Actualité automobileVoiture propre

Nouvelle McLaren Artura : tournant hybride

McLaren dévoile sa toute première supercar hybride, la nouvelle Artura, forte de 680 chevaux issus de son inédit V6 biturbo. Un véritable virage dans l’histoire de la marque.

Photo avant McLaren Artura 2021

Décidément, les constructeurs ont décidé de nous gâter en ce début d’année. Après la nouvelle Porsche 911 GT3, dévoilée hier, c’est en effet au tour de McLaren de nous gratifier d’une belle nouveauté, et pas des moindres, puisqu’il s’agit de sa première supercar hybride : la très attendue Artura. Un bel euphémisme d’ailleurs, alors que de nombreux spyshots circulaient déjà depuis quelques mois sur le web, laissant entrevoir l’auto encore recouverte d’un épais camouflage. Mais cette nuit, dans la plus grande discrétion, la firme de Woking a enfin officialisé sa nouvelle création, qui n’est autre que sa toute première auto électrifiée « grand public ». Une expression à mettre entre guillemets, vu le prix de l’engin, mais qui sera néanmoins plus accessible que la McLaren P1, vendue à seulement 376 exemplaires  pour un tarif unitaire de 1,3 million d’euros. Autant dire que les deux ne jouent pas vraiment dans la même cour, alors que cette Artura a en réalité plutôt vocation à rester un petit bout de temps dans la gamme, mais surtout à devenir la première pierre de l’avenir de la marque.

Faisant donc partie intégrante du catalogue du constructeur, cette nouvelle supercar se situe dans la lignée de la mythique McLaren F1, de par son aspect totalement novateur. Mais avant sa mécanique, c’est surtout son physique qui séduira dès le premier coup d’oeil, avec ses lignes toujours très épurées, ne manquant néanmoins jamais d’agressivité. Néanmoins, si sa plastique est plus qu’avantageuse, chaque trait est ici au service de l’efficacité, absolument rien n’ayant été laissé au hasard. Outre les larges prises d’air situées sur les flancs, on remarque également l’absence d’aileron, remplacé par un spoiler arrière intégré à l’auto, offrant un aussi bon appui. L’arrière reste de son côté dans la lignée des autre productions du constructeur, tandis que l’intérieur fait un vrai bond en avant. Outre le combiné d’instrumentation numérique solidaire du volant, on remarquera en effet également l’arrivée d’une nouvelle tablette tactile de 8 pouces installée en position verticale, ce qui ne manquera pas de rappeler les modèles de chez Volvo. A noter qu’il est possible d’opter en option pour des sièges monocoques en fibres de carbone afin d’abaisser encore un peu le poids de l’auto, tout en profitant d’une présentation plus sportive encore.

Pas de malus

Photo arrière McLaren Artura 2021

Opérant un vrai régime minceur avec un poids de seulement 1 395 kilos, soit une trentaine de moins que la McLaren GT grâce à un toit en aluminium et une structure en carbone, cette Artura reste une vraie supercar, même avec son hybridation. Et malgré l’absence de V8, puisque l’auto a décidé d’opter pour la toute première fois pour un V6 3,0 litres biturbo, développant 585 chevaux installé en position centrale arrière, associé à un moteur électrique, pour une puissance totale atteignant les 680 équidés pour un couple maximal de 720 Nm. Toute cette belle cavalerie est alors envoyée aux roues arrière via une boîte à double embrayage et huit rapports, permettant à la supercar de réaliser le 0 à 100 km/h en seulement trois secondes, pour une vitesse de pointe de 330 km/h. Si cette information peu sembler secondaire, sachez que la McLaren Artura peut parcourir une trentaine de kilomètres en une seule charge, celle-ci s’effectuant alors en 2h30 sur une prise de 220 volts. Bonne nouvelle, la sportive échappe par ailleurs de justesse au malus écologique, avec des émissions de seulement 129 g/km. Plutôt insolite pour une auto du genre !

Déjà disponible à la commande pour des livraisons prévues cet été, la nouvelle McLaren Artura ne devrait pas avoir de concurrence tout de suite, alors que sa seule vraie rivale à l’heure actuelle reste la Porsche 911 Turbo S et ses 650 chevaux, bien que celle-ci soit uniquement thermique. Inutile par ailleurs de comparer cette nouvelle création de la marque de Woking à la Ferrari SF90 Stradale, cette dernière jouant sur un autre tableau, avec ses 1 000 chevaux et son prix unitaire de 234 574 €, là où l’Artura ne coute « que » 228 000 €.

Tags

Marie Lizak

Fondatrice et responsable éditoriale du site Une Fille Au Volant, je suis une passionnée de l'automobile dans tous ses aspects. J'ai pour vocation de partager ma passion avec légèreté et bonne humeur, sans oublier la rigueur et l'information, bien évidemment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer