Essais automobilesVoiture propre

Essai Suzuki Swace hybride : copie presque conforme

Profitant de son partenariat avec Toyota, Suzuki déboule sur le marché des compactes avec sa nouvelle Swace, profitant de tout le savoir-faire son cousin.

Photo essai Suzuki Swace 2021

Non, vos yeux ne vous jouent pas des tours, vous ne vous apprêtez pas à lire l’essai de la Toyota Corolla Touring Sports. Car vous avez bien lu, c’est aujourd’hui de la Suzuki Swace que nous allons vous parler. Vous auriez pourtant juré avoir vu le break compact de la marque japonaise ? C’est tout à fait normal, et cela trouve son explication dans le partenariat noué entre les deux marques depuis quelques années déjà. Un bref retour en arrière nous ramène en effet en 2016, année durant laquelle débutaient alors les premières discussions, menant alors en 2019 à une prise de participation croisée, à hauteur de 5 % chacun. Mais de cette alliance sont également nés deux modèles, les Suzuki Swace et Across, respectivement dérivés de la Corolla et du RAV4. Un partenariat gagnant-gagnant pour les deux marques, Toyota bénéficiant alors du réseau de Suzuki, tandis que ce dernier profitant des technologies de son allié à moindre coûts.

C’est donc dans ce contexte qu’est née l’auto dont nous vous parlons aujourd’hui, qui permet également à la marque nippone de faire son entrée sur un segment encore inconnu pour elle : celui des breaks compactes. Et quoi de mieux que de profiter de la motorisation hybride développée par l’un des précurseurs de la mobilité propre, par la même occasion ? Autant dire que cette alliance tombe à pic pour Suzuki, qui espère donc bien séduire une nouvelle clientèle avec cette nouvelle proposition. Mais non content de faire ses premiers pas sur ce marché, c’est également la toute première fois que la marque propose un modèle doté d’une « vraie » hybridation, alors que le reste de la gamme se contente de systèmes 12 ou 48 volts. Une grande nouveauté, qui lui permettra également de faire baisser les émissions moyennes de sa gamme, et donc d’être en adéquation avec la nouvelle norme CAFE, entrée en vigueur au début de l’année.

Mais concrètement, qu’apporte de plus cette Suzuki Swace aux clients ? Pourquoi choisir la compacte à sa cousine de chez Toyota ? C’est à ces questions que nous allons tenter de répondre lors de notre essai.

Essai Suzuki Swace : discret lifting

Photo arrière dynamique Suzuki Swace 2021

Lors de notre excursion sur les belles routes du Vexin au volant de notre Suzuki Swace, une chose nous a frappé : le nombre de têtes qui se sont tournées sur notre passage. Pourtant, bien que l’auto soit plutôt réussie sur le plan esthétique, ce n’est pas forcément le genre de voiture sur laquelle on se retourne. Mais très vite, nous avons compris pourquoi : tout le monde se demande ce que peut bien être ce modèle, ressemblant à une Toyota avec un logo Suzuki. Car entre la Corolla et la Swace, il n’y a quasiment aucune différence, si ce n’est la face avant redessinée, ainsi que les logos, le reste demeurant alors strictement identique. Mais après tout, la silhouette est déjà très réussie, alors pourquoi changer son dessin ? Seul le visage de la compacte est revu à la sauce Suzuki, avec une calandre rétrécie et entourée d’optiques plus agressives, ainsi que de prises d’air factices. Il ne vous reste donc qu’à choisir le style que vous préférez entre les deux cousines.

A l’arrière, seul les badges changent, tandis que la signature lumineuse et le bouclier reprennent le dessin de la Corolla. Si certains pourraient ne pas forcément comprendre cette stratégie, elle permet tout simplement à Suzuki de réaliser d’importantes économies en termes de design, avec tout ce qu’impliqueraient une évolution dans les traits, notamment en termes d’homologation par exemple. Et puis, la ligne est de toutes façons très belle, avec des propositions harmonieuses, grâce à en empattement long et des porte-à-faux très courts, rendant l’auto visuellement dynamique. Néanmoins, c’est du côté du configurateur qu’il faudra aller jeter un oeil pour déceler la différence entre les deux versions. En effet, les options de personnalisation sont ici un peu plus restreintes, avec notamment l’absence de toit bi-ton comme sur la Toyota. Les clients ont néanmoins le choix entre sept teintes de carrosserie, dont le Phantom Brown Métallisé de notre essai, tandis qu’il faudra se contenter des jantes de 16 pouces en alliage.

A bord, nous retrouvons là encore une présentation inchangée par rapport à la Corolla. L’ensemble est classique mais efficace, bien qu’un peu austère avec sa sellerie en tissu noire, la seule disponible au catalogue. Il n’en reste pas moins que la qualité perçue est largement à la hauteur, de même que les ajustements et les matériaux, qui restent très correct. Si le poste de conduite n’est pas forcément le plus moderne, il reste tout à fait satisfaisant, avec une bonne ergonomie générale. L’écran tactile de 8 pouces fait quant à lui très bien le job, mais n’inclut pas la navigation GPS, pas même en option, contrairement à ce qui se fait chez Toyota. Un choix délibéré de Suzuki, qui compense néanmoins par la connectivité Apple CarPlay et Android Auto. Le combiné avec écran TFT de 7 pouces affiche quant à lui toutes les données relatives à la conduite mais mériterait néanmoins de gagner quelque peu en clarté. Avec son empattement généreux, la Swace chouchoute ses passagers, avec entre autres un bel espace aux jambes, ainsi qu’à la tête. Mais le principal argument du break reste encore le coffre, dont le volume oscille alors entre 596 et 1 606 litres, profitant par ailleurs d’un vaste plancher plat.

Essai Suzuki Swace : de bonnes prestations routières

Photo dynamique Suzuki Swace 2021

Bien sûr, vous ne serez pas surpris d’apprendre que la Suzuki Swace partage sa motorisation avec la Toyota Corolla Touring Sports. Mais si cette dernière se décline en deux versions hybrides, de 122 et 184 chevaux, sa cousine devra se contenter de la moins puissante. Celle-ci associe alors un bloc quatre cylindres 1,8 litre à cycle Atkinson, développant 98 chevaux et 142 Nm de couple ainsi qu’un moteur électrique de 72 équidés. Le tout est alors associé à une transmission à trains épicycloïdaux, au fonctionnement et au ressenti proche d’une boîte automatique à variation continue, assurant un certain confort, au détriment du dynamisme. Néanmoins, et contrairement à certaines CVT, le feeling est ici plutôt agréable, sans cette sensation que l’auto monte inutilement dans les tours, l’un des gros défauts de ce type de mécanique. Bien sûr, il faudra alors privilégier un rythme assez doux pour ne pas brusquer la boîte, qui est plutôt adaptée à une conduite coulée. Car c’est sur de longs trajets que cette Suzuki Swace s’appréciera le mieux, avec sa très bonne insonorisation et ses suspensions absorbant toutes les imperfections de la chaussée. C’est bien simple, nous avons l’impression d’être sur un vrai tapis volant.

Ne vous y trompez pas pour autant, l’auto est loin d’être molle, bien au contraire, et cela se voit dans les courbes, où cette Swace est loin de démériter. Bien sûr, il faudra pas pousser trop le break dans ses retranchements, ayant alors tendance à prendre un peu de roulis, mais le comportement reste très sain et rassurant pour un usage quotidien. La direction est quant à elle très assistée, ne facilitant pas toujours la remontée d’information mais garantissant une bonne maniabilité, notamment en ville. On reprochera en revanche un freinage assez inégal, une critique valable pour de nombreux modèles hybrides, qui s’explique par un fonctionnement un peu particulier. Lorsque l’on commence à presser la pédale, c’est d’abord un système électronique qui agit, avant que le « vrai » système n’entre en action. Il faudra donc un petit temps d’adaptation avant de maîtriser le freinage, qui nécessite donc une certaine force d’appui pour être vraiment efficace. Vous l’aurez compris, cette Suzuki Swace est avant tout conçue pour une conduite douce, offrant alors d’excellentes prestations, avec des réglages de châssis strictement identiques à la Corolla et résolument typés confort.

Mais le principal atout de cette Suzuki Swace, c’est avant tout sa grande sobriété, grâce à sa motorisation hybride offrant plusieurs configurations, afin d’optimiser la consommation. Outre les trois modes Eco, Normal et Sport, il est également possible de forcer la conduite en électrique lorsque la batterie est suffisamment rechargée. Celle-ci, d’une capacité de 1,3 kWh permet alors de parcourir jusqu’à deux kilomètres sans utiliser le moteur thermique. Par ailleurs, un mode B sur la boite de vitesse permet d’améliorer la récupération d’énergie à la décélération, bien que celle-ci reste assez peu puissante. Le tout assure alors une consommation plus que raisonnable, affichée à 4,5 litres en cycle mixte, pour des émissions de 103 g/km, permettant au break d’échapper au malus écologique. Il faudra néanmoins adopter une conduite souple pour véritablement tirer parti de cette motorisation hybride, idéale pour un usage quotidien.

Essai Suzuki Swace : pour résumer

Photo logo Suzuki Swace 2021

Vous l’aurez donc compris, cette Swace est donc identique en tous points à la Corolla, hormis sur quelques détails, purement esthétiques. Mais alors, qu’est ce qui inciterait les clients à pousser la porte d’une concession Suzuki plutôt que Toyota, d’autant plus que l’inspiratrice propose une gamme plus fournie que sa petite soeur ? Il faudra alors se pencher sur le catalogue pour le savoir, notre version d’essai proposant alors un rapport prix/équipements un peu plus intéressant, alors que la version d’entrée de gamme est déjà très généreuse. La Swace offre alors environ 500 € d’avantage client par rapport à sa cousine technique, qui s’additionne par ailleurs à une remise de 3 000 € sans conditions valable jusqu’à la fin de mois de mars. De quoi séduire les indécis et assurer un lancement réussi au break compact, aux qualités indéniables. Avec un ticket d’entrée affiché à 29 550 € dans sa version Privilège, l’auto offre une large palette d’équipements, de l’allumage automatique des feux au régulateur de vitesse adaptatif, en passant par l’ouverture et le démarrage sans clé ainsi que les sièges avant chauffants. Un vrai bon plan !

Essai Suzuki Swace : notre avis

Design extérieur
Présentation intérieure
Technologie
Agrément de conduite
Passion
Rapport qualité / prix

Identique en tous points à la Toyota Corolla, cette Suzuki Swace constitue néanmoins une alternative intéressante sur le plan financier.

Essai Suzuki Swace : fiche technique

  • Moteur : quatre cylindres, 1 798 cm3, essence + moteur électrique
  • Transmission : traction, boite automatique automatique à train épicycloïdal
  • Puissance : 122 chevaux
  • Couple : 142 Nm à 3 600 tr/min
  • Dimensions : 4,66 x 1,79 x 1,46 m
  • 0 à 100 km/h : 11,1 secondes
  • Vitesse maximale : 180 km/h
  • Volume de coffre : de 596 à 1 606 litres
  • Émissions de CO2 / malus : 103 g/km / pas de malus
  • Consommation en cycle mixte : 4,5 l/100 km
  • Prix : à partir de 29 550 €

Essai Suzuki Swace : les photos

Tags

Marie Lizak

Fondatrice et responsable éditoriale du site Une Fille Au Volant, je suis une passionnée de l'automobile dans tous ses aspects. J'ai pour vocation de partager ma passion avec légèreté et bonne humeur, sans oublier la rigueur et l'information, bien évidemment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer