À la UneEssais automobiles

Essai Peugeot 508 PSE : performances et compromis

Forte de 360 chevaux, la Peugeot 508 PSE est désormais le modèle le plus puissant jamais produit par la marque. Mais le ramage est-il à la hauteur du plumage ? C’est ce que nous avons voulu savoir en prenant son volant sur le circuit des 24 Heures du Mans.

Photo face avant statique Peugeot 508 PSE SW 2021

Oubliez le badge GTi, désormais, les futures sportives de Peugeot se nomment PSE, pour Peugeot Sport Engineered. Un changement de nom qui peut paraître anecdotique mais qui est en réalité lourd de sens, symbolisant le tournant pris par la marque au lion, bien décidé à proposer une nouvelle vision de la sportivité. Une stratégie assumée, alors que la firme sochalienne a définitivement fait une croix sur les 208 et 308 GTi, deux icônes qui rejoignent donc le Panthéon des sportives accessibles, aux côtés de la Renault Clio RS, elle aussi sacrifiée sur l’autel des normes environnementales. Mais ne vous y méprenez pas, car si Peugeot souhaite bien sûr rendre sa gamme plus propre, il n’en oublie pas son ADN, fait de compétition. Pionnière dans de nombreux domaine liés au sport auto et jouissant d’un palmarès impressionnant dans quasiment toutes les disciplines, la marque au lion sait de quoi elle parle en matière de performance. Logique donc pour elle de continuer à développer sa division sportive, désormais baptisée Peugeot Sport Engineered. Mais cette fois-ci, plus question de proposer des modèles purement thermiques, et c’est donc logiquement vers l’hybride rechargeable que le constructeur a choisi de se tourner pour sa gamme dynamique.

Et pour inaugurer ce nouveau badge PSE, Peugeot n’a pas fait les choses à moitié, concevant alors tout bonnement la voiture de série la plus puissante de son histoire. Une version gavée aux hormones de la 508, préfigurée par un concept dévoilé en 2018, à l’occasion du salon de Genève. Très proche de la version commercialisée, celui-ci avait à l’époque fait couler beaucoup d’encre, notamment lorsque le patron de la marque, Jean-Philippe Imparato, avait confirmé qu’une mise en production était bel et bien prévue. Bien sûr, entre l’étude de style et la version définitive, la fiche technique a quelque peu évoluée, passant de 400 à 360 chevaux, mais l’esprit, lui est resté le même. L’objectif de cette Peugeot 508 PSE ? Devenir le porte-drapeaux de la nouvelle division sportive de la marque, et montrer qu’il est tout à fait possible de créer un véhicule à la fois vertueux et dynamique. Marquant un véritable tournant pour la marque au lion, qui a fêté l’an dernier son 210ème anniversaire, la berline souhaite allier le meilleur des deux mondes, entre le confort, les performances et l’efficience. Pari réussi ? C’est ce que nous avons voulu savoir en prenant le volant de cette Peugeot 508 PSE sur le circuit des 24 Heures du Mans, le temps d’une journée placée sous le signe du sport.

Mais celle qui jouera le rôle de vaisseau-amiral pour la marque à sa sortie au printemps est-elle une vraie sportive à proprement parler, où une simple berline dynamique ? La réponse en fin d’essai…

Essai Peugeot 508 PSE : ambitions assumées

Photo arrière Peugeot 508 Peugeot Sport Engineered hybride rechargeable 2021

Lors de la révélation de cette 508 Peugeot Sport Engineered sous sa forme définitive, nous avions été frappé par la grande ressemblance avec le concept éponyme présenté plus tôt. Hormis quelques détails qui n’auraient pas pu passer l’étape de la production, la berline a conservé sa ligne et ses détails spécifiques, qui lui donnent une sacré prestance. Certes, l’auto est loin d’être un modèle de discrétion, mais qu’est ce qu’elle en impose ! Aux traits déjà agressifs de la 508 standard, avec ses crocs lumineux et ses lignes anguleuses, s’ajoutent ici un kit aérodynamique assumé particulièrement visible à l’arrière, avec un nouveau diffuseur intégrant deux sorties d’échappement rondes, ainsi que des petites ailettes prolongeant les bas de caisse, à l’arrière comme à l’avant. De face justement, notre version d’essai se distingue par une calandre au motif inédit, plus agressif, complété par un bouclier affublé d’inserts « Kryptonite », couleur du nouveau label PSE. Une teinte présente un peu partout sur l’auto, que ce soit sur le logo en forme de griffe présent sur le capot, sur l’aile avant pour le break et sur la custode pour la berline, mais également sur les étriers de freins. Ceux-ci sont dissimulés derrière d’inédites jantes de 20 pouces, faisant partie de la dotation de série.

Photo Peugeot 508 PSE 2021Mais les spécificités de cette nouvelle Peugeot 508 PSE ne s’arrêtent pas là, puisque la berline se distingue également par des voies élargies de 24 et 12 millimètres, tandis que l’essieu avant a quand à lui été abaissé d’une dizaine de millimètres. Une modification très discrète, qui aura simplement une fonction esthétique selon un porte-parole de la marque. Enfin, le style spécifique de cette version est complété par des logos noirs, qui ne sont pas sans nous rappeler ce que nous propose notamment Audi sur ses derniers modèles badgés RS. Hormis tous ces détails, cette 508 reste fidèle à elle-même et se décline toujours en deux versions, à savoir berline et break, que nous avons toutes deux testées. Celles-ci restent très proches visuellement mais également en termes de dimensions, affichant une longueur respective de 4,75 et 4,79 mètres. En réalité, seule la partie arrière permet de différencier les deux autos, qui héritent de la même face avant, à l’image des Peugeot 3008 et 5008. Si cette Peugeot 508 PSE arbore un style très affirmé, dans la ligné des dernières productions de la marque, l’aspect personnalisation a quant à lui quelque peu été mis de côté, le configurateur ne proposant que trois teintes, à savoir le Gris Selenium de notre version d’essai, le noir Perla Nera ou encore le Blanc Nacré. Dommage que le superbe rouge Ultimate de la 508 ne soit pas proposé, apportant un peu de pep’s à cette gamme un brin sombre.

Lorsque l’on s’installe à bord de cette Peugeot 508 PSE, nous retrouvons rapidement nos repères, alors que cette version hérite de la présentation de la version standard. Pas de mauvaise surprise donc sur ce point-là, la qualité des assemblages et des matériaux étant toujours très bonne, de même que l’ergonomie générale. Dommage toutefois que la marque n’ai pas offert une petite touche d’exclusivité à cet habitacle, hormis les surpiqures couleurs Kryptonite rappelant l’extérieur. Une teinte que l’on retrouve entre autres sur les sièges, très enveloppants, mais également sur le volant à méplat ainsi que sur le combiné numérique. Celui-ci reprend les différentes présentations disponibles sur la version standard et est toujours associé à un écran tactile de 10 pouces, également commandable via des toggle switches. Si l’ensemble ne transpire pas forcément la sportivité, il n’en reste pas moins très qualitatif, tandis que l’habitabilité ne pâtit en aucun cas de la motorisation hybride rechargeable, les batteries étant logées sous le plancher. Le coffre de la berline et du break conservent un volume identique à la déclinaison thermique, allant de 487 à 1 780 litres selon la version. Globalement, nous sommes bien installés à bord de cette Peugeot 508 PSE, qui reste une auto faite pour tailler la route avant d’être une sportive. Cela se ressent dans cet habitacle haut de gamme, qui invite plus au voyage qu’à la performance.

Essai Peugeot 508 PSE : routière avant tout

Photo Peugeot 508 PSE hybride 2021

Coiffant la gamme de la Peugeot 508, cette déclinaison hautes performance reprend la chaine de traction de la version hybride, avec sa motorisation hybride rechargeable associant un quatre cylindres 1,6 litre PureTech -le même qui équipait la Peugeot 308 GTi-, développant ici 200 chevaux à deux moteurs électriques. Une configuration qui n’est d’ailleurs pas sans nous rappeler celle du concept 308 R HYbrid, qui annonçait alors sans vraiment le dire le futur électrifié de la marque au lion. Au total, ce sont donc pas moins de 360 chevaux qui se cachent sous la pédale de droite de cette 508 Peugeot Sport Engineered, pour un couple culminant quant à lui à 520 Nm. La puissance maximale varie néanmoins en fonction du mode de conduite choisie, celle-ci étant alors limitée à 330 équidés en mode Hybride, afin de préserver l’autonomie, pouvant alors atteindre 42 kilomètres selon le cycle WLTP. Au total, ce ne sont pas moins de cinq configurations sont disponibles selon les besoins, avec la possibilité de forcer la conduite électrique si on le souhaite. Ce ne sera sans doute pas le mode qui sera le plus utilisé sur cette version, qui ne demande qu’à faire galoper sa cavalerie, libérée par un mode Sport qui sera le plus adapté à cette déclinaison.

Ne vous attendez pas à un démarrage en trombe, malgré le couple assez important et disponible dès le démarrage grâce aux moteurs électriques. Mais une fois l’auto arrachée du sol, celle-ci se révèle fidèle à l’ADN Peugeot,Photo statique Peugeot 508 Peugeot Sport Engineered 2021 profitant une fois encore d’un châssis aux petits oignons, bien aidé par les suspensions pilotés livrées de série. La voiture est très sécurisante et entre dans les courbes à haute vitesse avec une facilité déconcertante, malgré une très légère tendance au sous-virage. L’ensemble reste très sérieux, un peu trop même, car si les reprises sont efficaces, les accélérations demeurent assez linéaires et ne prodiguent à vrai dire que peu de sensations. Car si l’auto reste très efficace, portant l’héritage des modèles GTi avant elle sur ce point, elle manque malheureusement cruellement de caractère, en raison entre autres de l’absence totale de bruit à l’échappement. On regrettera également que la boite EAT8 ne propose pas de mode manuel, alors que l’usage des palettes au volant est quasiment indispensable pour vraiment tirer parti des capacités de la voiture. La transmission automatique, très à l’aise en conduite coulée montre en effet rapidement ses limites lorsque le rythme s’accélère. Vous l’aurez donc compris, Peugeot a choisi de faire des compromis avec sa 508 PSE, devant alors composer avec l’obligation de faire appel à l’hybride rechargeable pour répondre aux normes environnementales actuelles.

Routière avant tout, cette 508 Peugeot Sport Engineered se montre plutôt confortable, malgré ses suspensions raffermies et sa monte en 20 pouces, contribuant à son agilité, même si du haut de ses 1 850 kg, l’auto n’est pas forcément une ballerine,  avec un poids qui se ressent beaucoup. Celle-ci reste néanmoins facile à manier, grâce au petit volant et au train avant efficace, tandis que la prise de roulis reste maîtrisée. Mais s’il y a bien un aspect sur lequel notre version d’essai ne démérite pas, hormis la belle dotation de série, c’est la consommation moyenne. Celle-ci tournait alors autour de 9 l/100 km lors de notre prise en main, en conduisant à des vitesses assez peu recommandables, ce qui reste plutôt raisonnable. A noter que les ingénieurs ont conçu cette 508 PSE de manière à ce qu’elle soit toujours en mesure de développer 360 chevaux en mode Sport. Pour cela, le moteur thermique est alors amené à monter un peu plus haut dans les tours, engendrant inévitablement une légère surconsommation. C’est le prix à payer pour profiter de toute la puissance de l’auto, d’autant plus qu’elle n’est pas vraiment destinée à battre des records d’éco-conduite, malgré sa motorisation hybride conçue pour maximiser l’efficience. Enfin, si l’autonomie peut sembler un peu limite, cela reste largement suffisant pour un usage quotidien, tout en sachant une fois encore que ce n’est pas le critère le plus important pour celui qui achètera cette version.

Essai Peugeot 508 PSE : pour résumer

Photo logo Peugeot 508 PSE 2021

Indéniablement performante et fidèle à l’ADN Peugeot en termes de comportement routier, la Peugeot 508 PSE reste avant tout une routière plus qu’une vraie sportive. Très polyvalente, bien qu’un peu plus ferme que la version standard, cette déclinaison hautes performance peut décevoir ceux qui s’attendraient à prendre en main une version radicale comme auraient pu l’être les 208 et 308 GTi. Il n’en est rien, car la berline comme le break restent très sages, offrant un caractère manquant un peu de piquant pour les amateurs de sensations fortes. Son comportement un peu trop aseptisé et l’absence de son du côté de l’échappement tranchent nettement avec son style pourtant très osé, qui laisse présager un peu plus de folie une fois sur la route. Ne vous y méprenez toutefois pas, cette 508 Peugeot Sport Engineered demeure une proposition très intéressante, plus dynamique que sa principale rivale, la Volvo S60 Polestar Engineered, qui pâtit de son côté d’un poids bien trop important pour véritablement pouvoir s’amuser.

Essai Peugeot 508 PSE : notre avis

Design extérieur
Présentation intérieure
Technologie
Agrément de conduite
Passion
Rapport qualité / prix

A prendre plutôt comme une routière dynamique que vraie sportive, la Peugeot 508 reste une proposition intéressante, bien qu'un peu trop politiquement correcte.

Essai Peugeot 508 PSE : fiche technique

  • Moteur : 4 cylindres en ligne, 1598 cm3, turbocompressé, 16 soupapes, deux moteurs électriques
  • Transmission : boite automatique à huit rapports EAT8
  • Puissance : 360 chevaux
  • Couple : 520 Nm
  • Dimensions : 4,79×1,86 x 1,42 mètres
  • 0 à 100 km/h : 5,2 secondes
  • Vitesse maximale : 250 km/h
  • Volume de coffre : berline : de 487 à 1537 litres / SW : de 530 à 1780 litres
  • Émissions de CO2 / malus : 46 g/km / 0 €
  • Consommation en cycle mixte : 2,03 l/100 km
  • Prix : à partir de 67 100 €

Essai Peugeot 508 PSE : les photos

Tags

Marie Lizak

Fondatrice et responsable éditoriale du site Une Fille Au Volant, je suis une passionnée de l'automobile dans tous ses aspects. J'ai pour vocation de partager ma passion avec légèreté et bonne humeur, sans oublier la rigueur et l'information, bien évidemment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer