Essai SEAT Leon Cupra 300 : une ibérique au fort caractère

Restylée en décembre dernier et passant désormais la barre des 300 chevaux, la nouvelle SEAT Leon Cupra nous promet performances et sensations à son bord. Une Fille Au Volant a décidé de la prendre en main afin d’en savoir plus sur cette compacte, qui compte bien maintenir sa place sur le marché.

Essai SEAT Leon Cupra 300

Il y a 19 ans naissait la toute première génération de la SEAT Leon, qui proposait alors dès le début une version Cupra dotée d’un bloc quatre cylindres turbocompressé délivrant 179 chevaux. Depuis, son style a bien évolué ainsi que ses performances, passant successivement la barre des 200 équidés dès 2000 puis des 300 en 2016.

C’est en 2012 que fut présentée à Paris la 3ème et actuelle génération de la compacte ibérique, qui se décline alors pour la toute première fois en trois carrosseries, 5 portes, coupé (SC) et break (ST). Dès avril 2014 est alors lancée la Cupra, qui se voit par la suite restylée en décembre 2016, après quelques 9.000 unités écoulées cette même année à travers le monde.

Sur le papier, les chiffres sont alléchants : 300 chevaux sous le capot, 380 Nm de couple et un 0 à 100 km/h en 5,7 secondes. Mais qu’en est-il vraiment dans la vraie vie ? C’est ce que nous avons voulu découvrir en prenant en main cette compacte, au caractère bien trempé.

Essai SEAT Leon Cupra 300 : un look agressif sans en faire trop

Essai SEAT Leon Cupra 300

Dès le premier coup d’oeil, on remarque que l’on est très (très) loin du look tout en rondeur et un brin dépassé de la première génération des années 2000. Une belle évolution que l’on doit aux nombreux restylages, dont le dernier en date, plus réussi que jamais.

Plus agressive que la précédente version sans en faire trop, cette nouvelle SEAT Leon Cupra reste étonnement sobre tout en affirmant son caractère sportif. A l’avant, on note la présence d’un nouveau bouclier redessiné ainsi que de prises d’air élargies. La signature lumineuse, désormais à LED évolue également, tandis que les deux sorties d’échappement rondes chromées et le spoiler arrière lui permettent de se distinguer de la version standard. Enfin, la calandre spécifique Cupra ainsi que les logos apposés sur cette dernière, le hayon et les seuils de portes en aluminium nous confirment que cette voiture n’a rien d’une banale compacte.

Notre version d’essai est quant à elle dotée du pack Cupra Line Black, qui inclut notamment les jantes alliage 19 pouces Cupracer Black, les étriers de freins Brembo rouges ou encore le pack extérieur Black avec les rétroviseurs et le contour de calandre noirs. Des baguettes latérales ainsi qu’un kit anticrevaison sont également inclus. Il faut toutefois compter 2.635 € pour s’offrir un tel look, un prix qui grimpe alors à 3.740 € avec les pneus Michelin Pilot Sport Cup 2 de notre version d’essai. Un second pack baptisé Cupra Line Energy est également disponible, incluant un pack spécifique de couleur orange sur les jantes, le contour de calandre et le lettrage Cupra. Enfin, deux nouvelles teintes Bleu Electrique et Rouge Desir ont également été ajoutées au catalogue suite au restylage. Cette dernière, facturée 760 € habille avec élégance notre véhicule et est selon nous la teinte idéale pour cette SEAT Leon Cupra, soulignant parfaitement ses lignes sportives.

Identique à la précédente version en termes de dimensions, la compacte affiche donc une longueur de 4,24 mètres pour une largeur de 1,81 mètre et une hauteur culminant à 1,42 mètre. Les proportions sont plutôt harmonieuses et l’ensemble est, il est vrai, très plaisant à regarder, quelque soit l’angle. Elégante et sportive à la fois, la compacte a tout bon sur ce point, et nous, on adore !

Essai SEAT Leon Cupra 300 : un intérieur tout en sobriété

Essai SEAT Leon Cupra 300

A l’instar de ses cousines du groupe Volkswagen, la SEAT Leon Cupra ne brille pas par l’originalité de son intérieur. Hormis les quelques touches de couleur apportées grâce à l’éclairage d’ambiance, l’ensemble reste globalement très sobre. Les matériaux sont d’assez bonne qualité et la finition est plutôt correcte, même si l’on déplore encore la présence de plastiques durs ça et là. Heureusement, les sièges sport en Alcantara (en option à 1.175 €) viennent rehausser le niveau général, d’autant plus qu’ils arborent le sigle Cupra sur le dossier ainsi que des motif à effet fibre de carbone sur les côtés, ce qui leur donne un look assez sympathique. La position de conduite parfaite est toutefois assez difficile à trouver, et l’on regrette l’absence de réglages électriques. Le volant à méplat multifonctions est quant à lui placé un peu trop haut et offre trop peu d’amplitude de réglages à notre goût.

Modernisé par rapport à la précédente version, l’habitacle accueille un écran tactile de 8 pouces donc les raccourcis latéraux ont quasiment tous disparu. L’ergonomie de ce dernier est plutôt bonne et vient rattraper les légers impairs du commis côté du combiné d’instrumentation, qu’il aurait été judicieux de compléter par un affichage tête haute. On déplore toutefois un GPS peu pratique, puisque n’indiquant pas précisément les étapes du guidage, que l’on retrouve toutefois sur le combiné, alors en lieu et place de la vitesse.

Avec son empattement de 2,63 mètres, la SEAT Leon Cupra offre une habitabilité plus que correcte, tandis que son volume de coffre de 380 litres reste dans la moyenne par rapport à la concurrence. Notons toutefois que s’il est identique à celui de la Volkswagen Golf R, il reste en-dessous des 395 litres de la nouvelle Hyundai i30 N et des 470 litres proposés par la Peugeot 308 GTiPeugeot 308 GTi.

Si le design de l’habitacle peut sembler un brin daté, il n’en est rien des technologies embarquées, qui évoluent grandement avec l’arrivée notamment du Traffic Jam Assist. Associé uniquement à la boîte DSG, il permet à la voiture de gérer de manière autonome l’accélération et le freinage dans les embouteillages. Les caméras et autres radars ont également été modernisés afin d’offrir plus de précision, notamment dans la reconnaissance des panneaux de signalisation ainsi que dans le système de freinage d’urgence.

Essai SEAT Leon Cupra 300 : polyvalence et dynamisme

Essai SEAT Leon Cupra 300

Si pas moins de trois puissances étaient proposées sur la SEAT Leon Cupra avant son restylage, seule une version délivrant 300 chevaux est désormais disponible. Un mal pour un bien donc, puisque la phase 1 ne dépassait alors pas les 290 équidés dans sa déclinaison Cupra 290, qui coiffait jusqu’alors la gamme. C’est donc sur la Leon la plus puissante jamais produite que nous avons jeté notre dévolu, et il faut l’avouer, nous ne l’avons pas regretté.

Classée parmi les compactes les plus rapides sur le Nürburgring avec un temps de 7,58 minutes en version 280 en 2014, la SEAT Leon Cupra n’a donc depuis plus rien à prouver. Enfin, si : montrer qu’elle mérite de maintenir sa place sur le marché des compactes sportives, aux côtés des Peugeot 308 GTi, Renault Mégane R.S. et autres Honda Civic Type R, celle-là même qui détient l’actuel record sur le circuit allemand dans la catégorie des tractions.

Il est vrai, les performances n’ont pas évolué avec le restylage, le 0 à 100 km/h était toujours abattu en 5,7 secondes pour une vitesse maximale de 250 km/h. C’est moins que les 6 secondes de la Peugeot et identique à sa grande rivale nippone, à qui elle rêve secrètement de reprendre le titre de reine de l’Enfer Vert. Mais après tout, pourquoi toujours vouloir des chiffres plus bas, quand on possède en plus tout un tas d’autres atouts ?

Des atouts justement, elle en a cette SEAT Leon Cupra. Tout d’abord son excellente tenue de route malgré des pneus Michelin Pilot Sport Cup 2 dont le grip faiblit sur le sol mouillé. Sur le sec en revanche, la bombinette ibérique montre tout son savoir-faire et révèle son véritable caractère, bien trempé lui. Si les 380 Nm de couple disponibles entre 1.800 et 5.500 tr/min permettent d’obtenir un départ arrêté canon, on regrette néanmoins la difficulté de la puissance à passer au sol, entraînant alors le déclenchement de l’ESP, et ce même en ligne droite.

L’ensemble de la puissance est transmise aux roues avant via une boîte robotisée à double embrayage DSG6, pouvant être utilisée en mode normal et Sport ainsi qu’avec les palettes situées sur le volant. Cette dernière configuration est sans surprise cette qui nous a le plus conquis, bien que le mode Sport soit également très bon, les rapports s’enchaînant avec réactivité et sans à-coups.

Au total, pas moins de quatre modes de conduite sont également disponibles (Indivudual, Comfort, Sport et Cupra), et c’est sans surprise pour ce dernier que nous avons eu le coup de coeur. Agissant sur la réponse de l’accélérateur, les suspensions pilotées, la boîte de vitesse ainsi que la direction, cette configuration transforme la SEAT Leon Cupra en une vraie bombinette en un claquement de doigt. Le comportement est sécurisant, et ce même en courbe grâce notamment au différentiel autobloquant Haldex VAQ, offrant une excellente stabilité et une tenue de route à toute épreuve, le tout sans aucune prise de roulis. Seul bémol à ce mode Cupra, la fausse sonorité sortant directement des enceintes, qui, même si elle reste assez réaliste nous rappelle que l’on aimerait plutôt qu’elle vienne de l’échappement. Ce dernier nous gratifie toutefois d’un son plutôt sympathique lors des passages de rapports, même si nous aurions apprécié un peu plus de rugissements de ce côté là. Enfin, le freinage, mordant et efficace comme il faut est quant à lui assuré par des freins Brembo à quatre pistons et disques avant perforés.

Sportive assumée, la SEAT Leon Cupra n’en oublie pourtant pas d’être polyvalente, grâce à son gabarit contenu et son diamètre de braquage de 10,2 mètres, très raisonnable pour la catégorie. Attention toutefois, le confort n’est pas le point fort de la compacte, et ce même si l’on n’opte pour le mode le moins sportif.

Essai SEAT Leon Cupra 300 : pour résumer

Essai SEAT Leon Cupra 300

Affichée à partir de 35.895 €, la SEAT Leon Cupra reste plutôt abordable pour la catégorie, face à une Peugeot 308 débutant à 38.700 € et une Honda Civic Type R pour laquelle il faudra débourser pas moins de 38.910 €. Au chapitre de la consommation, la compacte affiche un petit 6,9 l/100 km en cycle mixte, tandis qu’il faudra en revanche compter 9 l/100 km en ville. Attention toutefois car les chiffres s’envolent en conduite plus dynamique, avec une moyenne s’approchant des 20 litres en forçant un peu.

Excellent compromis entre sportivité et polyvalence, la SEAT Leon Cupra adopte un style dynamique en cohérence totale avec ses ambitions. Si l’intérieur manque toutefois cruellement de fantaisie, les sensations à son bord gomment alors tous ses petits défauts, puisque sa raison d’être, c’est avant tout son caractère. Son 2,0 litres de 300 chevaux est en effet très satisfaisant, tandis que la boîte DSG6 se montre très dynamique, notamment en mode Sport ainsi qu’avec les palettes au volant. Si quelques défauts concernant notamment l’ergonomie peuvent être à noter, il faut toutefois se souvenir que nous avons ici affaire à une sportive avant tout taillée pour le plaisir de conduire.

En bref, la SEAT Leon Cupra 300 est une compacte dynamique et agréable, qui devrait séduire par sa polyvalence et son tarif attractif, même face à une concurrence très rude. Si sa philosophie diffère totalement d’une Peugeot ou d’une Honda par exemple, elle possède son propre univers qui n’aura sans doute aucun mal à mal à plaire.

Marie Lizak

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s