Essais automobiles

Essai Renault Captur TCe 155 Initiale Paris : le losange s’habille en Prada

Décliné en version Initiale Paris, le nouveau Renault Captur affirme haut et fort sa montée en gamme. Bien aidé par son TCe 155, il souhaite désormais aller titiller les SUV compacts premium.

Photo face avant dynamique Renault Captur TCe 155 Initiale Paris

Le Renault Captur, c’est une histoire qui dure, et qui ne devrait pas s’arrêter de sitôt. Lancé en 2013 pour la toute première fois, le petit SUV de la marque au losange succède au Modus, qui avait quant à lui connu un succès plutôt mitigé. Autant dire que les ambitions du constructeur étaient fortes au lancement de ce tout nouveau modèle, pour lequel ingénieurs et designers sont partis d’une feuille blanche. Et ils ne s’y sont pas trompés, puisque dès l’année suivante, il réussit à se positionner 3ème au classement des modèles les plus vendus en France, un rang qui évoluera au fil des ans en fonction de la concurrence, mais qui reste toutefois stable. Depuis son lancement, le SUV compact a en effet toujours réussi à se maintenir dans la liste des dix modèles les plus plébiscités sur le territoire, grâce notamment à sa silhouette haut-perchée très prisée des clients.

Entièrement renouvelé l’année dernière avec une 2ème génération dévoilée quelques mois après la Renault Clio, le Captur profite de nombreuses améliorations et surtout d’une vraie montée en gamme. Un positionnement qui n’est pas sans rappeler Peugeot avec ses dernières productions, et qui traduit une véritable volonté de la marque d’attirer une nouvelle clientèle. Cela se traduit par une qualité perçue en hausse, bien sûr, mais également par une hausse de la puissance, culminant désormais à 155 chevaux. C’est justement cette version que nous avons décidé de tester, uniquement disponible sur les finitions les plus hautes, dont l’Initiale Paris de notre version d’essai. L’occasion parfaite pour voir à quel point le SUV urbain a évolué avec cette nouvelle mouture, gagnant considérablement en maturité par rapport à la précédente génération déjà très appréciée. En pour cause, ce sont plus d’un million d’exemplaires qui ont été écoulés entre 2013 et 2019. Et il y a de fortes chances pour que cette version connaisse un succès plus grand encore.

Embarquez donc avec nous à bord du tout nouveau Renault Captur dans sa version TCe 115 EDC Initiale Paris, coiffant la gamme avec une belle liste d’équipements et une motorisation très prometteuse sur le papier.

Essai Renault Captur TCe 155 EDC Initiale Paris : montée en gamme évidente

Photo Renault Captur TCe 155 Initiale Paris blanc

Pour son nouveau Captur, Renault a adopté la même stratégie qu’avec sa Clio, c’est-à-dire opérer un renouvellement total, sans pour autant créer de rupture stylistique avec la précédente génération. S’il est vrai qu’au premier abord, les différentes sont très discrètes et font plus penser à un restylage qu’autre chose, la firme nous assure que cette nouvelle mouture n’a quasiment aucune pièce commune avec l’ancienne version. Après tout, pourquoi changer une recette qui fonctionne déjà bien ? Au contraire de Peugeot avec sa 2008, la marque au losange a quant à elle fait le choix de faire évoluer très subtilement l’un de ses best-seller, afin de ne pas trop déstabiliser sa clientèle déjà acquise. Mais le tour de force de la firme, c’est d’avoir réussi à moderniser tout de même sa star, afin d’attirer également de nouvelles personnes, attirées par son style plus qualitatif.

Au-delà des lignes, le gabarit général évolue aussi, avec une longueur légèrement revue à la hausse et gagnant 11 cm par rapport à la précédente génération, pour un total de 4,23 mètres. Plus long donc, mais également un peu plus haut, afin d’accroître entre autres l’espace à la tête pour les passagers. Reste néanmoins à voir ce que cela donnera sur la route, et si ces quelques centimètres en plus ne nuiront pas aux prestations routières du SUV. De son côté, notre version Initiale Paris, la plus haut de gamme se distingue par de nombreux éléments spécifiques, lui donnant un style un peu plus affirmé et raffiné. Parmi eux, citons la peinture bi-ton, les jantes alliage diamantées 18 pouces ou encore les vitres arrière surteintées et les feux arrière à LED. S’ajoute à cela un choix de 11 teintes de carrosserie, dont le blanc Albatre de notre version d’essai, associé à un toit noir. Dommage toutefois que le catalogue de l’Initiale Paris se contente de teintes très sobres, alors que les autres finitions profitent d’un choix plus large, avec des couleurs bien plus fun.

Si l’extérieur a changé en toute subtilité, c’est surtout à l’intérieur que l’évolution est la plus frappante, puisque tout a été revu, sans exception. Renault a su prendre en compte les nombreuses critiques concernant la qualité perçue, afin de proposer un tout nouvel habitable bien plus valorisant, hérité de la nouvelle Clio. Exit les plastiques durs, place à des revêtements moussés bien plus flatteurs, à l’œil et au toucher. Il n’y a pas à dire, ça fait très plaisir. Mais ça change aussi du côté du système d’info-divertissement, désormais intégré dans un nouvel écran tactile de 9,3 pouces en position verticale, à l’utilisation bien plus intuitive. Celui-ci est complété par un combiné numérique moins original que chez Peugeot, mais affichant une présentation très claire. Avec son empattement en hausse de 3 cm pour atteindre 2,64 mètres, ce Renault Captur accueille plutôt bien ses occupants, avec un espace aux jambes et à la tête plus que correct. De son côté, le volume de coffre oscille entre 422 et 1 275 litres, ce qui le situe alors dans la moyenne du segment. A noter que notre version Initiale Paris est quant à elle livrée de série avec une belle dotation, incluant le chargeur de smartphone à induction, le volant chauffant ou encore l’accès et le démarrage mains-libres. On regrettera simplement la climatisation automatique mono-zone, identique toutefois à la Peugeot 2008.

Essai Renault Captur TCe 155 EDC Initiale Paris : alternative performante

Photo profil Renault Captur TCe 155 Initiale Paris

Avec cette nouvelle génération, Renault a souhaité offrir à ses clients plus de choix en ce qui concerne les motorisations, en proposant des versions essence et diesel dont les puissances s’échelonnent entre 100 et 155 chevaux. Plus récemment, la firme au losange a également lancé une déclinaison hybride rechargeable forte de 160 équidés, venant alors coiffer la gamme, juste au-dessus de notre version d’essai. Celle-ci reprend pour rappel le quatre cylindres 1,3 litre TCe déjà présent sous le capot de la Renault Mégane mais également de la Mercedes Classe A, développant ici quelque 155 chevaux pour un couple maximal de 270 Nm. A noter que ce moteur, introduit sur le SUV avec l’arrivée de la nouvelle génération est uniquement disponible sur les finitions les plus hautes, à partir de la version Intens. S’il se veut bien sûr plus performant que la version 130 chevaux, pas sûr toutefois qu’il soit vraiment nécessaire de passer à une finition supérieure juste pour profiter de ses quelques équidés supplémentaires.

En effet, si les accélérations sont très franches, avec un 0 à 100 km/h abattu en 8,6 secondes, on regrettera toutefois un certain manque de motricité lorsque l’on met le pied au plancher, la puissance ayant du mal à passer aux roues avant. Dommage, car l’accélération reste très bonne, voire presque surprenante pour un modèle aux ambitions urbaines avant tout. Cela s’explique notamment par son couple, disponible à bas régime à partir de 1 800 tr/min, grâce à la présence du turbocompresseur. Un atout, qui permet de profiter de très bonnes relances en sorties de virages, mais qui se traduira au quotidien par une belle vivacité lors des dépassements, entre autres. En résulte une conduite douce grâce à ce moteur très coupleux, à l’appétit plutôt mesuré, avec une moyenne en cycle mixte annoncée à 6,2 l/100 km. Avant tout destiné à un usage urbain, ce Renault Captur n’est pas forcément le plus à l’aise lorsque le rythme s’accélère, en raison notamment d’une prise de roulis qui reste assez présente, bien que le châssis ait été revu par rapport à la précédente génération. Si le dynamisme a été largement amélioré, on regrettera une certaine tendance au sous-virage, notamment à haute vitesse.

Ici, le confort est indéniablement l’un des principaux atouts du petit SUV, bien que la monte 18 pouces livrée de série sur la version Initiale Paris ait tendance à le dégrader légèrement, surtout lorsque le bitume devient plus irrégulier. En ville, son petit gabarit et son diamètre de braquage très court font de ce Renault Captur un véhicule tout à fait adapté à la vie quotidienne, alors que la boîte robotisée à double embrayage et sept rapports EDC offre des passages de vitesses très doux et une gestion plutôt satisfaisante. Elle aura néanmoins un peu plus de mal à suivre le rythme en conduite plus sportive, et les palettes pourront alors être utiles, sans être vraiment indispensables. Même chose pour le mode Sport, qui n’apporte pas grand-chose à l’expérience de conduite, le petit SUV n’ayant pas vraiment l’ambition d’être très dynamique. Sur autoroute, le confort est bel et bien là, mais on regrettera malheureusement de très forts bruits aérodynamiques du côté des rétroviseurs notamment, alors que le reste de l’insonorisation est plutôt satisfaisant. Enfin, un point en particulier aura attiré nos griefs, le freinage, assuré à l’arrière par des freins à tambour, même sur la version haut de gamme Initiale Paris. Dommage pour un modèle à l’ambition premium, notamment face à une Peugeot 2008 équipée quant à elle de freins à disques, et ce quelle que soit la version.

Essai Renault Captur TCe 155 EDC Initiale Paris : pour résumer

Photo statique Renault Captur TCe 155 Initiale Paris

En nette progression par rapport à la précédente génération, le nouveau Renault Captur offre des prestations routières plutôt convaincantes, oscillant entre le dynamisme et le confort. Bien sûr, quelques défauts viennent encore quelque peu ternir le tableau, à l’image du freinage, qui gagnerait à être revu, mais l’ensemble reste très correct, permettant au petit SUV de plutôt bien se placer face à ses concurrents, avec de forts arguments. Plus désirable, il affiche clairement sa montée en gamme, notamment dans cette version Initiale Paris à la dotation intéressante. Néanmoins, et si cette version est très intéressante et qualitative, pas sûr qu’il soit vraiment nécessaire d’opter pour cette « grosse » motorisation, qui n’apporte pas grand-chose de plus par rapport au 130 chevaux, alors que le surcoût est tout de même de 900 € pour le TCe 155. Reste toutefois que les tarifs demeurent plutôt bien placés sur le segment, que ce soit face à la Peugeot 2008, au Mazda CX-3 ou encore au Volkswagen T-Roc. Bref, malgré quelques petits points noir, le défi est relevé pour le SUV urbain, qui parvient à se réinventer sans se dénaturer, et qui a véritablement gagné en maturité par rapport à la précédente mouture.

Essai Renault Captur TCe 155 EDC Initiale Paris: notre avis

Design extérieur
Présentation intérieure
Technologie
Agrément de conduite
Passion
Rapport qualité / prix

Globalement bon sur tous les points, le Renault Captur TCe 155 EDC Initiale Paris offre un excellent compromis mais son surplus de puissance n'est pas forcément indispensable.

Essai Renault Captur TCe 155 EDC Initiale Paris : la fiche technique

  • Moteur : 4-cylindres, 16 soupapes, turbo, injection directe essence, FAP, Stop & Start, 1 333 cm3, traction, boîte robotisée double embrayage à 7 vitesses
  • Puissance :  155 ch à 5 500 tr/min
  • Couple : 270 Nm à 1 800 tr/min
  • Dimensions : 4,23×1,80×1,58
  • 0 à 100 km/h : 8,6 secondes
  • Vitesse maximale : 202 km/h
  • Volume de coffre : de 422 à 1 275 litres
  • Émissions de CO2 / malus : 146 g/km / 230 €
  • Prix : à partir de 27 300 €

Essai Renault Captur TCe 155 EDC Initiale Paris : les photos

Tags

Marie Lizak

Fondatrice et responsable éditoriale du site Une Fille Au Volant, je suis une passionnée de l'automobile dans tous ses aspects. J'ai pour vocation de partager ma passion avec légèreté et bonne humeur, sans oublier la rigueur et l'information, bien évidemment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer