Essai Tesla Model 3 Performance : voyage supersonique

Voiture électrique la plus vendue au monde, la Tesla Model 3 s’est longtemps laissé désirer avant de faire son entrée sur le marché. Une Fille au Volant a enfin pu la prendre en mains dans sa version Performance, le temps d’un week-end placé sous le signe du futur.

IMG_2744

C’était il y a quelques temps pas si éloignés l’un des modèles les plus attendus sur le marché : la Tesla Model 3. Officiellement dévoilée il y a un peu plus de deux ans maintenant, la berline électrique la plus accessible de la gamme avait mis un certain temps avant de rejoindre les showrooms et de faire ses premiers pas sur la route avec des clients au volant. Un départ certes semé d’embûches, mais qui n’aura pas eu raison du succès de la dernière-née de la marque californienne, puisque pas moins de 400.000 précommandes avaient été enregistrées dès sa révélation. Aujourd’hui, et avec plus de 128.000 exemplaires vendus entre janvier et juin dernier, elle est en tête des ventes mondiales sur le segment des voitures électriques, loin devant la Nissan Leaf et la Renault Zoé.

Confirmant le succès de la marque fondée par Elon Musk, la Tesla Model 3 est donc comme son nom l’indique, son 3ème modèle, celui avec lequel il aura enfin atteint la rentabilité, enregistrant notamment un profit au 3ème semestre 2019, une annonce qui aura par ailleurs fait grimper la valeur des actions. La raison de ce succès pour la berline ? Son prix, bien plus abordable que la Model S, le tout avec une taille en baisse de seulement quelques centimètres par rapport à la grande routière californienne. Ajoutez à cela une recharge complète pour l’instant moins chère qu’un plein de carburant, sans parler de l’accélération et du bagage technologique et vous obtenez la recette d’un véhicule qui a tous les atouts pour séduire, surtout à l’heure ou l’électrification devient quasi-obligatoire. En avance sur son temps, Tesla ? Sans aucun doute, puisque la marque, créée en en 2003 en Californie a su faire bouger les lignes, en rendant l’électrique tendance grâce à une gamme plutôt séduisante, débutée avec la première gébération du Roadster.

Mais la marque de Palo Alto a-t-elle toujours de quoi rivaliser avec les autres constructeurs, qui sont de plus en plus nombreux à s’engouffrer dans la brèche de l’électrique ? C’est ce que nous avons voulu savoir en prenant le volant de la nouvelle Tesla Model 3, dans sa version Performance coiffant la gamme, le temps d’un week-end. L’occasion de savoir si la dernière-née de la firme dirigée par Elon Musk tient ses promesses, et surtout, de faire un bond dans le futur.

Essai Tesla Model 3 Performance : tout pour l’aéro

IMG_2801

Malgré sa révélation il y a deux ans maintenant, la Tesla Model 3 suscite encore la curiosité chez les passants, nombre d’entre eux se retournant avec insistance à notre passage, et d’autres s’interrogeant sur l’authenticité de cette « Tesla qui a l’air d’être une fausse ». Il faut dire que la berline californienne a mis du temps à traverser l’Atlantique, avec des premières livraisons en France en début d’année. Normal donc que le public découvre encore celle dont le style reste dans la lignée des Model S et Model X, tout en évoluant également considérablement, notamment au niveau de la face avant. Et pour cause, cette « 3 » arbore un tout nouveau visage, et s’affranchit cette fois-ci totalement de calandre, un pari stylistique la faisant presque plus ressembler à un vaisseau spatial qu’à une voiture. Toutefois, nous avons croisé plusieurs personnes croyant voir une Porsche, ce qui est plutôt flatteur, alors que la marque voit d’un mauvais œil l’arrivée de la nouvelle Taycan sur le marché. De son côté, l’arrière est quant à lui identique à la Model S, aussi bien du côté des feux que du bouclier, l’ensemble étant, à notre goût, très réussi.

En revanche, et si le style de cette Model 3, bien qu’il soit loin d’être consensuel est plutôt agréable à regarder, on regrettera quelque peu le profil, alors que la berline affiche un arrière-train un peu trop haut perché par rapport à l’avant, plus élégant. Quoi qu’il en soit, on apprécie les lignes générales de ce bel engin, futuriste sans trop en faire, et ne cédant pas aux sirènes des traits trop torturés comme l’avait notamment fait Nissan avec la première génération de sa Leaf. Ici, tout est épuré, peut-être trop pour certains, mais cela s’explique également par la volonté de Tesla d’améliorer l’aérodynamisme de sa berline, qui affiche un coefficient de trainée de 0,23. Outre sa silhouette, dénuée de tout artifice, la Model 3 fait également appel à un procédé déjà bien connu au sein de la marque : les poignées intégrées à la carrosserie. On regrettera toutefois le manque d’ergonomie de ce système d’ouverture, qui nécessitera un petit temps d’adaptation.

Si plusieurs déclinaisons sont proposées, c’est la version Performance que nous avons pu prendre en main lors de notre essai, celle qui coiffe la gamme juste au-dessus de la Grande Autonomie. Outre ses évolutions techniques, celle-ci se distingue par plusieurs éléments esthétiques spécifiques, dont les jantes 20 pouces exclusives, dissimulant des étriers de freins élargis par rapport aux déclinaisons standard et peins en rouge. Enfin, la dotation est également complétée par un discret aileron en fibre de carbone, qui vient ajouter une petite touche de sportivité et qui contraste par ailleurs avec le blanc de la carrosserie. Il s’agit là de la teinte de série, tandis qu’un choix de quatre autres couleurs est également disponible, dont le très beau rouge (2.100 €) que nous avions déjà eu sur la Model S

Essai Tesla Model 3 Performance : vaisseau spatial

Essai Tesla Model 3 Performance 2019 intérieur écran beach buggy racing

Pour rentrer à bord de cette Tesla Model 3, pas de clé physique, puisque tout se passe sur son smartphone, via une application dédiée. Il suffit alors simplement d’appairer le téléphone à la voiture via le Bluetooth pour pouvoir entrer et sortir facilement, le véhicule détectant alors que le conducteur arrive et se déverrouillant automatiquement. En cas de souci, Tesla a pensé à tout et fournit une carte à poser sur le montant de la porte, afin de toujours pouvoir déverrouiller la voiture. Une fois à bord, nous découvrons un habitacle plus qu’épuré, s’affranchissant totalement des codes que l’on connaît actuellement dans l’industrie automobile. Si de nombreux constructeurs cherchent désormais à alléger leurs intérieurs, ils restent encore loin derrière Tesla, qui offre à sa Model 3 une présentation dénuée de tout superflu, puisqu’il n’y a tout bonnement plus aucun bouton physique, hormis les warnings et l’appel d’urgence. Toutes les commandes sont en effet concentrées dans le seul et unique écran de 15 pouces prenant place sur la planche de bord, qui fait également office de combiné d’instrumentation. Si l’ensemble demande bien sûr un petit temps d’adaptation, celui-ci demeure très simple d’utilisation et très bien pensé, et même regarder la vitesse à sa droite et non devant devient très rapidement un réflexe.

Par ailleurs, en plus de concentrer toutes les fonctions indispensables, que ce soit pour régler les paramètres de l’Autopilot ou de la climatisation, l’écran de cette Tesla Model 3 regorge également d’Easter Eggs, ces petits détails amusants intégrés par les ingénieurs de la marque. Outre le mode Dessin, déjà présent depuis quelques années, nous avons eu le plaisir de découvrir le Mode Romantique, qui transforme alors la tablette en un feu de cheminée, tout en allumant le chauffage et en jouant une musique romantique aléatoire, de Careless Whisper de George Michael à Redbone de Childish Gambino. Pour ceux qui n’ont pas besoin d’une cheminée pour séduire, Tesla propose également un « mode de test des émissions », qui n’est autre qu’un simulateur de pets, qui peuvent être déclenchés à la demande ou lorsque les clignotants sont activés. Enfin, il est désormais possible de connecter votre compte Netflix ou de regarder des vidéos Youtube, à l’arrêt, bien sûr, tandis que les geeks pourront s’adonner à des parties de jeux-vidéo Atari. De notre côté, notre préférence ira pour Beach Buggy Racing 2, une sorte de Mario Kart qui se joue avec le frein et le volant de la voiture.

Minimaliste, cet habitacle est également très réussi en termes de qualité globale, avec une finition plus travaillée que sur les Model S et Model X. Les ajustements sont en effet très bons, tandis que les matériaux sont de bonne facture, bien que la console centrale noir laqué aie tendance à se rayer facilement mais surtout à garder les empreintes de doigts. Exit le cuir, place désormais à une sellerie « Premium », dont la composition précise n’a pas été détaillée par le constructeur. Quoi qu’il en soit, celle-ci est plutôt agréable au toucher et n’a presque rien à envier au cuir, qui n’est quant à lui plus proposé du tout, même en option. Profitant d’un empattement de 2,88 mètres, la Tesla Model 3 affiche une belle habitabilité pour tous les occupants, grâce notamment aux batteries logées sous le plancher ainsi qu’à l’absence de tunnel de transmission. A cela s’ajoute deux coffres, un petit à l’avant, et un second, bien plus grand à l’arrière, permettant de loger les câbles, ainsi que plusieurs valises avec aisance. Enfin, la 3 se distingue de la Model S que nous avions pu tester il y a quelques années par ses nombreux rangements dans l’habitacle, avec une console centrale permettant notamment de stocker plusieurs petites bouteilles d’eau.

Essai Tesla Model 3 Performance : vers l’infini et au-delà

IMG_2727

Après s’être familiarisé avec l’intérieur digne d’un vaisseau spatial de cette Model 3, il est désormais temps d’en prendre le volant. Mais avant, un peu de théorie pour mieux comprendre ce qui se cache sous le capot (ou presque) ce cette auto, qui suscite encore la curiosité du public. Ici en version Dual Motor, la berline embarque, comme son nom l’indique deux moteurs, un fonctionnant à induction à l’avant et un second synchrone à aimants permanents sur l’essieu arrière. Une alliance qui permet à cette « 3 » de profiter d’une transmission intégrale et donc d’une meilleure tenue de route, mais également d’une accélération un peu plus rapide que les versions standard. Il est vrai que celle-ci est plutôt impressionnante, puisque la berline ne nécessite que 3,4 secondes pour abattre le 0 à 100 km/h dans sa déclinaison Performance. A titre de comparaison, la Model S réalise le même exercice en 2,6 secondes seulement dans la même version, à déconseiller aux plus sensibles. Et pour cause, et même si l’accélération est donc sensiblement moins forte que la S, la Model 3 est quant à elle tout aussi impressionnante, d’autant plus que l’intégralité des 639 Nm de couple est envoyée aux roues dès le démarrage.

Rapide, la Tesla Model 3 l’est assurément, et notamment dans sa version Performance capable d’atteindre la vitesse maximale de 261 km/h. Sans être radicale, car étant avant tout une grande berline, celle-ci jouit toutefois d’une excellente motricité et surtout d’une tenue de route exemplaire, qui s’explique bien sûr par le centre de gravité très bas dû à la position des batteries sous le plancher. En résulte donc une stabilité à toute épreuve, d’autant plus que les pneus Michelin Pilot Sport 4S de notre essai assurent un excellent grip sur le sec. En revanche, les quelque 1.847 kg de cette Model 3 se font bel et bien sentir, l’ensemble étant quelque peu lourd et manquant un peu d’agilité, même si le train avant demeure tout de même plutôt précis. De son côté, la direction propose quant à elle trois réglages (confort, standard et sport), bien qu’elle demeure toujours assez dure, et ce peu importe le mode choisi.

Profitant dans sa version Performance de suspensions abaissées par rapport aux autres déclinaisons du catalogue, cette Tesla Model 3 n’est donc pas forcément la berline la plus confortable du marché, d’autant plus qu’elle est chaussée de série de jantes de 20 pouces. Et pour cause, si le silence total de la voiture rendra certes les trajets plus agréables, l’amortissement demeure quelque peu ferme, et cela se ressent tout particulièrement sur des routes irrégulières. Rien de dramatique toutefois, même si les adeptes du confort devront sans aucun doute opter pour une version plus standard qui répondra mieux à leurs besoins. Plus courte de quelques centimètres seulement par rapport à la Model S en affichant une longueur de 4,69 mètres, la berline se montre toutefois plutôt aisée à manœuvrer, malgré un diamètre de braquage encore un peu trop grand. La caméra de recul HD, ainsi que les nombreux capteurs affichant avec précision la distance qui sépare la voiture d’un obstacle permettent en effet de stationner et de passer dans des rues étroites sans soucis.

 

On l’a bien compris, cette Model 3 est dynamique, mais qu’en est-il de l’autonomie. Sur le papier, celle-ci est annoncée à 530 km selon le cycle WLTP grâce à la batterie de 75 kWh, une donnée qui varie par la suite selon plusieurs paramètres, tels que la température extérieure, le dénivelé ou encore les conditions de conduite. Et pour cause, rouler à 130 km/h sur l’autoroute ou dans les bouchons sur le périphérique parisien n’impactera pas l’autonomie de la même manière. En termes de consommation, comptez environ une vingtaine de kWh aux 100 km, ce qui reste plutôt raisonnable, d’autant plus que nous n’avons pas hésité à profiter de l’accélération de la berline dès que l’occasion se présentait. En ce qui concerne la recharge, celle-ci peut s’effectuer à la maison, sur une prise standard ou une Wallbox, mais c’est pour le Superchargeur que nous avons opter lors de notre essai. Et bonne nouvelle, le réseau est justement en train de s’étendre, avec désormais quatre stations en Île-de-France, que nous pouvons visualiser via le système GPS fourni par Google Maps, qui nous indique également le nombre de bornes disponibles, en temps réel.

