Virée provençale en Lexus RC et GS

C’est sous le soleil provençal que nous avons pu essayer dans diverses conditions la gamme Lexus et notamment les modèles phares RC et GS en version hybride et sport. Embarquement immédiat. 

Accueillis par le soleil dès notre descente de l’avion à l’aéroport de Marseille, nous prenons possessions de nos véhicules, direction le centre d’essai de Fontange situé non loin de Salon de Provence.

Lexus GS 300h: Confort et respect de l’environnement

IMG_0413

C’est donc au volant d’une Lexus GS 300h que nous prenons la route, à travers les magnifiques paysages que nous offre le Sud de la France, sous un ciel sans nuages.

Très agréable à conduire et confortable, elle se prête parfaitement aux balades sur les petites routes, notamment grâce à sa motorisation hybride, qui gère parfaitement bien la répartition entre les modes thermiques et électriques.

Développant des puissances de respectivement 143 et 181 ch, soit 223 ch cumulés, les deux blocs s’allient pour offrir une vitesse maximale de 190 km/h et un 0 à 100 km/h en 9,0 secondes.

Mais ici, ce ne sont pas réellement les performances pures qui nous intéressent, puisque nous ne sommes pas dans une voiture à vocation réellement sportive, mais plutôt dans une auto assez tranquille, qui manque un brin de peps et de fun. La responsable? La transmission électronique à variation continue (E-CVT), qui gâche le plaisir du moteur, qui manque certes d’un peu de puissance mais qui sait se montrer très agréable tout de même.

Pourtant, celle qui vise à séduire les clients désirant allier confort et environnement risque bien de convaincre les plus hésitants, avec une consommation extra-basse de seulement 4,4l/100 km et des émissions de 104 g/10 km.

Si la performance pure n’est pas son point fort, elle reste une excellente routière, taillée pour voyager dans un confort optimal.

IMG_7518

A l’extérieur, cette Lexus GS 300h se distingue par une face avant agressive, notamment au niveau des feux en pointe de flèche sublimés par des blocs optiques LED, ainsi que par fameuse calandre trapézoïdale que l’on retrouve également sur le coupé RC.

L’arrière se veut tout aussi affuté, avec des optiques acérées, ainsi qu’une malle arrière assez carrée, sublimée par un jonc chromé du plus bel effet.

Passons ensuite à l’intérieur, afin de découvrir un habitacle spacieux et lumineux, dont les finitions haut de gamme et les matériaux de qualité sont une véritable invitation au voyage.

Elle est dotée d’un écran 12,3 pouces (non tactile) fourni avec le système multimédia et navigation premium incluant entre autres deux ports USB, la reconnaissance vocale ainsi que tout un panel de services connectés dont Google Street View ou encore Panoramio.

Seul bémol: l’ergonomie, encore loin d’être optimale. C’est notamment le cas au niveau du GPS, qui manque cruellement de précision. Le pavé de commande, permettant de naviguer dans les menus de l’écran est quant à lui assez peu pratique.

On apprécie néanmoins l’affichage tête haute, très bien intégré et délivrant de manière très efficace la vitesse de croisière ainsi que la limitation et la prochaine intersection à prendre.

Alliant à la fois confort, sécurité et motorisation respectueuse de l’environnement (et de votre compte en banque), la Lexus GS 300h sait se montrer agréable, il lui manque seulement ce petit grain de folie pour séduire à 100%.

Lexus RC 300h: Le coupé plaisir 

IMG_6903

La GS 300h a su vous faire chavirer par son confort, mais vous recherchez plutôt un petit jouet pour une balade en solo ou à deux?  Alors le coupé Lexus RC 300h risque bien de conquérir votre coeur.

Si la puissance cumulée est la même que pour la Lexus GS 300h, soit 223 ch, grâce à la technologie hybride développant 181 ch pour le moteur 2.5 l et 143 ch pour le bloc électrique, le coupé est néanmoins légèrement plus rapide à l’exercice du 0 à 100 km/h, qu’il effectue en 8,6 secondes, pour une vitesse maximale de 190 km/h. La raison à cela est bien évidemment son poids, de 2,170 tonnes, contre 2,235 tonnes pour la berline GS 300h.

Plus fun que sa grande soeur, on reste néanmoins assez déçus par la boîte E-CVT, qui ne permet pas d’exploiter de manière optimale la voiture.

Si les qualités sportives sont malheureusement un peu trop discrètes, cette Lexus RC 300h n’en reste pas moins un excellent compromis entre plaisir et environnement, avec des émissions annoncées de 108 g/km et une consommation moyenne à partir de 4,7 l/ 100 km.

Si vous cherchez un véritable coupé sportif pur et dur, il faudra donc vous tourner vers la Lexus RC F pour satisfaire vos envies de sensations fortes.

IMG_0438

Le design extérieur se veux dynamique, de manière à affirmer son ambition de vraie sportive, dommage pourtant que le moteur ne suive pas vraiment.

Le coupé au style, il faut le dire, très séduisant bénéficie d’éléments aérodynamiques tout droit issus du monde de la compétition afin de d’augmenter la stabilité à haute vitesse.

