Essais automobilesVoiture propre

Essai Volvo S60 Polestar Engineered : ligne à haute tension

Lancée en début d’année, la nouvelle Volvo S60 se décline en plusieurs versions hybrides, dont la Polestar Engineered venant coiffer la gamme du haut de ses 405 chevaux. Nous en avons pris le volant, afin de savoir si cette berline est vraiment aussi dynamique qu’elle le laisse entendre.

Photo Essai Volvo S60 Polestar Engineered berline hybride rechargeable T8 TwinEngine essence

Si la précédente génération, lancée en 2010 avait su séduire et surtout tirer son épingle du jeu par rapport à ses rivales germaniques, la Volvo S60 avait tout de même pris de l’âge, et il est vrai qu’un renouvellement était alors le bienvenu. C’est désormais chose faite et ce depuis juin 2018, date à laquelle la marque suédoise lève le voile sur une 3ème mouture totalement remaniée, quelques mois après avoir montré la nouvelle génération de son break V60 au salon de Genève 2018.

Officiellement lancée en avril dernier, la berline se distingue notamment de la précédente génération en ayant ici fait le pari de l’hybride, ne proposant désormais plus que cette motorisation en France. Un parti-pris osé et assumé par la firme de Göteborg, qui avait déjà annoncé en 2018 vouloir supprimer le diesel de sa gamme et l’électrifier intégralement. Mais il y a aussi une autre raison derrière cette volonté de faire appel à la fée électricité : abaisser les émissions moyennes, alors que l’Union Européenne prévoit de lourdes sanctions pour les constructeurs dont celles-ci dépassent les 95 g/km.

Mais pas question pour celle qui rivalise frontalement avec la nouvelle Peugeot 508, et notamment sa version hybride rechargeable de mettre de côté le plaisir de conduire. Et pour cause, Volvo a tenu à offrir à sa S60 une nouvelle déclinaison Polestar Engineered venant coiffer la gamme, et profitant d’un tempérament bien plus dynamique. Au programme, des évolutions esthétiques, bien sûr, mais aussi mécaniques, permettant de rendre la berline sportive tout en limitant les émissions de CO2. Un compromis qui semble, sur le papier, plus que prometteur. Mais qu’en est-il vraiment une fois derrière le volant ? C’est ce que nous avons voulu savoir en prenant la berline en mains durant quelques jours.

Essai Volvo S60 Polestar Engineered : sobriété scandinave

Photo Essai Volvo S60 Polestar Engineered arrire

Si la précédente génération, que nous avions tout particulièrement appréciée dans sa version Polestar était, il faut bien le dire, très réussie, il n’en reste pas moins qu’elle avait tout de même pris un petit coup de vieux après plus de huit ans de carrière. Le restylage, intervenu en 2013 avait toutefois réussi à rajeunir quelque peu la berline, grâce à l’adoption d’une nouvelle signature lumineuse, ainsi que d’une nouvelle calandre, plus massive. Mais cette toute nouvelle mouture va évidemment encore plus loin, et fait ici disparaître les lignes arrondies au profit de traits plus marqués, et bien sûr plus agressifs. Les afficionados de la marque reconnaîtront bien sûr l’influence de la très réussie Volvo S90, qui malgré sa sortie en 2016 ne semble pas prendre une ride. A l’avant, nous retrouvons la signature lumineuse en forme de marteau de Thor très chère à la marque, tandis que l’arrière, très musclé, arbore des feux en forme de C anguleux repoussés aux extrémités du hayon. De profil enfin, la berline tricorps gagne en caractère avec des volumes plus affirmés qu’auparavant, devenant toujours plus statutaire.

Plus grande que la précédente génération en affichant une longueur de 4,76 mètres, contre 4,63 mètres auparavant, la Volvo S60 gagne en prestance mais aussi en dynamisme, notamment dans sa version Polestar Engineered. Et pour cause, cette déclinaison, qui vient coiffer la gamme au-dessus des finitions R-Design et Inscription, se distingue par des éléments spécifiques lui donnant du caractère, et notamment sa calandre noir laqué. Basée sur la version R-Design, que nous avions testée sur le Volvo XC40, cette variante signée du préparateur maison Polestar est également livrée de série avec des coques de rétroviseurs et des contours de vitres noir laqué, ainsi qu’un diffuseur noir intégrant deux sorties d’échappement. Enfin, les jantes en alliage forgé de 19 pouces abritant des étriers jaune siglés Brembo et Polestar Engineered viennent compléter le look de la berline, qui, il faut bien l’avouer en impose vraiment visuellement sur la route.

Avec cette version Polestar Engineered, qui se distingue également par de discrets logos à l’avant et à l’arrière, Volvo a ici fait le choix de la sobriété en ce qui concerne le choix des teintes de carrosseries. Et pour cause, il faudra ici se contenter de nuances de gris, de noir et de blanc, le superbe Rebel Blue de la précédente génération n’ayant malheureusement pas été reconduit. On regrettera donc l’absence de couleurs un plus vives, alors que les autres finitions peuvent quant à elles profiter d’un choix plus large, incluant le très beau Rouge Fusion. Enfin, les clients pourront également opter pour des jantes forgées de 20 pouces en option (720 €), tandis qu’un choix de jantes de 18 et 29 pouces pour les roues automne/hiver est également proposé.

Essai Volvo S60 Polestar : le juste milieu

Photo Essai Volvo S60 Polestar Engineered intŽrieur poste de conduite

Ce qui fait aussi le succès de Volvo, ce sont sans aucun doute ses intérieurs, communs à tous les modèles de la gamme. Une particularité qui permet à la marque de proposer un catalogue homogène et d’offrir les mêmes prestations partout, tout en donnant à ses véhicules une vraie cohérence stylistique. Une stratégie qui n’est toutefois pas l’apanage de la firme suédoise, mais qui plaît tout particulièrement ici, tant la présentation intérieure est soignée et très plaisante à regarder. L’ensemble est à l’image de ce que l’on s’imagine de la Suède, paisible et reposant, grâce à une présentation épurée mais pas trop, soignée sans être sophistiquée à l’extrême. Un juste milieu séduisant, quelle que soit la sellerie choisie. Sur cette version Polestar, en revanche, seul le cuir Nappa noir est disponible, recouvrant les sièges sport ainsi que la planche de bord. Si l’ensemble peut sembler un peu sage, les ceintures jaunes spécifiques à cette déclinaison apportent une touche de sportivité de manière très originale. Enfin, le pommeau de levier de vitesse R-Design en cuir, le volant sport ainsi que les incrustations en aluminium sur la planche de bord viennent compléter l’ensemble.

Outre la qualité des matériaux et des assemblages, quasi-irréprochable, la Volvo S60 Polestar Engineered plaît aussi grâce à son bagage technologique, notamment incarné par son écran tactile de 9 pouces placé en position verticale. S’il faudra un petit temps d’adaptation pour en comprendre toutes les subtilités, l’ergonomie se révèle par la suite très bien pensée et l’ensemble est en réalité très simple à utiliser. Celui-ci est par ailleurs associé à un combiné numérique de 12,3 pouces à la présentation très claire, affichant l’ensemble des données relatives à la conduite, tandis qu’un affichage tête-haute est proposé en option. Enfin, les mélomanes apprécieront sans aucun doute le système audio Volvo Premium Sound Bowers & Wilkins de 1 200 watts comprenant 15 haut-parleurs, en option. Si l’idée de dépenser 2 460 € ne vous tente pas, sachez toutefois que la berline est livrée de série avec le système Harman Kardon Premium de 600 W avec 14 haut-parleurs, offrant également de très belles prestations sonores.

Profitant d’un volume de coffre de 390 litre et d’un seuil de chargement bas facilitant l’accès, la Volvo S60 Polestar Engineered reste une berline familiale polyvalente, et ne néglige pas la praticité malgré ses badges trahissant son caractère sportif. Profitant d’un empattement de 2,87 mètres, soit 9 centimètres de plus que la 2ème génération, cette nouvelle mouture accueille ses passagers dans un confort optimal, à l’avant comme à l’arrière. Et pour cause, le conducteur, comme son passager pourront notamment profiter de sièges à réglages électriques, tandis que les occupants de la banquette jouissent d’un espace aux genoux corrects. Seul petit bémol, le tunnel de transmission, qui réduit l’espace sur la place du milieu, mais qui s’avère bien évidemment indispensable, puisqu’il abrite les batteries de la berline hybride.

Essai Volvo S60 Polestar Engineered : entre A380 et Concorde

Photo Essai Volvo S60 Polestar Engineered berline sportive hybride rechargeable

Si la précédente génération de la Volvo S60 laissait le choix entre l’essence, le diesel et l’hybride, cette nouvelle mouture n’est désormais plus proposée qu’avec cette dernière motorisation chez nous. Il faut dire que la marque fait de l’électrification son cheval de bataille depuis plusieurs années déjà, mais également l’un de ses principaux arguments. Et ça marche, puisque les versions hybrides représentent entre 40 et 60 % du mix des ventes des plusieurs modèles de la gamme, du XC60 au XC90, en passant par la V60. Mais le constructeur va encore plus loin, puisqu’il s’apprête à se séparer du diesel, la nouvelle S60 étant la première à ne plus du tout proposer ce type de motorisation dans son catalogue. Aujourd’hui, le choix se limite donc à la version T8 TwinEngine proposée en deux niveaux de puissance, à savoir 390 et 405 chevaux pour la variante Polestar Engineered.

C’est donc celle-ci que nous avons pris en main lors de notre essai, profitant d’un bloc quatre cylindres essence 2,0 litres développant 318 chevaux gavé aux hormones grâce à une petite préparation signée Polestar, lui faisant gagner quelque 15 équidés par rapport à la version standard. Celui-ci est alors associé à un moteur 100 % électrique développant quant à lui la bagatelle de 87 chevaux, soit une puissance cumulée de 405 équidés, pour un couple maximal établi quant à lui à 430 Nm. Des chiffres pour les moins impressionnants, qui permettent à la berline statutaire de réaliser l’exercice du 0 à 100 km/h en seulement 4,4 secondes, pour une vitesse maximale limitée à 250 km/h. Des performances que l’on doit notamment à la poussée électrique, qui offre une accélération presque brutale, qui n’a rien à envier à certaines sportives thermiques, le tout dans le confort et le silence le plus total. Et pour cause, même une fois que le quatre cylindres prend le relais sur l’électrique, l’ensemble demeure très calme, grâce à une insonorisation particulièrement travaillée. En chipotant quelque peu toutefois, nous aurions tout de même apprécié d’entendre un peu plus l’échappement, notamment en mode Polestar Engineered.

Toutefois, une fois les batteries de 11,6 kWh entièrement vidées, et même si la poussée demeure encore très satisfaisante, les quelque 2 050 kg de l’engin se faisant alors ressentir. Quoi qu’il en soit, c’est toujours un plaisir de s’adonner à quelques accélérations, et notamment avec les palettes au volant, qui permettent de mieux exploiter toute la puissance de cette Volvo S60 Polestar Engineered. Et pour cause, si la boîte Geartronic à huit rapports se révèle excellente au quotidien, elle souffre, comme la transmission EAT8 chez Peugeot notamment d’un léger manque de dynamisme en conduite sportive. Toutefois, elle se montre très performante dans des situations plus conventionnelles, offrant des passages de rapports imperceptibles et toujours effectués au bon moment. Enfin, l’ensemble assure également de très bonnes reprises, facilitant ainsi les dépassements, notamment sur autoroute. C’est d’ailleurs sur ce type de trajets que nous prenons pleinement la mesure de tout le confort prodigué par la berline, et ce malgré ses jantes 19 pouces et ses amortisseurs Öhlins réglés au plus bas. S’il faudra aller chercher la finition Inscription pour profiter d’une suspension plus douce, cette S60 Polestar Engineered encaisse tout de même très bien toutes les imperfections de la chaussée.

En ville, l’ensemble se révèle également très agréable et ce malgré son gabarit, grâce notamment à sa direction très souple, bien qu’elle limite alors quelque peu la remontée d’informations. Par ailleurs, ses 48 km d’autonomie en mode 100 % électrique permettront de réaliser la plupart des trajets domicile/travail sans utiliser une seule goutte d’essence. A noter également que plusieurs modes s’offrent à vous pour optimiser la consommation et l’expérience de conduite, tandis que la boîte de vitesse offre un mode B permettant d’améliorer la récupération d’énergie au freinage. C’est celui-ci que nous avons d’ailleurs privilégié, accroissant par ailleurs la force du frein moteur, permettant d’économiser les freins. Ceux-ci sont signés par Brembo et se composent de quatre disques ventilés, assurant un freinage efficace et surtout endurant, bien qu’il faudra appuyer très fort sur la pédale pour profiter de tout le potentiel de ce système.

