Essai Cupra Ateca : sportif au cœur tendre

Près d’un an après sa révélation, la Cupra Ateca débarque enfin sur les routes, et plus particulièrement celles de Chamonix, où nous avons pu en prendre le volant. Sans véritable concurrence pour l’instant, réussira-t-il à se faire une place sur le marché ?

Cupra Ateca avant statique gris 2,0 litres TSI 300 jantes 

Souvenez-vous, c’était en février dernier au salon de Genève. Après moult teasers, Cupra naissait enfin officiellement, se détachant de Seat pour devenir une marque à part entière. Une évolution à laquelle on ne s’attendait pas forcément, surtout lorsque l’on sait que les modèles sportifs n’ont pas forcément le vent en poupe ces temps-ci. Un pari osé donc pour la marque ibérique, qui souhaite avant tout attirer une nouvelle clientèle avec cette nouvelle identité, au positionnement plus haut de gamme sans être luxueux pour autant. Si plusieurs modèles exclusifs à la marque seront développés par la suite, le premier objectif du constructeur est avant tout de se faire connaître, et il a pour cela été piocher dans le catalogue de Seat, en choisissant l’Ateca. Le but ? Réaliser des économies en repartant d’un véhicule existant, et surtout prouver que les SUV peuvent également être dynamiques.

Premier modèle de la nouvelle marque, le Cupra Ateca vise une nouvelle clientèle, désireuse de profiter d’un véhicule dynamique, habitable et surtout, accessible. Sans véritable concurrence sur le marché actuel, hormis sans doute le Jaguar E-Pace, mais uniquement en termes de motorisation, ce nouveau venu ose et surprend, alors que le choix d’une Leon ou d’une Ibiza aurait été en apparence plus judicieux. Pourtant, le choix d’une telle carrosserie n’est pas vraiment anodin pour la marque, qui doit beaucoup aux SUV, puisqu’alors que les Seat Arona et Ateca ont contribué à augmenter ses ventes, l’arrivée du Tarraco devrait quant à lui aider à améliorer son image. Autant dire que ce type de silhouette est donc le symbole du renouveau, autant pour le constructeur de Martorell que pour sa nouvelle division sportive.

Mais alors, ce Cupra Ateca n’est-il qu’un nouveau SUV sur un segment déjà saturé ou apporte-t-il quelque chose de réellement nouveau ? Comment compte-t-il se faire une place sur le marché et convaincre la clientèle ? Mérite-t-il sa place au sein d’une gamme se voulant vraiment sportive ? Autant que questions auxquelles nous allons tenter de répondre lors de cette prise en main, sur les superbes routes des Alpes, entre Chamonix et le lac Léman.

Essai Cupra Ateca : délicieusement sportif

Cupra Ateca avant feux calandre TSI

Au premier regard, impossible de ne pas reconnaître la ligne de la Seat Ateca, mais ça, Cupra n’a évidemment jamais cherché à le cacher. Nous retrouvons donc une silhouette déjà bien connue, puisque présente dans la gamme depuis près de trois ans déjà, ici rendue plus agressive. En effet, pas besoin d’avoir un grand sens de l’observation pour remarquer que l’ensemble a bénéficié d’un petit lifting de la part des designers de la marque, plus pour le plaisir des yeux, que pour l’aérodynamisme sans doute. L’avant se pare d’une calandre en nid d’abeille abordant un nouveau logo faisant tourner les têtes et surprenant visiblement les passants. Combien de fois avons-nous vu durant cet essai des piétons se retourner puis se poser toutes sortes de questions sur l’identité de notre mystérieux SUV ? S’il faudra encore du temps avant de faire entrer ce sigle dans la culture automobile collective, nul doute qu’il ne laisse pas indifférent. A l’arrière, l’ensemble gagne là encore en charme et en agressivité avec un nouveau diffuseur agrémenté de quatre sorties d’échappement rondes, contribuant là encore à attiser la curiosité.

L’ensemble est donc sportif comme il faut à défaut d’être trop ostentatoire, même s’il est clair que le style interpelle. Et pour cause, son caractère exclusif, presque insolite s’explique également par la foule de détails affichant clairement ses ambitions. Notons par exemple le logo cuivré entouré de faux carbone à l’arrière, les jantes 19 pouces assorties optionnelles ainsi que les étriers noirs siglés Cupra. Ici, pas besoin de personnalisation à outrance à grands renforts de couleurs extravagantes, cet Ateca se suffit à lui-même. En résulte logiquement un choix assez restreint de teintes de carrosserie, avec seulement six disponibles au catalogue, donc le Gris Rodium de notre version d’essai. S’ajoutent à cela trois styles de jantes, dont les Copper 19 pouces en option présentes sur notre modèle d’essai, à la teinte plutôt originale.

En termes de dimensions, et aussi surprenant que cela puisse paraître, le Cupra Ateca est légèrement plus long que la version standard, avec 4,38 mètres contre 4,36. Une différence de seulement quelques millimètres qui ne devrait à priori pas changer grand-chose, ni en termes de comportement ni en habitabilité, mais qui s’explique sans doute par ses boucliers légèrement plus proéminents, ni plus ni moins. La hauteur ainsi que la largeur restent quant à elles identiques. Bref, rien de vraiment nouveau à ce niveau-là, sans grande surprise. Dommage toutefois que les ingénieurs n’aient pas abaissé quelque peu la garde au sol de cet Ateca, qui culmine toujours à 18 cm comme son grand frère, ce qui lui aurait donné un style plus sportif encore, mais qui se serait évidemment fait au détriment de ses capacités off-road. Un choix logique donc, lorsque l’on sait que la marque souhaite préserver la polyvalence de son SUV.

Essai Cupra Ateca : intérieur classique

Cupra Ateca intérieur écran sièges volant

Comme l’extérieur, l’intérieur reste très proche de l’Ateca standard, notamment en termes de présentation. Nous retrouvons donc un habitacle quasi-identique, toujours tout en sobriété. Si l’ensemble est réussi, on déplore toutefois un petit manque d’audace, qui aurait pu donner à ce Cupra Ateca un style vraiment différent. Hormis le logo sur le volant et sur les sièges, peu de choses changent donc sur cette version sportive, dans laquelle quelques touches de couleur n’auraient pas fait tâche. On reconnaît ici la propension du groupe Volkswagen a faire bien partout, sans se mouiller et sans oser l’originalité. Tant pis, mais quoi qu’il en soit, l’ensemble reste donc une valeur sûre, avec des matériaux corrects et plutôt bien assemblés. Si notre version d’essai était dotée de sièges en Alcantara, une sellerie en cuir peut également être choisie moyennant 1.200 €, tandis que des sièges baquets sont disponibles pour 1.500 €. Si ces derniers ne devraient pas présenter un grand intérêt autre qu’esthétique, les assises standards représentent un très bon compromis entre confort et maintien.

Si la disposition de l’habitacle est donc quasiment identique à l’Ateca, certaines différences subsistent, notamment en termes de dotation technologique. Assez logiquement, l’écran tactile de 8 pouces et le combiné numérique sont fournis de série sur ce Cupra, puisqu’ils le sont déjà sur la version FR, toutefois uniquement dotée d’un écran de 6,5 pouces. Plus grand donc sur notre modèle d’essai, celui-ci reste toutefois identique à la version standard dans son fonctionnement. L’ensemble est plutôt ergonomique et reste une valeur sûre sur le segment. Compatible avec Apple CarPlay et Android Auto, il est également livré de série avec le système de navigation Easy Connect PRO, déjà présent au sein de la gamme Seat. Plus globalement, l’intérieur n’est donc pas une vraie révolution, ce qui présente plusieurs avantages pour la marque : ne pas déstabiliser sa clientèle, habituée à la disposition Seat et surtout réaliser d’importantes économies en réutilisant des éléments déjà existants.

Qui dit SUV dit en général bonne habitabilité. C’est une fois le plus le cas dans ce Cupra Ateca, qui profite d’un empattement de 2,63 mètres, presque identique à celui de l’Ateca standard. Sans surprise donc, l’espace à bord est assez grand pour accueillir toute une famille et les affaires qui vont, de quoi ravir les parents qui n’au’ont pas à faire une croix sur la sportivité pour transporter sa marmaille. Et oui, Cupra l’a ici bien compris, sa cible est avant tout les papas et mamans à la recherche d’un véhicule pratique et confortable, mais aussi et surtout dynamique. De son côté, le coffre de 400 litres, identique à l’Ateca FR reste toutefois en-dessous de la concurrence, face notamment aux 520 litres banquette rabattue de la Peugeot 3008. Si cela est suffisant pour transporter quelques bagages, on déplore toutefois un seuil de chargement un peu haut, au détriment de la praticité.

Essai Cupra Ateca : la polyvalence pour philosophie 

Cupra Ateca SUV gris 2,0 litres TSI

Sans grande surprise, nous retrouvons sous le capot de ce Cupra Ateca un moteur bien connu des afficionados du groupe Volkswagen. Il s’agit du fameux 2,0 litres TSI, équipant notamment la Seat Leon Cupra, ainsi que la nouvelle Golf GTI TCR, ici décliné en version 300 chevaux. Ayant largement pu faire ses preuves au fil du temps, il équipe donc ce premier modèle de la gamme Cupra, revendiquant quelque 300 chevaux, ainsi qu’un couple de 400 Nm entre 2.000 et 5.200 tr/min. S’il s’agit là de la seule motorisation disponible pour le SUV espagnol, il faudra sans doute s’en contenter, car normes d’émissions de CO2 oblige, il y a peu de chances pour que la marque aille plus loin en termes de puissance. Toutefois, ce quatre cylindres se révèle largement suffisant pour le SUV, qui se veut certes sportif, mais pas forcément radical, une volonté totalement assumée par le constructeur.

Toutefois, et même si son 0 à 100 km/h en 5,2 secondes ne va pas forcément vous coller au siège, ce Cupra Ateca reste vraiment dynamique et affiche de meilleures performances que la Leon, à défaut d’être véritablement sportif, en raison de sa garde au sol surélevée de 18 cm. Si l’on aurait aimé un châssis plus incisif, il est en réalité assez logique, pour des raisons de coût notamment, qu’il demeure identique à celui de l’Ateca. Il faudra sans aucun doute attendre l’arrivée de modèles développés par Cupra pour voir un véritable gain en termes de dynamisme, tout du moins, on l’espère. L’ensemble reste en revanche très sain, grâce notamment au sélecteur de conduite et aux suspensions pilotées livrés de série. Celle-ci offrent un amortissement, certes plus rigide, mais garantissant une prise de roulis un peu mieux maîtrisée que sur l’Ateca Standard. L’ensemble est globalement satisfaisant, même si la sportivité sera logiquement plus visible avec les palettes au volant, plutôt qu’en laissant la boîte agir seule. Si cette DSG7, connue et reconnue au sein du groupe Volkswagen reste une valeur sûre, elle bride quelque peu le caractère de ce Cupra, en raison de quelques temps de latence relativement handicapants sur un modèle aux ambitions sportives.

Si la motricité est plutôt bonne pour un SUV, Cupra n’a pas fait le choix d’alléger son SUV, bien au contraire. Affichant quelque 1.632 kg sur la balance, cet Ateca ne fait pas dans la légèreté, ce qui s’explique notamment par la présence de série de la transmission intégrale, qui profite plus à la tenue de route qu’à l’efficacité. Dommage, nous aurions aimé qu’elle soit proposée en option, car à moins de vivre à la montagne, les quatre roues motrices n’étant pas franchement indispensable au quotidien. Un poil lourd donc, le SUV excelle plutôt en ligne droite, où il montre tout son dynamisme, notamment grâce au Launch Control offert avec le mode Cupra. Notre préférence ira par ailleurs à ce dernier, en raison d’un amortissement raffermi et d’une meilleure réponse de l’accélérateur, même si là encore, l’heure n’est pas vraiment à la radicalité, mais plutôt à la polyvalence. Toutefois, les équipes de Cupra ont tenu à offrir au SUV une vraie efficacité, que ce soit dans l’accélération ou le freinage, celui-ci pouvant être assuré par un système Brembo optionnel mais quasi-indispensable pour freiner la tonne et demi de cet Ateca.

Et pour cause, c’est là toute la subtilité du positionnement de ce Cupra Ateca. Si le discours et l’image de marque visent à affirmer le caractère sportif de ce modèle, ce dernier vise avant tout une clientèle familiale à la recherche d’un véhicule assez polyvalent pour loger les enfants, le chien et les beaux-parents. Mêlant en quelque sorte le meilleur des deux mondes, le SUV se veut dynamique sur de nombreux aspects, tout en restant confortable, grâce à un réglage de suspension jamais vraiment trop ferme. Si l’on pourrait aisément critiquer cette sorte d’entre-deux, au risque de donner l’impression d’une sportivité timide et peu assumée, il s’agit en réalité d’une vraie stratégie pour le constructeur. Si à terme, Cupra voudra sans doute cibler des clients à la recherche d’un véhicule vraiment radical, le but est d’abord de créer une transition, en s’installant sur un marché sans grande concurrence, celui des SUV familiaux sportifs. Nous retrouvons donc ici les valeurs fondamentales de l’Ateca que sont le confort et la praticité, associés à un caractère plus affirmé. A titre d’exemple, l’échappement rauque à souhait en mode Cupra reste peu audible de l’intérieur, grâce à une excellent insonorisation, permettant de profiter de longs trajets en toute quiétude, tout en faisant profiter les passants d’un son plutôt sympathique.

Sans trop de surprise, il ne faudra mettre de côté son amour de la nature pour prendre le volant de ce Cupra Ateca, qui a de quoi faire frémir Anne Hidalgo avec ses 155 grammes de CO2 rejetés par kilomètre. Concrètement, cela rime avec un malus de 2.300 € à ajouter à la facture finale, ce qui devrait malheureusement dissuader quelques clients potentiels. Et ne comptez pas sur la consommation de carburant pour rattraper le coup, puisqu’avec 7,4 litres aux 100 km affichés en cycle mixte, la facture risque d’être quelque peu salée, d’autant plus que la tentation d’écraser l’accélérateur est généralement forte. Il faudra donc prévoir des passages réguliers à la pompe, d’autant plus que le volume du réservoir culmine à seulement 55 litres, ce qui n’est pas franchement énorme.

Essai Cupra Ateca : pour résumer

Cupra Ateca détail logo grille

Premier modèle portant uniquement le badge Cupra et officialisant la rupture avec Seat, cet Ateca joue sur deux terrains à la fois : le dynamisme et la polyvalence. Sans faire preuve de radicalité, le premier représentant de cette nouvelle marque se montre toutefois affuté comme il faut pour séduire les parents en quête de sportivité et de confort. Adoptant un style lui permettant de se distinguer de l’Ateca standard, le dernier-né de la marque espagnole n’en fait toutefois pas trop, même si son logo encore méconnu fait tourner nombre de têtes sur son chemin. Affichant son caractère tout en se démarquant des sportives par un jeu de couleur plus original et plus sobre, le SUV interpelle dès le premier regard.

Juste milieu entre le sport et le confort, ce nouvel arrivant apporte avec lui un petit vent de fraîcheur un segment plus que saturé, permettant par ailleurs au commun des mortels de profiter d’un SUV sportif. Il faut dire que ce segment était jusqu’alors inexploré, puisqu’hormis Lamborghini et son Urus, le choix était plutôt restreint pour des clients au budget raisonnable. Avec son Ateca, Cupra vient donc remplir un vide, certes pas trop handicapants pour la majorité des automobilistes, mais constituant une excellente niche pour une marque qui chercher à se démarquer. Et il le faut, le marché des modèles hauts sur pattes étant déjà rempli, entre les déclinaisons urbaines tels que la Citroën C3 Aircross, les familiales comme la Peugeot 3008 et les gros porteurs à l’image du nouveau Seat Tarraco.

Proposé avec une seule motorisation et affiché à partir de 42.500 €, le Cupra Ateca se révèle plutôt raisonnable, affichant un écart de 4.620 € avec le Seat Ateca FR en version 190 chevaux. Toutefois, et comme chez l’ensemble des marques du groupe Volkswagen, il faudra aller fouiner dans le catalogue des options pour s’offrir un véhicule véritablement complet. La dotation de série reste quant à elle plutôt correcte, avec notamment le système Beats Audio, le combiné numérique ou encore la caméra 360° ainsi que les feux à LED. Excellent compromis, ce Cupra Ateca constitue une toute nouvelle offre sur le segment des SUV, ce qui ne devrait pas manquer de plaire à tous ceux rêvant de se faire plaisir, sans devoir sacrifier les enfants.

  • Prix de base du Cupra Ateca (hors options) : 42.500 €
  • Prix du modèle essayé (avec options) : 49.275 €

Options du modèle essayé

  • Système de freinage Brembo (2.185 €)
  • Jantes 19 pouces Cupra Machined Copper (895 €)
  • Toit ouvrant panoramique (1.110 €)
  • Black pack intérieur (100 €)
  • Pack Full Drive Assist (955 €)
  • Alarme avec fonction SAFE (295 €)
  • Radio numérique DAB (200 €)
  • Pack Hiver (385 €)
  • Peinture gris rhodium (650 €)

Marie Lizak

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Leave a Reply