La Citroën C3 WRC à l’attaque du Monte-Carlo

Présentée sous forme de concept au dernier Mondial de Paris, la Citroën C3 WRC verra finalement bien le jour et fera ses premiers tours de roues en compétition au rallye Monte-Carlo, en janvier prochain. 

citroen-c3-wrc-cote

En rallye, Citroën est bien présent et compte le rester. C’est donc à Abu Dhabi que la division Racing du constructeur a dévoilé la version définitive de la C3 WRC, qui fera ses premiers pas en compétition au prochain Rallye Monte-Carlo en janvier prochain. Ce dernier marque comme chaque année le coup d’envoi de la saison du Championnat du Monde FIA des Rallyes, remporté l’an dernier par le français Sébastien Ogier.
Au total, ce seront quatre exemplaires de la française qui seront engagés, pilotés par les équipages Kris Meeke, Craig Breen, Stéphane Lefebvre et Sheik Khalid Al Qassimi, avec de grands espoirs placés sur eux.

En effet, Citroën Racing, c’est avant tout une histoire de victoires. Depuis 1999, l’écurie de compétition a remporté pas moins de 238 podiums ainsi que 1484 victoires en spéciale. S’ajoutent à cela huit titres « constructeurs » ainsi que neuf titres « pilotes » et « copilotes » pour Sébastien Loeb et Daniel Elena, duo emblématique de la marque aux chevrons.

Compétitrice de choc en WRC

citroen-c3-wrc-trois-quarts-arriere

Si la petite Citroën C3, récemment lancée sur le marché se veut docile et amusante, sa version WRC ne manque quant à elle pas de caractère, afin de terrasser tous ses concurrents sans pitié.

Dotée d’un moteur 1,6 litre turbo à injection directe de 360 chevaux et 400 Nm de couple, elle est également dotée d’une boîte de vitesse séquentielle à six rapports avec palettes aux volant, associée à une transmission intégrale.

Première rallycar de la marque basée sur une carrosserie cinq portes, la Citroën C3 WRC bénéficie de nombreuses améliorations techniques par rapport à sa devancière, permettant de gagner en efficacité. En effet, la petite frenchie bénéficie de voies élargies, de nombreux appendices aérodynamiques ainsi que d’un différentiel central piloté, garantissant une meilleure motricité et une meilleure gestion du couple.

Evidemment, le design joue également une part importante, et pas seulement pour pouvoir faire la belle sur le podium. Chaque élément a en effet été minutieusement travaillé afin de rendre la voiture à la fois reconnaissable et efficace. Notez par exemple le bouclier arrière, dessiné afin de favoriser l’éjection de la terre et de la neige, ainsi que le l’imposant aileron, optimisant l’aérodynamisme.

Rendez-vous en janvier pour admirer la sportive en compétition, en espérant quelques belles surprises !

Marie Lizak

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s