Semaine de la courtoisie au volant : et si on devenait sympa ?

Lancée en 2008, la semaine de la courtoisie au volant invite les automobilistes à se montrer plus respectueux des autres, dans le but de réduire les accidents, souvent causés par l’énervement et l’impatience. Justement, c’est ce samedi qu’a débuté la 19ème édition, qui se prolongera jusqu’au 25 mars prochain. 

Road Rage

Klaxons, queues de poissons et insultes en tout genre sont votre quotidien ? Vous laissez souvent votre double maléfique prendre possession de votre corps une fois derrière le volant ? Vous n’êtes pas seuls, rassurez-vous. En effet, selon une étude Ipsos/Vinci Autoroutes, 69 % des automobilistes avouent avoir recours aux injures et autres noms d’oiseaux lorsqu’ils sont énervés par l’un de leurs pairs. 56 % affirment user du klaxon de manière quasi-automatique, tandis que 16 % vont même jusqu’à descendre de leur véhicule pour régler leurs comptes. Des chiffres nettement en hausse par rapport à 2016, ce qui est d’ailleurs d’autant plus inquiétants que 86 % des sondés ont avoué avoir eu peur du comportement agressif d’un autre conducteur.

C’est pour cela qu’en 2001, l’association AFPC (Association Française de Prévention des Comportements au volant) eu l’idée de lancer la journée de la courtoisie au volant, qui se transforma en 2008 en une semaine complète. Le but ? Promouvoir les bons gestes en voiture et mettre en lumière le comportement souvent peu reluisant des usagers de la route, notamment dans les grandes villes.

La 19ème édition de la semaine de la courtoisie au volant est donc de retour donc depuis samedi 17 mars, et se prolongera jusqu’au 25 mars prochain. L’occasion de réapprendre les bonnes manières au volant en réunissant l’ensemble des acteurs de la route, que ce soit les automobilistes, bien sûr, mais aussi les auto-écoles ou encore les associations.

L’enfer, c’est les autres

Road Rage

On le sait, s’il y a bien une seule croyance commune dans le monde entier et dans toutes les cultures, c’est bien celle de penser que nous sommes meilleur au volant que le voisin. Les chiffres le confirment : selon la même étude Ipsos pour Vinci Autoroutes, 98 % des Français jugent très positivement leur attitude au volant, tandis que 0 % se décrivent comme dangereux. Cela ne s’arrête pas là, puisque les interrogés ne tarissent d’ailleurs par d’éloges sur leur conduite, puisque qu’ils se qualifient pour la plupart de vigilants (76%), calmes (47%) et courtois (29%), rien que ça.

En revanche, quand il s’agit de parler des autres, les termes sont tout de suite moins sympathiques. En effet, 86 % des sondés utilisent des adjectifs négatifs pour décrire leurs voisins, allant d’irresponsables pour 49 % des interrogés à stressés pour 27 % d’entre eux, en passant par dangereux (44 %) et agressifs (29 %).

Pourtant, les mauvaises habitudes sont partout et il y a de fortes chances pour que chacun d’entre nous en ait d’ailleurs une ou deux à cacher. Parmi elles, les excès de vitesses sont les plus courants, puisque 9 conducteurs sur 10 avouent dépasser les limitations, tandis que 75 % des automobilistes ne respectent pas les distances de sécurité. Si cela n’est parfois que la conséquence d’un manque d’inattention, 35 % avouent tout de même coller volontairement la voiture devant eux.

Les bons gestes pour une conduite apaisée

zen
Vous sur le périph après avoir lu tous ces précieux conseils.

Si parfois le manque de temps et le stress peuvent nous faire perdre les pédales au volant, il existe toutefois quelques gestes simples pour se détendre et adopter une conduite plus souple et apaisée. Tout d’abord, pensez à emmener une bouteille d’eau avec vous, cela pourrait être d’une grande aide dans les embouteillages. Attention toutefois à être totalement à l’arrêt, car un policier un peu trop zélé pourrait vous verbaliser. Et effet, si le code de la route n’interdit par la consommation de nourriture et de boisson au volant, il stipule toutefois que « tout conducteur doit se tenir constamment en état et en position d’exécuter commodément et sans délai toutes les manoeuvres qui lui incombent ». En cas de non respect de cette consigne, vous pourrez malheureusement écoper d’une amende de 2ème classe (35 €).

Pensez également à respirer profondément, à relâcher vos épaules et à vous redresser, tout en desserrant légèrement vos mains du volant. Lors de phases stressantes comme les embouteillages du soir, nous avons tendance à nous crisper de manière inconsciente. Quitte à être bloqués, prenez le temps de vous détendre et d’écouter votre corps. N’hésitez pas également à chanter à tue-tête ou à faire quelques mouvements d’épaules pour vous réveiller ! Enfin, pensez à faire des pauses régulières et profitez-en pour vous hydrater et faire quelques pas par la même occasion.

Toujours pas convaincus de la nécessité d’être zen au volant ? Alors voici un dernier chiffre pour la route : En ayant une conduite sereine et souple, vous consommez 40% de carburant en moins qu’un conducteur agressif et nerveux. De quoi faire du bien à votre porte-monnaie, et surtout à votre moral !

Bonne route ! 🙂

Marie Lizak

Découvrez notre infographie sur les incivilités routières les plus répandues : 

infographie _ les chiffres des incivilités au volant-3

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s