Essai Volvo S90 T8 Inscription Luxe : la Suède en Business Class

Présentée en décembre 2015, la Volvo S90 a tout de suite su séduire par son style et sa philosophie. Avec pour ambition d’apporter une touche de fraîcheur venue du Nord sur un marché premium dominé par les allemandes, la berline scandinave ne manque pas d’arguments pour y arriver. Une Fille Au Volant en a pris le volant à l’occasion d’une balade placée sous le signe du confort et du luxe.

Volvo S90 T8 Twin Engine Inscription Luxe

Ne cherchez pas, vous ne trouverez pas plus luxueux que cette S90 dans la gamme Volvo. Dévoilée pour la première fois en décembre 2015 afin de concurrencer les reines allemandes du segment, la seconde génération de la berline scandinave mise sur sa sécurité et ses motorisations pour s’offrir une place de choix sur un marché pourtant très concurrentiel, dominé par le trio allemand Mercedes, Audi et BMW.

Pourtant, cette S90 a aussi de nombreux atouts, et compte bien les faire valoir pour séduire encore plus la clientèle du segment premium, souvent exigeante et aux besoins grandissants. Avec 292 exemplaires vendus en France l’an dernier, contre 143 en 2016, la berline semble donc avoir réussi son pari : apporter un vent de fraîcheur sur un marché très fermé, dans lequel il est difficile de se faire une place. Il faut dire que sur le papier l’ensemble a de quoi plaire : un look sexy à souhait, un concentré de technologies et des motorisations puissantes, serait-ce la perfection ?

C’est ce que nous avons voulu vérifier en prenant le volant de cette Volvo S90, qui embarque sous son capot le moteur hybride T8 Twin Engine, revendiquant 407 chevaux tout en promettant des chiffres de consommation très attractifs. C’est donc sur la version Inscription Luxe que nous avons jeté notre dévolu, séduits par son look mais surtout ses prestations.

Essai Volvo S90 T8 Inscription Luxe : séduisante sobriété

Volvo S90 T8 Twin Engine Inscription Luxe

Après un XC90 très réussi, ce fut en décembre 2015 au tour de la Volvo S90 de continuer à incarner le renouvellement stylistique de la marque, perpétué par la suite avec les XC60, XC40 et autres V60. Près de deux ans après sa présentation, la grande berline n’a pas pris une ride et son design tout en élégance et sans fausses notes continue toujours de séduire. A l’avant, nous retrouvons les désormais célèbres optiques à la signature lumineuse « Marteau de Thor », entourant une calandre tout en longueur légèrement incurvée. L’arrière, épuré au maximum et aux faux-airs de concept-car accueille quant à lui deux feux débordants sur le hayon, ainsi que deux canules d’échappement chromées, qui ajoutent une touche de dynamisme sans pour autant tomber dans la sportivité extrême.

De profil, la Volvo S90 dégage une grande élégance, de par son empattement de 2,94 mètres associé à un porte-à-faux avant extrêmement court. Avec une hauteur de seulement 1,44 m pour une longueur totale de 4,96 m, la berline se veut à la fois dynamique et statutaire, imposante sans jamais trop en faire. Le toit fuyant à l’arrière et se terminant sur le hayon vient peaufiner son style et donne à la berline tricorps une silhouette équilibrée et plus que désirable. Bref, l’ensemble est très réussi et risque bien de faire l’unanimité, même auprès des amateurs d’allemandes les plus difficiles à convaincre.

Très sage mais loin d’être ennuyeuse à regarder, la Volvo S90 est proposée avec onze teintes de carrosserie assez sobres, du Blanc Glace au Noir Onyx en passant par différentes nuances de bleu, de gris et même de brun. Exit donc les rouges et autres couleurs extravagantes que nous pourrions retrouver sur d’autres modèles dont le nouveau Volvo XC40, par exemple. S’ajoute à cela un choix de 14 styles de jantes de 17 à 21 pouces, de série ou en option selon la finition. Notre version d’essai est quant à elle habillée d’une superbe teinte Blanc Cristal Métallisé (1.500 €), ainsi que de jantes 20 pouces à dix branches (2.250 €), créant un look statutaire et élégant, sans tomber dans l’austérité du noir ou du gris.

Essai Volvo S90 T8 Inscription Luxe : salon roulant

Volvo S90 T8 Twin Engine Inscription Luxe

Chez Volvo, nous sommes toujours reçus comme à la maison. Littéralement. Dès que la porte s’ouvre, nous sommes immédiatement immergés dans une ambiance résolument scandinave, qui n’est pas sans nous rappeler l’univers d’un célèbre magasin de meubles suédois. Bref, on se sent chez soi. La comparaison s’arrête pourtant là, car la qualité des matériaux et des assemblages nous prouve que nous sommes bel et bien à bord d’une Volvo, avec des incrustations en bois de noyer scandinave ainsi que des matières nobles telles que le cuir et même le cristal d’Orrefors. Toutefois, la présence de plastique noir brillant fait un peu tâche, d’autant plus que ce matériau a la fâcheuse tendance à mal vieillir sur le moyen terme. Les sièges, ultra confortables offrent également un excellent maintien grâce aux nombreux réglages disponibles, que ce soit sur les côtés ou au niveau des lombaires. Le massage, livré de série sur la finition Inscription Luxe est quant à lui très performant et surtout reposant, bref, on adore.

Dans la même veine que les dernières productions de la marque, la Volvo S90 embarque de série un écran tactile de 9 pouces en position verticale, parfaitement intégré dans la planche de bord. Entouré de deux buses d’aérations identiques à celles du XC60, ce dernier accueille la quasi-totalité des commandes, permettant à l’habitacle de s’épurer encore plus en s’affranchissant des boutons. Si l’ergonomie est plutôt bonne, il faudra toutefois un certain temps d’adaptation afin de bien comprendre toutes les subtilités du système d’info-divertissement, par ailleurs très complet. La berline se dote également d’un combiné d’instrumentation numérique personnalisable comme sur les derniers modèles de la gamme, affichant les principales informations relatives à la conduite dont la vitesse ou encore le guidage GPS, le tout de manière très claire.

 

Impossible de parler de cette Volvo S90 sans évoquer l’important travail fait sur l’acoustique et signé Bowers & Wilkins. Avec ses 19 haut-parleurs, son ampli à 12 canaux et ses 1.400 Watts, le système Hi-Fi est tout simplement l’un des plus réussis sur le marché, sans aucune fausse note à déplorer. Trois modes sont notamment proposés (Scène, Studio et Gothenburg Concert Hall), permettant de bénéficier d’une ambiance sonore exceptionnelle, alliée à une très bonne insonorisation et à un moteur silencieux en mode électrique. Le résultat : une plongée dans un cocon de bien-être, qui nous coupe littéralement du monde extérieur, et ce même lorsque nous sommes bloqués dans les embouteillages.

Enfin, la Volvo S90 se montre très confortable pour les occupants à l’avant comme à l’arrière, avec un espace aux jambes largement suffisants pour un adulte, qui pourra s’installer confortablement sur la banquette de la berline, même si l’espace à la tête peut sembler légèrement étroit. Le coffre de 500 litres se montre quant à lui assez volumineux et simple d’accès, bien qu’il soit toutefois dans la moyenne basse du segment, notamment par rapport aux 540 litres de la Mercedes Classe E.

Essai Volvo S90 T8 Inscription Luxe : le confort avant tout

Volvo S90 T8 Twin Engine Inscription Luxe

Disponible avec pas moins de six motorisations essence, diesel et hybride, la Volvo S90 espère toucher une cible large en proposant des puissances s’échelonnant de 150 à 407 chevaux. Notre version d’essai est quant à elle dotée du bloc T8 Twin Engine, associant un moteur essence de 320 chevaux à un moteur électrique en développant 80, le tout revendiquant une puissance cumulée de 407 équidés. Malgré son poids conséquent de 2.590 kilos, la berline suédoise est toutefois capable de faire de l’ombre à la plupart de ses rivales au démarrage, avec un 0 à 100 km/h abattu en seulement 4,8 secondes, le tout pour une vitesse maximale culminant à 250 km/h. Cependant, l’accélération reste assez linéaire et offre des sensations assez limitées.

Au total, ce sont cinq modes de conduite qui sont proposés (AWD, Pure, Hybrid, Power et Individual), permettant de s’adapter à la plupart des conditions routières. Résolument typée confort, la Volvo S90 excelle en ville, où dos d’ânes et nids-de-poule sont totalement gommés par la suspension très souple sans pour autant donner le mal de mer. Sur l’autoroute, les vibrations ne sont qu’un lointain souvenir et l’on croit vraiment flotter au-dessus du bitume, grâce aux suspensions pneumatiques.

La suédoise n’est en revanche pas une sportive et n’a d’ailleurs pas vocation à l’être. Un peu lourde à manier, elle prend beaucoup de roulis en courbes, et ce malgré un châssis pourtant loin d’être mauvais. Si la boîte de vitesse automatique Geatronic 8 se montre très agréable en mode Hybrid (par défaut), elle a du mal à suivre en conduite sportive, même en mode Power, même si le temps de latence au démarrage est, certes, moins long. Dommage, car un caractère plus dynamique n’aurait pas été pour nous décevoir, mais parfois, il faut faire des choix, et ça, Volvo l’a bien compris.

 

En ville, le rayon de braquage de 11,4 mètres est parfois handicapant pour certaines manœuvres, mais dans l’ensemble, la berline s’y sens plutôt à l’aise, malgré son gabarit qui peut déstabiliser au début. Il faut pourtant assez peu de temps pour s’habituer aux dimensions, grâce notamment à une direction, certes très souple mais qui reste tout de même très correcte en ce qui concerne la remontée d’informations. Elle est toutefois réglable à volonté, afin d’obtenir plus de fermeté selon les besoins. Très peu gourmande, la Volvo S90 brille par sa consommation, annoncée à 2,0 litres en cycle mixte grâce au support du moteur électrique, qui vient notamment nous épauler au démarrage puis qui prend parfois le relais lorsque l’on lève le pied. La récupération d’énergie au freinage permet également d’économiser quelques litres d’essence au passage.

Mais là où Volvo se démarque vraiment, c’est du côté de la sécurité. Doté du système de conduite semi-automatique Pilot Assist lancé en 2016, la S90 est un véritable cocon de technologie et rendrait presque les bouchons agréables. Alliant l’assistance au maintien de voie et le régulateur de vitesse adaptatif, le Pilot Assist permet à la voiture de circuler sans assistance de la part du conducteur, et ce jusqu’à 130 km/h. Il faut toutefois être vigilant et bien garder ses mains sur le volant, la règlementation ne permettant pas de lire ou dormir sur l’autoroute. Outre ce système, la berline se dote également du City Safety, de l’alerte de franchissement de ligne ou encore du limiteur de vitesse de série sur notre version d’essai.

Essai Volvo S90 T8 Inscription Luxe : pour résumer

Volvo S90 T8 Twin Engine Inscription Luxe

Plus de deux ans après sa présentation, la Volvo S90 n’a pas pris la moindre ride, grâce à son design intemporel et statutaire, ni clinquant, ni austère. Si sa réputation est encore à faire face aux allemandes, plus ostentatoires et déjà bien ancrées dans le marché, la grande berline gagnerait pourtant à être reconnue, comme en témoignent les nombreuses têtes qui se sont tournées lors de notre essai. Son habitacle, soigné, nous plonge dans une vraie bulle de bien-être, et nous donne des envies de voyages en première classe vers la Scandinavie.

Affichée à partir de 42.700 € en entrée de gamme, la Volvo S90 grimpe rapidement à 69.800 € avec la motorisation T8 TwinEngine hybride. Un tarif qui peut encore monter si l’on fait le choix d’une finition plus premium, comme l’Inscription Luxe. Si ces prix à cinq chiffres peuvent effrayer, il faut toutefois reconnaître que la berline suédoise présente de nombreux atouts et se rattrape notamment du côté de la consommation. A noter aussi qu’elle reste tout de même moins chère que la concurrence, en entrée de gamme tout du moins.

Malgré son gabarit qui nécessite un certain temps d’adaptation, la Volvo S90 T8 TwinEngine est plutôt à l’aise en ville, grâce à ses suspensions souples et sa motorisation hybride permettant de circuler la plupart du temps en électrique. Si l’on déplore un certain manque de dynamisme, il faut toutefois se souvenir que la suédoise n’a pas des ambitions de GT mais plutôt de routière statutaire et confortable, destinée avant tout aux grands voyages.

Marie Lizak

 

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s