Comptez moins d’une heure pour recharger la berline, via une prise Combo CSS 120 kWh. Si vous avez décidé de profiter du temps de recharge pour aller faire du shopping ou manger, un simple coup d’œil à l’application dédiée vous informera sur le temps restant. Si la charge était jusqu’alors gratuite pour les acheteurs de Tesla Model S et Model X, elle est désormais payante pour les propriétaires de Model 3. Comptez alors environ 0,24 centimes du kWh, soit environ une vingtaine d’euros pour un plein complet, ce qui reste donc bien plus intéressant qu’un véhicule thermique, même si nous ne sommes pas à l’abri d’une hausse des tarifs de l’électricité, une fois la voiture électrique de plus en plus répandue. Par ailleurs, grâce à la prise Combo CSS, il est possible de recharger sa Tesla Model 3 sur n’importe quelle autre borne de recharge, et notamment celles conçues par Ionity, dont le réseau se développe de plus en plus.

L’appli dédiée, comment ça marche ?

Ne cherchez pas de clé, cette Tesla Model 3 n’en possède tout simplement pas, puisque comme mentionné plus haut, l’ouverture et la fermeture se fait grâce à l’application mobile dédiée. Mais celle-ci ne se contente pas de déverrouiller la voiture, puisqu’elle centralise toutes les fonctions de cette dernière, via une interface très claire. Il suffit simplement de se connecter pour accéder à l’ensemble des fonctionnalités, dont la plus notable reste celle permettant d’allumer le chauffage ou la climatisation à distance. Si ce n’est pas indispensable, rentrer dans une voiture chauffée à 24 degrés un matin hivernal reste quand même très agréable. Mais l’application permet également d’ouvrir légèrement les fenêtres afin d’aérer le véhicule ou encore de klaxonner et de faire des appels de phares à distance, de quoi s’amuser quelques minutes à faire peur aux passants si l’on est resté un grand enfant. Enfin, vous pourrez également connaître le niveau de batterie restant, ainsi que la position exacte de votre véhicule à tout moment, mais également activer le mode Sentinelle, utilisant les caméras pour surveiller les alentours de la voiture.

Essai Tesla Model 3 Performance : pour résumer

IMG_2735

Affichée à partir de 58.890 € dans sa finition la plus haut de gamme Performance, et une fois le bonus écologique déduit, la Tesla Model 3 reste certes onéreuse, elle est toutefois bien plus abordable que la Model S. La gamme débute actuellement à 43.600 € (bonus déduit) avec la déclinaison Autonomie Standard Plus, la version la moins chère. La promesse d’Elon Musk est donc tenue en proposant une berline électrique plutôt accessible, affichant des tarifs proches des constructeurs allemands pour des équivalents thermiques, souvent moins bien équipés. Et pour cause, le catalogue d’options de la Model 3 est quant à lui très restreint, ne laissant que le choix de la couleur, des jantes et de l’intérieur, ainsi que du système de conduite 100 % autonome. L’Autopilot, qui reste quant à lui très efficace sur autoroute est désormais livré de série, tandis que la version optionnelle inclut également le stationnement, le changement de voie et la sortie de la place de parking automatique.

Plus dynamique que ce à quoi nous aurions pu nous attendre à première vue, la Tesla Model 3 est une très bonne surprise, accueillant ses occupants dans un bel espace intérieur et offrant des performances bien cachées sous une carrosserie de berline sage. On apprécie également ses nombreuses technologies embarquées et surtout son imposant écran intégrant toutes les fonctionnalités nécessaires, ainsi que plusieurs fonctions amusantes, comme le mode Caraoké ou les divers jeux vidéo. Idéale pour des trajets quotidiens, la « 3 » n’est pas qu’un iPad sur roues, comme certains pourraient le critiquer, mais reste un véhicule futuriste très plaisant, qui n’a rien de froid ni d’inquiétant, tout étant très clair et facile à prendre en main. Reste désormais à savoir comment les constructeurs traditionnels organiseront leur riposte face à cette marque qui a véritablement su prendre tout le monde de court.

  • Prix de base Tesla Model 3 : à partir de 43.600 € (Autonomie Standard Plus – bonus écologique de 6.000 € début)
  • Prix de base Tesla Model 3 Performance : à partir de 58.890 € (bonus écologique déduit)
  • Prix de la version essayée : 59.940 € (bonus écologique déduit)

Marie Lizak

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.