Essai Ford Fiesta ST : l’exemple à suivre

Présentée en début d’année dernière, la Ford Fiesta ST a su se hisser parmi les meilleures GTI du marché, et ce malgré le retrait d’un cylindre avec l’arrivée de la nouvelle génération. Nous en avons pris le volant pour savoir ce que la sportive a de plus que les autres.

Essai Ford Fiesta ST 2019 statique face avant calanre

Si à l’heure actuelle, les petites sportives n’ont plus vraiment le vent en poupe, avec des Peugeot 208 GTi et autres Renault Clio RS en voie de disparition avec l’arrivée de leurs nouvelles générations, certains constructeurs font heureusement encore et toujours de la résistance. C’est notamment le cas de Ford, qui a renouvelé l’an dernier sa fameuse Fiesta ST, quelques mois seulement après la présentation de la version standard. Il faut dire qu’entre la marque à l’ovale bleu et sa citadine sportive, c’est une longue histoire d’amour qui dure depuis 1999, année à laquelle fut révélée la Fiesta Zetec S, ancêtre de la version que l’on connaît. Aujourd’hui, c’est donc une troisième génération qui est actuellement proposée au catalogue de la marque, au sein d’une gamme Performance plutôt bien achalandée, entre les Focus ST, Mustang et autres Ford GT. Un pari osé de la part du constructeur, qui continue de parier sur les sportives, et ce même si l’environnement est aujourd’hui peu favorable à ce segment, désormais menacé par les normes de plus en plus strictes.

Il faut dire que la version sportive de l’une des citadines les plus appréciées en France a, sur le papier, pas mal d’atouts pour séduire, alors que la concurrence se fait de plus en plus rare. Faisant partie des dernières petites GTI encore commercialisées, cette Fiesta ST a toutefois dû faire quelques sacrifices pour pouvoir rester au catalogue, le tout sans faire flamber ses tarifs. Malgré la disparition d’un cylindre au profit des émissions et de la consommation, la citadine survitaminée a toutefois opéré quelques changements mécaniques, afin d’offrir un comportement routier amélioré. De là à devenir la meilleure petite sportive du marché ? C’est ce que nous avons voulu savoir en prenant le volant de cette version survoltée développant la bagatelle de 200 chevaux le temps d’un week-end placé sous le signe du sport, et surtout, du plaisir de conduire, loin des nouveautés électriques du salon de Francfort.

Essai Ford Fiesta ST : subtile sportivité

Essai Ford Fiesta ST 2019 arrière feux jantes bouclier logo

Profitant, comme la version standard renouvelée en 2017 d’un tout nouveau style un peu plus agressif que la précédente génération, cette Fiesta ST hérite donc des évolutions de sa sœur plus sage. En réalité, tout a changé, avec des optiques redessinées et plus arrondies, des nouveaux boucliers avant et arrière, ainsi que des feux désormais horizontaux, donnant une impression supplémentaire de largeur à l’ensemble. Par ailleurs, et quelle que soit la version, la citadine profite d’un allongement de sept centimètres, afin d’atteindre les 4,04 mètres, ce qui avait pour but de laisser plus de place à la Ka + dans la gamme, avant que celle-ci ne soit finalement chassée du catalogue européen il y a quelques mois.

Quoi qu’il en soit, on apprécie globalement le style de cette Fiesta, aux lignes plutôt sympathiques, que ce soit en version standard ou ST. Les clients seront également ravis de découvrir qu’ils auront le choix entre une carrosserie trois ou cinq portes, chose rare sur le segment, alors que la plupart de ses rivales ont abandonné la silhouette de coupé au fil des générations. Venant compléter la gamme aux côtés des versions Active et Vignale, respectivement typées crossover et haut de gamme, la variante sportive se distingue quant à elle par des attributs spécifiques. Outre la calandre, notons également les incontournables badges sur cette dernière ainsi que sur le coffre, ainsi que les jantes noires de 17 pouces, les étriers de freins rouges et le becquet exclusif à cette version.

Si ces attributs lui permettent d’afficher un look plus dynamique, l’ensemble demeure toutefois relativement sobre au premier regard. Une discrétion appréciable, mais qui n’empêche pas les passants de se retourner sur cette Fiesta ST, qui arbore par ailleurs ici le très beau Bleu Performance, une teinte optionnelle pour laquelle il faudra ajouter 750 € à la facture finale. Au total, pas moins de sept choix de couleurs sont proposées au catalogue, avec diverses teintes de gris, de noir et de blanc, ainsi que du rouge pour ceux qui trouveraient le bleu trop discret.

Essai Ford Fiesta ST : bond en avant

Essai Ford Fiesta ST 2019 intérieur planche de bord écran volant

Tout aussi sobre que l’extérieur, l’habitacle de cette Ford Fiesta ST fait en revanche un gros bond en avant, aussi bien dans sa présentation que dans sa dotation technologique, alors que la précédente génération commençait à prendre un peu d’âge. Nous découvrons ici un intérieur largement modernisé, avec comme nouveauté la plus flagrante l’intégration d’un nouvel écran tactile de 8 pouces posé sur la planche de bord, intégrant le système d’info-divertissement SYNC3, compatible avec Apple CarPlay et Android Auto. Si celui-ci est parfaitement ergonomique, comme le reste de l’intérieur, on regrette toutefois une présentation un peu désuète par rapport à ce qui se fait chez la concurrence. Malgré ses nettes améliorations, la sportive ne cède toutefois pas à l’appel du combiné numérique, et se contentera de deux compteurs analogiques entourant un petit écran TFT. Il faudtra sans doute patienter jusqu’à la prochaine génération de la citadine pour voir ce point évoluer, alors que les nouvelles Peugeot 208 et Renault Clio y sont quant à elles passées.

Quoi qu’il en soit, la présentation générale de cet habitacle est quant à elle plutôt flatteuse, avec des sièges sport Recaro livrés de série, offrant un excellent maintien, mais à réserver toutefois aux gabarits les plus fins. Habillés de cuir dans cette version ST Plus, ceux-ci sont également surpiqués de bleu, qui change du sempiternel rouge que l’on trouve sur la plupart des sportives du marché. Mais la dotation spécifique de cette Fiesta ST ne s’arrête pas là, puisqu’elle inclut également un pédalier ainsi qu’un pommeau de levier de vitesse siglé ST en aluminium. On apprécie par ailleurs la qualité des assemblages, ainsi que les matériaux, même si comme souvent, quelques plastiques durs viennent prendre place de part et d’autre de l’habitacle. Un détail qui n’est toutefois pas trop gênant puisque c’est un petit travers que l’on retrouve un peu partout, d’autant plus que le prix très raisonnable de cette Fiesta lui permet de se faire pardonner très facilement.

Avec son empattement de 2,49 mètres, la Ford Fiesta ST offre un espace à bord assez correct, bien qu’elle soit dans la moyenne basse par rapport à ses rivales, et notamment les nouvelles Peugeot 208 et autres Renault Clio. Et pour cause, si la citadine affiche une longueur en hausse de 7 centimètres par rapport à la précédente génération, cette augmentation profite surtout aux porte-à-faux, plutôt qu’aux passagers. Les plus grands pourront dont se sentir quelque peu à l’étroit, avec un espace aux jambes encore relativement restreint. De son côté, le coffre gagne 13 litres par rapport à la mouture précédente, mais reste encore assez petit, avec un volume oscillant entre 311 et 1.093 litres, tandis qu’il perd désormais sa roue de secours.

Essai Ford Fiesta ST : petit moteur, grandes ambitions

Essai Ford Fiesta ST 2019 face avant feux citadine sportive 1,5 litre turbo

Oubliez les quatre cylindres de la précédente génération sur cette nouvelle mouture de la Ford Fiesta ST, qui cède comme beaucoup au downsizing, seul moyen restant désormais pour répondre tant bien que mal aux normes, sans passer par l’électrification. Un de perdu, dix de retrouvés, un adage presque parfait pour cette nouvelle venue, qui passe donc au trois cylindres, tout en gagnant par la même occasion plus de vingt chevaux par rapport à la précédente version, si l’on omet évidemment la très réussie ST200 faisant le lien entre les deux générations. Une montée en puissance qui permet alors à la citadine de s’aligner un peu plus avec la concurrence, notamment face aux 200 chevaux de la Renault Clio RS et aux 208 équidés de la Peugeot 208 GTi. Enfin, ça, c’était avant que les nouvelles générations arrivent et que les versions sportives disparaissent, laissant alors à la Fiesta tout le loisir de grappiller des parts de marché à ses concurrentes.

Nous retrouvons donc sous le capot de la citadine un bloc 1,5 litre turbocompressé, qui offre des sensations plus que correctes, grâce à ses 200 chevaux et son couple de 290 Nm disponibles dès 1.600 tours. Associé de série à une boîte manuelle à six rapports, une espèce désormais en voie de disparition, il permet à la Fiesta ST d’abattre le 0 à 100 km/h en seulement 6,5 secondes pour une vitesse maximale de 232 km/h. Des chiffres honorables, bien que l’on ne soit pas vraiment collé au siège lors des accélérations, le terrain de jeu de cette Fiesta ST étant plutôt les routes sinueuses que les longues lignes droites. Les performances sont toutefois en hausse par rapport à la dernière ST200, et ce malgré les quelque 200 kg supplémentaires sur la balance avec le passage à la nouvelle génération. On appréciera également la sonorité très agréable de la sportive, que l’on doit bien entendu à l’échappement actif, venant camoufler le bruit généralement peu flatteur du trois-pattes. Ici, la musique est rauque, sans être trop présente, et surtout, elle ne vient aucunement des enceintes, ce qui est là encore de plus en plus rare de nos jours.

Mais passé les présentations statiques et théoriques, place à la pratique, avec cette Ford Fiesta ST louée de toutes parts par nos confrères l’ayant testée avant nous. Des éloges plus que compréhensibles, tant la citadine sait faire preuve d’agilité en courbes, en partie grâce à une direction directe parfaitement calibrée. Et oui, car cette petite ST est avant tout une citadine dans l’âme et non une pistarde radicale, malgré ses qualités routières de haut vol. Profitant d’un châssis rigidifié revu et corrigé par les équipes de Ford Performance, la bombinette jouit d’une excellente motricité, grâce notamment au différentiel à glissement limité Quaife, inclus dans le Pack perfomance optionnel sur la version ST Plus que nous avons testée. Et pour cause, si le train avant est réactif à souhait, l’arrière reste quant à lui très stable, même si la citadine sait jouer du popotin quand il le faut, tout en restant aisée à rattraper. 

Au total, pas moins de trois modes de conduite sont disponibles, Normal, Sport et Circuit, ce dernier étant à réserver à la piste, comme son nom l’indique, car il désactive tout simplement l’ensemble des systèmes électroniques. C’est donc évidemment le mode Sport qui aura notre préférence, pour sa sonorité, bien sûr, mais également pour la réponse du moteur et de l’accélérateur optimisée, créant une vraie différence avec une configuration standard très plaisante également, mais plus adaptée à une utilisation quotidienne. Ici, pas de suspensions pilotées en revanche, mais un amortissement parfaitement calibré pour toutes les situations, offrant un excellent compromis entre rigidité et confort, même si l’ensemble penche tout de même plus vers la fermeté. Enfin, on appréciera la qualité et l’endurance du freinage, assuré par des étriers ventilés à l’avant et pleins à l’arrière.

Sportive dans l’âme, la Fiesta ST reste une citadine polyvalente, destinée à ceux qui souhaitent s’offrir un véhicule pour aller travailler, emmener les enfants à l’école et s’amuser le week-end. Bien aidée par son petit gabarit, la petite sportive se faufile donc aisément dans la circulation et les ruelles étroites, bien que l’on regrettera tout de même un diamètre de braquage très décevant pour le segment. En termes de consommation, la sportive demeure plutôt sobre avec une moyenne de 6 litres en cycle mixte, même si nous sommes montés à un peu plus de 8l/100 km lorsque le rythme était un peu plus soutenu. Avec ses 136 grammes de CO2 par kilomètre, comptez toutefois un malus de 410 €, qui reste plus que raisonnable, en attendant le nouveau barème qui entrera en vigueur dès le 1er janvier prochain. 

Essai Ford Fiesta ST : pour résumer

Essai Ford Fiesta ST 2019 capot avant jantes

Devenue l’une des dernières vraies petites sportives du marché, la Ford Fiesta ST est également l’une des meilleures. Polyvalente et efficace, tout en étant joueuse comme il faut, la citadine a par ailleurs opéré un vrai bond en avant en termes de confort par rapport à la précédente génération, sans parler du style, qui gagne également en agressivité. Hormis une habitabilité qui aurait pu être quelque peu améliorée en chipotant, l’américaine reste quand même très proche de la perfection. Malgré la perte d’un cylindre d’une génération à l’autre, l’ensemble gagne par ailleurs en dynamisme, et ce n’est évidemment pas pour nous déplaire !

Sécurisante grâce à son excellente tenue de route et profitant d’un train avant précis, cette Ford Fiesta ST est ne pâtit d’aucun défaut majeur, et même son prix n’est pas une excuse pour ne pas craquer. Et pour cause, comptez 23.700 € pour la ST Pack plus épurée, et 25.400 € pour la variante ST Plus de notre version d’essai, plus complète en termes d’équipements. Un tarif plus que raisonnable compte tenu de la belle dotation de série, comprenant notamment les sièges chauffants, l’accès et le démarrage sans clé ou encore la climatisation automatique. Bref, c’est un grand oui pour cette Fiesta ST, qui coche toutes les cases de la GTI a adopter sans hésiter !

Top !

  • Sa polyvalence
  • Son rapport prix/équipements

Bof…

  • Son habitabilité
  • Son diamètre de braquage


Essai Ford Fiesta ST Plus

  • Prix de base Ford Fiesta ST : 23.700 €
  • Prix du modèle essayé hors options (Ford Fiesta ST Plus) : 400 €
  • Prix du modèle essayé avec options : 28.300 €

Options du modèle essayé :

  • BLIS – Surveillance des angles morts avec alerte de véhicule en approche (400 €)
  • Caméra de recul (inclus l’aide au stationnement arrière sur ST PLUS) (300 €)
  • Pare-brise chauffant (200 €)
  • Peinture métallisée (500 €)
  • Phares Full LED (600 €)
  • PACK HIVER 1 : volant et sièges avant chauffants (150 €)
  • PACK PERFORMANCE incluant le différentiel à glissement limité Quaife et Launch control (950 €)

Marie Lizak

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.