En conduite plus dynamique, la Volvo S60 Polestar Engineered se révèle également très plaisante, même si elle pâtit de son poids élevé, du fait des batteries ainsi que de sa transmission intégrale de série. Celle-ci assure toutefois une excellente tenue de route, bien que l’on note toutefois un léger sous-virage à haute vitesse. Si la direction se raffermi quelque peu une fois le mode Polestar Engineered enclenché, l’ensemble demeure toutefois encore un peu mou, la berline demeurant toujours très confortable. Toutefois, les performances sont bel et bien au rendez-vous, et s’adonner à une petite séance à rythme élevé sur des routes sinueuses reste un vrai plaisir. Le seul défaut de cette Volvo demeure donc son petit embonpoint, alors qu’une petite cure d’amincissement pourrait véritablement permettre à cette S60 de révéler des capacités insoupçonnées ! Ici, pas de suspension pilotée, comme chez la plupart de ses rivales allemandes, mais des amortisseurs Ohlins réglables à la main, permettant de choisir la fermeté de la voiture, qui jouit par ailleurs d’une prise de roulis plus que maîtrisée.

Qui dit poids élevé dit forcément consommation en conséquence. Si le moteur électrique et ses 48 kilomètres d’autonomie permettent de rendre cette Volvo S60 Polestar Engineered un peu moins gourmandes, c’est une autre histoire lorsque la batterie est vide. Et pour cause, nous avons tourné à environ 9 l/100 km en cycle mixte durant notre essai, avec le mode B enclenché et en faisant appel de temps à autre au moteur électrique, notamment au démarrage. A noter que trois heures sont nécessaires pour recharger intégralement la batterie sur une prise standard de 230V (16 A) telle que l’on trouve à la maison où de plus en plus dans les parkings de centres commerciaux. Enfin, avec ses émissions en cycle mixte de l’ordre de 48 g/km, la berline est exemptée de malus écologique.

Essai Volvo S60 Polestar Engineered : pour résumer

Photo Essai Volvo S60 Polestar Engineered berline hybride rechargeable

Synthèse parfaite du confort et de la performance, la Volvo S60 Polestar Engineered possède tous les atouts pour aller voler quelques clients à ses rivales allemandes, à savoir les BMW M340i et autres Audi S4. Profitant d’un design sobre que l’on connaît déjà bien au sein de la marque tout affirmant sa sportivité par des attributs spécifiques, la berline suédoise s’adresse à tous ceux qui recherchent une sportive polyvalente sans tomber dans le côté un brin ostentatoire des anneaux ou de l’hélice. Toutefois, c’est d’une autre concurrente, cette fois-ci Française que la belle scandinave devra bientôt se méfier : il s’agit de la 508 Peugeot Sport Engineered et ses 400 chevaux hybrides rechargeable, dévoilée au dernier salon de Genève et lancée à la fin de l’année. Quoi qu’il en soit, la suédoise possède de bons arguments, qui devraient lui permettre d’avoir encore un peu d’avance.

Et pour cause, cette S60 revue et corrigée par les ingénieurs de Polestar est la voiture idéale de ceux qui recherchent une berline confortable, polyvalente et statutaire la semaine, mais aussi sportive pour se défouler le week-end. Toutefois, et comme nous l’avons évoqué, son seul vrai défaut demeure son poids – plus de deux tonnes -, qui impacte évidemment ses capacités dynamiques. Il n’en reste pas moins qu’il faut apprécier cette S60 pour ce qu’elle est, une auto hautes performances taillée pour faire de la route. Quoi qu’il en soit, elle trouverait parfaitement sa place dans notre garage idéal, aux côtés d’une Mazda MX-5 et pourquoi pas, d’une Tesla Model S.

  • Prix de base Volvo S60 (Inscription, T8 TwinEngine 390 ch) : 59 750 €
  • Prix de base de la version essayée hors options (Volvo S60 Polestar Engineered T8 TwinEngine 405 ch) : 67 600 €
  • Prix de la version essayée avec options : environ 78 460 €

Essai Volvo S60 Polestar Engineered : Notre avis

Design extérieur
Présentation intérieure
Technologie
Agrément de conduite
Passion
Rapport qualité / prix

Essai Volvo S60 Polestar Engineered (2019) : les photos

Tags

Marie Lizak

Fondatrice et responsable éditoriale du site Une Fille Au Volant, je suis une passionnée de l'automobile dans tous ses aspects. J'ai pour vocation de partager ma passion avec légèreté et bonne humeur, sans oublier la rigueur et l'information, bien évidemment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer