus par des horlogers suisses. Fabriqués en titane et intégrant des éléments en saphir, ils sont complétés par un petit écran qui affiche quant à lui la vitesse de manière plus lisible. Au centre de l’habitacle prend place d’une console centrale tout en hauteur, tandis que le moyeu du volant reste fixe. Les sièges baquet sont quant à eux fixés au sol, tandis que le pédalier se règle de manière électrique. Enfin, un petit écran tactile compatible avec Apple CarPlay et Android Auto se déploie quant à lui sur la planche de bord.

1 800 chevaux et quatre moteurs

Photo arrière Bugatti Tourbillon 2024

Contrairement à la Chiron, la nouvelle Bugatti Tourbillon ne reprend pas le mythique W16 8,0 litres quadriturbo de la Veyron. Ce dernier prend en effet sa retraite et est désormais remplacé par un V16 8,3 litres atmosphérique, conçu avec Cosworth. Ce dernier développe pas moins de 1 000 chevaux et est associé à trois moteurs électriques, dont deux installés sur l’essieu arrière. Le tout revendique alors un total de 1 800 chevaux tandis que le couple n’a pas encore été dévoilé. L’ensemble de cette cavalerie est reliée aux roues grâce à une nouvelle boîte à double embrayage et huit rapports. Une batterie de 25 kWh est également installée sous le capot de la sportive pour alimenter les moteurs, afin de rouler jusqu’à 60 kilomètres en électrique.

Affichant un poids de 1 995 kilos sur la balance, l’hypercar franco-croate réalise le 0 à 100 km/h en seulement 2,0 secondes tandis qu’elle atteint une vitesse maximale de 445 km/h. La sportive se dote de freins carbone/céramique et se chausse de pneus Michelin Pilot Sport Cup 2 conçus sur mesure. Si les chiffres des émissions de CO2 n’ont pas encore été dévoilés, il se pourrait que la Bugatti Tourbillon échappe au malus écologique grâce à sa motorisation hybride. Seulement 250 exemplaires seront produits, avec des livraisons qui démarreront à partir de 2026. Il faudra compter pas moins de 3,8 millions d’euros pour vous offrir une si l’envie vous prend.

Bugatti Tourbillon : les photos

Marie Lizak

Fondatrice et responsable éditoriale du site Une Fille Au Volant, je suis une passionnée de l'automobile dans tous ses aspects. J'ai pour vocation de partager ma passion avec légèreté et bonne humeur, sans oublier la rigueur et l'information, bien évidemment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page