Taillé dans la masse, le Lexus RC 300h se distingue par son design anguleux et agressif, avec des lignes fluides et dynamiques. Les optiques en pointe de flèche reprennent les codes stylistiques de la marque, tout comme la célèbre calandre trapézoïdale ornant tous les modèles de la gamme.

Disponible en sept teintes, il faut bien dire que le Rouge Radiant de notre version d’essai reste tout de même celle qui lui va le mieux, même si le choix reste évidemment très personnel.

L’habitacle quand à lui reste toujours très luxueux, un aspect qui a fait la réputation du constructeur nippon et que l’on retrouve dans toute la gamme. Allier le confort et le sport était un pari osé, Lexus l’a fait, avec succès.

Si l’on retrouve les mêmes éléments que dans la GS 300h, notamment l’écran multifonctions de 11 pouces (contre 12,3 pouces pour la GS), le coupé se dote d’éléments visant à rappeler ses ambition, tels que des sièges sport en cuir offrant un excellent maintien, sans pour autant sacrifier le confort.

Les matériaux sont de qualité, alliant métal poli et sculpté ainsi que bois véritable Shimamoku, que l’on retrouve sur la planche de bord, la console centrale et les contre-portes.

Essai Lexus RC F et GS F: En piste

IMG_0343.JPG

Si les GS 300h et RC 300h peuvent manquer un brin de sensations, c’est loin d’être le cas pour les versions « F », dont le label fait référence au circuit Fuji Speedway au Japon.

Tous deux lancés en 2015, le RC F puis la GS F représentent parfaitement l’esprit sportif de la gamme et le plaisir de conduire si cher au constructeur nippon.

Tous deux dotés d’un moteur V8 5.0 atmosphérique de 477 ch pour 530 Nm de couple, les deux modèles n’ont pas à rougir face à une concurrente de taille: la Ford Mustang.

Même moteur, mêmes sensations, bien que les nippones ont un sérieux avantages sur la mythique américaine: la tenue de route.

Sur piste sèche comme sur mouillée, les deux japonaises se comportent parfaitement bien, quelque soit le mode de conduite enclenché.

Pour cela, on remercie le différentiel à vecteur de couple TVD, de série sur les GS F et RC F Carbon, permettant une excellente tenue de route et un meilleur contrôle de la trajectoire, notamment en virage.

Si le coupé RC F se débrouille plutôt bien sur route mouillée toutes aides coupées, la GS F, plus lourde offre une plus grande stabilité lors du survirage, elle est donc beaucoup plus simple à contrôler et reprendre en main.

Offrant des sensations fortes sans pour autant sacrifier la sécurité, les deux sportives sont idéales pour s’amuser sans danger sur circuit, leur terrain de jeu favori.

La direction est précise et permet de guider très aisément la voiture sur la piste. La boîte de vitesse automatique à huit rapports Sport Direct Shift (SPDS) se montre très efficace et réactive en conduite sportive, puisqu’elle s’adapte en fonction du mode enclenché, de quoi prendre du bon temps au volant de ces deux japonaises haute performance.

Hotel et Spa Le Couvent des Minimes: entre tradition et modernité 

955-so-2013-galerie-photos-le-couvent-photo-background11-fr

Après toutes ces émotions au volant, Lexus nous a donné rendez-vous à l’hôtel du Couvent des Minimes, un lieu d’exception niché au coeur du Luberon, à Mane.

Fondé en 1613 par Marquis Melchior de Forbin Janson pour les religieux des Minimes, le couvent restera ensuite inoccupé après la Révolution Française jusqu’en 1862, où il bénéficiera d’une rénovation complète.
Quelques années plus tard, c’est la communauté des Soeurs Franciscaines qui investissent le lieux, jusqu’à leur départ en 1999. Après neuf ans d’inactivité, le Couvent des Minimes ouvre au public en 2008 après sa transformation en véritable lieu de détente et de bien-être, l’actuel Relais & Châteaux Le Couvent des Minimes Hôtel & Spa.

955-so-2013-galerie-photos-chambres-photo-background05-fr

Equipé de 46 chambres, dont les tarifs (haute saison) vont de 245€ pour les « Minimes » à 1 650€ pour les suites, l’hôtel propose également de nombreux services, avec notamment deux piscines intérieures et extérieures ainsi qu’un spa l’Occitane avec sauna, hammam ou encore salle de fitness.

La décoration, que l’on doit à l’architecte Bruno Legrand est fortement inspirée de l’histoire originelle du couvent et se veux à la fois moderne et traditionnelle. Simplicité et pureté s’allient afin de donner cette ambiance si particulière, mêlant luxe et raffinement, grâce aux matériaux tels que la pierre, le chêne ou encore le lin.

Chaque chambre possède son atmosphère propre, avec chacune un point commun qu’est la décoration sans aucun faux-pas.

Les couleurs pastels ne sont évidemment pas sans rappeler la Provence, grâce aux nuances de rose, de vert ou encore de bleu.

Marie Lizak 

Un grand merci à Lexus pour l’invitation aux essais de la gamme. 

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s