Essai Peugeot 5008 PureTech 180 EAT8 : l’ami des familles

Déclinaison sept places de la 3008, la Peugeot 5008 semble posséder toutes les qualités pour être le parfait compagnon des familles nombreuses. Nous en avons pris le volant pour savoir ce qu’il vaut vraiment.

Peugeot 5008 GT Line calandre jantes profil SUV

Aujourd’hui, et malgré la constante chasse au CO2 opérée par les constructeurs pour mieux répondre aux normes européennes, les SUV sont désormais incontournable sur le marché. Séduisant le grand public grâce à leur silhouette surélevée et tendance, ils ont aujourd’hui la côte et remplacent désormais les citadines et autres monospaces dans le cœur des acheteurs. Peugeot l’a très bien compris, et a donné à ses SUV 3008 et 5008 un tout nouveau style, abandonnant la silhouette de grande familiale un brin ringarde pour les transformer en vrais SUV. La recette semble fonctionner, puisqu’avec près de 85.000 exemplaires vendus l’an dernier, la 3008 est le SUV le plus vendu en France, et le 3ème modèle du classement, tous véhicules confondus. Plus grande et visant donc une clientèle plus spécifique, la 5008 reste également très prisée, se plaçant quant à elle en 15ème place, juste devant son rival, le Renault Kadjar.

Il faut dire que son style, initiant la nouvelle génération de modèles Peugeot a de quoi séduire, surtout par rapport à une précédente mouture au style plus conventionnel. Outre l’aspect purement esthétique, ce sont également les nombreuses technologies, ainsi que le désormais bien connu i-Cockpit qui a probablement aidé les clients à se décider, de même que les moteurs, évoluant pour mieux répondre aux exigences environnementales. Justement, avec de nouvelles normes mises en place régulièrement, la gamme est en constante évolution et a justement intégré au début de l’année une toute nouvelle version du 1,6 litre PureTech, développant 180 chevaux, déjà bien connu puisqu’équipant également la nouvelle Peugeot 508. Une nouveauté qui n’est alors pas arrivée seule, puisqu’elle s’accompagnait alors de l’arrivée au sein du catalogue de la boîte automatique EAT8, que nous avions testé plus en détails sur la 308.

C’est donc dans cette configuration que nous avons testé cette Peugeot 5008, alors que le restylage de mi-carrière ne devrait désormais plus trop tarder, sans doute attendu pour l’année prochaine. Se revendiquant comme un SUV polyvalent, cette 5008 peut-elle être à la fois familiale et dynamique ? C’est ce que nous avons voulu savoir en prenant son volant sur les jolies routes du sud de la Bretagne, le temps d’un week-end pluvieux.

Essai Peugeot 5008 PureTech 180 EAT8 [design] : le grand frère

Peugeot 5008 GT Line PureTech 180 essence blanc jantes

Si la Peugeot 3008 avait quelque peu dérouté lors de sa présentation en affichant un style en totale rupture avec la précédente génération, la surprise n’était pas vraiment au rendez-vous avec la 5008, qui reprend quasiment trait pour trait le style de son petit frère. Loin de productions allemandes consensuelles sans aucune prise de risque, les deux SUV adoptent un style osé, avec un vrai parti-pris de la part des équipes de style dirigées par Gilles Vidal. Pourtant, il semblerait que l’audace fonctionne à merveille, à en croire le succès presque indécent de ces deux modèles, qui partagent donc beaucoup de points communs. A commencer par la face avant, qui adopte des optiques très anguleuses, entourant une calandre aux lignes tout aussi acérées. A l’arrière, les deux sœurs adoptent le même bandeau noir par la suite décliné sur les dernières productions de la marque, dont la 508 et la nouvelle 208. En réalité seul le toit évolue, celui de la 5008 étant bien plus carré, afin de gagner un peu plus d’espace dans le coffre.

Mais en réalité, les deux SUV diffèrent un peu plus que ça, puisque les deux affichent des dimensions bien différentes, la 5008 étant environ 20 cm plus longue que la 3008, une différence qui se retrouve en particulier dans l’empattement allongé. Le porte-à-faux arrière gagne lui aussi quelques millimètres, au profit bien sûr du coffre. Quoi qu’il en soit, les proportions sont conservées, et il faudra vraiment jeter un œil attentif aux deux fiches techniques pour remarquer cet embonpoint, tant celui-ci est discret. Présenté ici dans sa version GT Line située juste en-dessous de la GT dans la gamme, le grand SUV familial se distingue dans cette finition par un bouclier avant spécifique, une calandre à damiers, un toit noir, des canules d’échappement chromées ainsi que des badges sur les ailes et des joncs de vitres latérales en inox. Les projecteurs full LED ainsi que les antibrouillards sont également livrés de série, tout comme les jantes de 18 pouces bi-ton diamantées.

Outre ces détails stylistiques apportant une touche de dynamisme supplémentaire par rapport à la version allure, d’autres options sont également disponibles pour personnaliser quelque peu cette 5008, même si les possibilités sont plutôt restreintes. N’espérez en effet pas pouvoir opter pour une teinte très fun, puisque parmi les 8 couleurs proposées au catalogue, le gris est légion, tout comme le blanc et le bleu foncé. Bref, rien de très excitant, même s’il faut avouer que le Blanc Nacré de notre version d’essai va plutôt bien à ce SUV. Il faudra toutefois ajouter 830 € la facture finale pour en profiter. Par ailleurs, ce sont six styles de jantes et d’enjoliveurs de 17 à 19 pouces qui sont également proposés sur les autres finitions, de quoi avoir le choix tout de même.

Essai Peugeot 5008 PureTech 180 EAT8 [intérieur] : confort et techno

Peugeot 5008 GT Line i-cockpit combiné numérique

Comme pour l’extérieur, l’intérieur n’est pas ce que l’on peut qualifier de dépaysant lorsque l’on connaît déjà la 3008. Et pour cause, les deux habitacles se ressemblent trait pour trait, reprenant une présentation identique. Nous retrouvons donc ici l’écran tactile capacitif de 8 pouces livré de série dès la finition Active, associé au combiné numérique personnalisable du Peugeot i-Cockpit. Si l’ergonomie de l’habitacle est plutôt bonne, on regrette toutefois celle du volant, dont l’implantation des fonctions n’est pas toujours logique, alors que les commandes situées sur la colonne de direction pour gérer la musique présente notamment sur la 308 a ici disparu. Dommage, même si l’ensemble demeure toutefois satisfaisant. On apprécie également la qualité des matériaux, l’intérieur étant ici recouvert d’une sellerie en TEP et tissu noir Imila, livrée de série sur la finition GT Line, tandis que du cuir est également en option. Les ajustements sont plutôt bons, même si ceux-ci sont encore perfectibles, notamment au niveau des Toggle Switches sous l’écran.

Modèle familial par excellence, la Peugeot 5008 fait évidemment du confort son principal atout, notamment dans la version GT Line dont nous avons pu prendre le volant. Outre les sièges électriques, chauffants et surtout massants proposés en option, le SUV est livré de série avec le Peugeot i-Cockpit Amplify, un système permettant de choisir parmi deux ambiances « Boost » ou « Relax », jouant alors sur la lumière d’ambiance, la musique ou encore l’affichage des écrans, tandis qu’un parfum est diffusé dans l’habitacle, parmi un choix de trois fragrances. Si certains pourraient qualifier cette fonction de gadget, le fait qu’elle soit inclue dans la dotation de série est un bon point, car nous ne sommes pas sûrs que beaucoup seraient prêts à payer pour une telle option. Outre sa sellerie, cette déclinaison haut de gamme se distingue également par un style intérieur plus sportif, incluant un pédalier et un repose-pied en aluminium, ainsi qu’un volant en cuir pleine fleur perforé avec un logo GT Line et une bague chromée.

Si cette 5008 reste très proche de la 3008 en termes de style, c’est bien l’habitabilité qui distingue ces deux modèles. Pouvant accueillir jusqu’à sept passagers grâce à ses deux sièges supplémentaires logés dans le coffre, à réserver aux plus petits, le grand SUV est idéal pour les balades en famille, tandis que le volume de coffre oscille entre 345 et 1.940 litres une fois tous les sièges rabattus. A cela s’ajoute un total de 38 litres de rangements divers et variés, répartis entre la console centrale, les bacs de portières ou encore les filets de sièges, de quoi stocker gâteaux, bouteilles et autres jouets pour enfants sans encombre. Avec son toit moins incliné que sur la 3008, la 5008 profite d’un espace à la tête très correct, tandis que son empattement de 2,84 mètres garantit un excellent espace aux jambes pour tous les passagers.

Essai Peugeot 5008 PureTech 180 EAT8 [conduite] : le bon compromis

Peugeot 5008 GT Line arrière feux échappement

Arrivé dans la gamme en début d’année, le PureTech 180 vient enrichir un catalogue composé de blocs essence et diesel dont les puissances s’échelonnent entre 130 et 180 chevaux. Version revue et corrigée du 1,6 litre THP 165, ce nouvel arrivant a avant tout pour but de mieux répondre aux normes environnementales de plus en plus sévères. Gagnant donc une quinzaine de chevaux par rapport à la précédente version tout en changeant d’appellation, ce nouveau moteur est désormais associé de série à la boîte automatique EAT8, qui nous avait déjà séduit sur d’autres modèles de la gamme. Une combinaison gagnante qui promet une réduction de 7 % de la consommation grâce à l’ajout de deux rapports supplémentaires par rapport à l’EAT6 précédemment proposée au sein de la gamme et désormais disparue du catalogue de la 5008. C’est donc dans cette configuration, accessible dès le troisième niveau de finition Allure que nous avons pu prendre la route, en direction de la Bretagne, non loin de l’usine de Rennes dans laquelle le SUV est produit.

Aussi présent sous le capot de la Peugeot 3008, mais également du Citroën C5 Aircross et du DS 7 Crossback, le PureTech 180 est un excellent compromis pour qui recherche la puissance sans forcément aller vers une version 225 chevaux, uniquement réservée à la finition GT, bien plus onéreuse. Et pour cause, la différence entre les deux est minime et ne devrait pas vraiment se remarquer en conduite normale, d’autant plus que cette 5008 n’est pas vraiment faite pour battre des records d’efficacité. L’ensemble est ici très satisfaisant, offrant des reprises franches et de belles accélérations, notamment lorsque le mode Sport est enclenché. Évidemment, le 0 à 100 km/h abattu en 8,3 secondes n’est pas le plus rapide au monde, mais le chiffre reste très correct pour un tel véhicule, aux ambitions avant tout familiales. On aurait toutefois apprécié un couple un peu plus important que les 250 Nm actuellement proposés, ce qui aurait alors contribué à rendre l’engin encore un peu plus dynamique.

De son côté, la boîte EAT8 garantit un vrai confort, et s’appréciera tout particulièrement en conduite urbaine et sur autoroute, avec des passages de rapports sans aucun à-coup. En revanche, elle pâtit d’un léger manque de réactivité lorsque le rythme augmente et devient plus soutenu, et l’usage des palettes au volant sera alors recommandé pour profiter pleinement des capacités du SUV. Attention, il ne s’agira pas là de battre des records, mais bien de s’amuser un peu sur les routes sinueuses. Si cela peut sembler absurde, la 5008 se débrouille plutôt bien en courbes, et ce même à vitesse élevée, grâce à sa plateforme EMP2, la même que la 308, dont on avait déjà pu apprécier les capacités routières. Si l’ensemble n’est pas sportif pour un sou, et si l’arrière peut parfois se montrer un brin pataud, on appréciera la prise de roulis parfaitement maîtrisée, ainsi que l’excellente tenue de route, et ce malgré un centre de gravité tout de même élevé. Une belle performance que l’on doit notamment au train arrière un peu plus ferme que sur la 3008, afin de compenser l’allongement de la carrosserie.

 

Excellent compromis entre dynamisme et confort, la Peugeot 5008 profite de suspensions très bien calibrées, permettant de circuler en ville sans trop craindre les dos d’ânes. Ici, pas d’amortissement piloté, ce qui n’aurait d’ailleurs pas vraiment d’intérêt, mais un mode Sport qui permet tout de même de jouer sur certains réglages, tels que la fermeté de la direction ainsi que la réponse de l’accélérateur. Si cette configuration sera utile en conduite dynamique, le mode normal par défaut reste largement suffisant pour la vie de tous les jours. Malgré son gabarit, le SUV reste très maniable en ville, avec un diamètre de braquage plutôt contenu, qui ne permettra, certes, pas de se faufiler partout, mais tout du moins de faire demi-tour sans d’y reprendre à cinq fois. Seul bémol en conduite urbaine, sa consommation, peut parfois s’envoler pour parfois atteindre les 8 litres, malgré une moyenne en cycle mixte annoncée sur le papier à 5,6 litres en cycle urbain.

Profitant d’une belle dotation en termes d’équipement dans sa version GT Line, la Peugeot 5008 sait séduire les parents en quête de technologie et surtout, de sécurité. Si tout n’est pas indispensables, on apprécie la belle dotation de série, qui comprend notamment le Pack Safety Plus incluant entre autres l’alerte de franchissement de ligne, le système actif de surveillance des angles morts ou encore la commutation automatique des feux de route. Notons également la présence du limiteur/régulateur de vitesse, ainsi que de la reconnaissance des panneaux de signalisation. Une belle liste d’équipements qui inclut également diverses aides au stationnement dans le Pack City, pouvant être complété en option par des équipements supplémentaires, dont le Park Assist et la caméra à 360°. Si certains peuvent déplorer l’absence de transmission intégrale, qui arrivera un peu plus tard avec l’arrivée de la version hybride rechargeable, le grip-control est largement suffisant pour franchir de petits talus et s’aventurer en dehors des sentiers battus.

Essai Peugeot 5008 PureTech 180 EAT8 : pour résumer

Peugeot 5008 GT Line moteur détail puretech 180 essence

Sans être sportive, la Peugeot 5008 surprend par son caractère plus dynamique qu’elle ne le laisse paraître au premier abord. Version allongée de la 3008 reprenant la même plateforme et héritant des mêmes spécificités, tant en termes de style que de mécanique, le grand SUV est le compagnon idéal des parents de familles nombreuses. Loin d’être pataude, la sochalienne hérite des gènes des productions précédentes, dont la 308 et profite de son toucher de route désormais si emblématique. Seul bémol toutefois, une ergonomie intérieure très légèrement perfectible, et une consommation qui peut vite grimper en ville, malgré la boîte EAT8. Celle-ci demeure toutefois parfaitement adapté au véhicule, les deux étant confortables et assez vifs, sans pour autant être vraiment sportifs.

Affichée à partir de 40.350 € dans sa version GT Line dotée du PureTech 180 identique à notre version d’essai, la Peugeot 5008 affiche un tarif raisonnable au vu des prestations. A titre de comparaison, le Renault Koleos débute quant à lui à partir de 40.450 € en version Intens embarquant le dCi 175 chevaux, avec une dotation un peu moins fournie que le SUV franc-comtois. Profitant d’un beau volume de coffre et de nombreux rangements, ce dernier s’adresse donc tout particulièrement aux familles, même si ses qualités routières le rendent également très agréable pour des vacances à deux, en prenant les petites routes et même quelques chemins de traverse. Enfin, avec ses émissions affichées à 128 g/km, la 5008 devra s’acquitter d’un petit malus de seulement 90 €, ce qui reste somme toute très raisonnable par rapport à certains de ses rivaux.

On aime :

  • Son agilité et son agrément de conduite
  • Son espace à bord
  • Sa dotation technologique

On aime moins :

  • Ergonomie du volant à revoir
  • Consommation en ville 

Prix Peugeot 5008 :

  • Prix de base Peugeot 5008 : à partir de 27.800 € (PureTech 130 BVM6 Access)
  • Prix de base Peugeot 5008 GT Line : à partir de 35.950 € (PureTech 130 BVM6)
  • Prix de notre version d’essai avec options : 41.600 €

Options de la version d’essai :

  • Avanced Grip Control : 410 €
  • Alarme et superverrouillage : 310 €
  • Fonction DAB :250 €
  • Hayon mains libres : 450 €
  • Pack City 2 : 600 €
  • Pack électrique et massage : 1.300 €
  • Pare-brise chauffant : 100 €
  • Recharge smartphone sans fil + prise 220 volts : 180 €
  • Système Hi-Fi Premium Focal : 850 €
  • Toit ouvrant panoramique : 1.200 €

Marie Lizak

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.